petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leevy Stonefield
DISTRICT 11
Leevy Stonefield
△ correspondances : 83
△ points : 0
△ multicomptes : ah, psh, hbc
△ à Panem depuis le : 13/10/2012
△ humeur : mortelle
△ âge du personnage : dix-huit ans


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


(J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Vide
MessageSujet: (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre   (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Icon_minitimeVen 22 Aoû - 22:38

Sixième jour. Il s’affaiblit, et ça le rend malade de l’admettre. Il est fatigué. Il ne dort presque pas. Il a conscience qu’il doit toujours garder l’œil ouvert. À ce stade-là, la moitié des Jeux est passée. Dans quelques jours, un gagnant sera proclamé. Et ça peut être lui. Ça doit être lui. Alors il ne peut pas se permettre de baisser sa garde, ne serait-ce qu’une poignée de minutes. Il réalise enfin son erreur. Son erreur d’avoir voulu faire bande à part jusqu’ici. Mais il sait très bien que personne ne l’aurait voulu comme allié, pas lui, pas un enfoiré qui serait prêt à se retourner contre ses propres alliés à tout moment si cela assure sa survie. Comme il l’a fait avec Zeena. Ils n’étaient pas alliés, il n’a jamais prétendu avoir de la sympathie pour la jeune fille, mais la logique aurait voulu qu’il s’allie à elle. Qu’il la protège, parce que ce n’est qu’une gamine. Ou du moins, qu’il ne la pourchasse. Et pourtant, il l’a égorgée. Avec sa machette, d’un simple geste, la laissant s’étouffer avec son propre sang. Pour autant, il n’a pas de regrets. Ni pour la mort qu’il a donné à sa co-tribut, ni par rapport au fait de ne pas avoir choisi de se faire des alliés. Il sait que tôt ou tard, il se serait retourné contre eux. Pas que ça le dérange, mais il sait qu’il aurait ensuite été l’homme à abattre, s’il ne l’est pas déjà. Il ne peut pas s’en empêcher, il se fait des ennemis partout où il passe, et cet endroit n’échappe pas à la règle. Et bien même s’il avait réussi à convaincre quelqu’un d’être son allié, il n’aurait tout de même pas pu trouver le sommeil. Parce qu’il se méfie trop des autres, parce qu’il ne fait confiance en personne si ce n’est lui-même.

Il a faim. Il a soif. Il est habitué à crever la dalle au district onze, mais il n’est encore jamais resté une si longue période sans se nourrir, du moins, sans manger ne serait-ce qu’un petit pain pour lui tenir au corps. Il a grignoté ce qu’il trouvait, principalement des insectes, mais son ventre le rappelle régulièrement à l’ordre. Il s’est éloigné des sources d’eau potable, parce qu’il sait pertinemment que les tributs s’y rendent souvent soit pour boire, soit pour se faire une toilette. Et si jusqu’ici il cherchait le combat, depuis hier, il l’évite un maximum. Il s’est contenté de boire dans des flaques, ou en perçant les arbres avec sa machette. Il a soif, il a faim. Mais plus que tout, il souffre. Il n’est pas encore à l’agonie. Il n’est pas prêt de tomber à terre et d’attendre la faucheuse. Il a mal, mais cela ne fait qu’amplifier sa rage de vivre, son envie de survivre. Il est encore en mesure de courir, de marcher, de se battre, mais ses sens sont mis à rude épreuve depuis que son oreille droite manque à l’appel. Arrachée par cette garce du district cinq, alors qu’il s’occupait du cas Zeena. La seule chose qui le réconforte, c’est que la rouquine n’a rien pu faire pour sauver la petite, qu’elle est tout de même morte. Mais malgré tout, ça ne ramènera pas son oreille, laissée derrière lui une fois qu’il en a eu fini de Zeena, et probablement déjà mangée par les bêtes. Son oreille encore valide ne suffit pas à compenser la perte de l’autre, il a l’impression d’être déboussolé, et il sait pertinemment qu’il fait une cible de choix. Ceci dit, s’il ne sera pas forcément en mesure de réaliser que quelqu’un s’approche de lui, il est tout de même capable de se défendre, voir même de tuer. Ça reste son but, la seule chose à laquelle il pense, et il n’a pas perdu ses réflexes ni sa rage de vivre. Il a juste mal. Atrocement mal. Malgré sa trousse de secours qu’il a rapidement utilisé sur sa blessure, rien que pour éviter de laisser sa plaie à l’air libre et risquer de se faire bouffer l’intérieur de l’oreille par une mutation à la con, il a conscience qu’une infection ne devrait pas tarder à se propager. Il n’a pas les médicaments pour soigner une blessure si grave. Mais mourir à cause d’une oreille sectionnée, ce serait sa hantise. Il veut mourir en se battant, pas par hasard.

Après avoir tué Zeena, il s’est arrêté brièvement pour prodiguer les premiers soins à sa blessures, avant de fuir le plus loin possible de cette zone éclairée par les lucioles. Il a marché sans s’arrêter, bien que ses premières heures de marche furent difficiles en raison des étourdissements causés par sa blessure. Mais il a continu de marcher, dès la nuit du cinquième jour jusqu’à la matinée du sixième. Sur la fin, ses pas se font douloureux, de plus en plus lents. La fatigue commence à se faire sentir, il ralentit encore le pas, tentant de regagner ses forces. Il ne doit pas oublier qu’il est une proie, tout comme les autres tributs sont les siennes. De minute de minute, il regagne de l’énergie, suffisamment pour être en mesure de se défendre s’il vient à rencontrer un autre tribut sur son chemin. Il arrive jusqu’à une zone qu’il ne connait pas encore. C’est une forêt. Une simple forêt, à quel point qu’il en vient à se demander quel piège celle-ci contient. Ce serait trop simple, beaucoup trop simple que de pouvoir traverser cette zone sans rencontrer le moindre souci. Alors il reste concentré, fait divaguer son regard sur chaque recoin qui lui parait suspect, jusqu’à ce qu’il se pose définitivement sur une masse près d’un arbre. Il est trop loin pour reconnaître de qui il s’agit, mais c’est un tribut, à coup sûr. Une fille, compte tenu des cheveux. Blonde. La gosse du neuf ? Celle du sept ou encore celle du six ? « Hé l’ignorante, tu penses que c’est l’idée du siècle de faire une sieste en plein jour, à la vue de tous ? » À la vue de Leevy. Elle est immobile, comme si elle attendait simplement la mort. Il se rapproche d’elle, et parvient enfin à reconnaître les traits de la demoiselle. « Oh, mais c’est joue droite, ma grande amie. » Il esquisse un sourire. C’est Ambre, la tribut du sept, celle qu’il a blessée lors du bain de sang. Un travail qu’il n’a pas encore achevé. Et qu’il compte bien terminer maintenant que l’occasion se présente enfin à lui. « Tu veux que je t’égalise la gauche ? Elle doit être jalouse de sa copine, faut remédier à ça, tu crois pas ? » Et il s’en ferait un plaisir. Resserrant sa prise autour de sa machette, il se rapproche toujours plus, jusqu’à être debout devant elle. Il est prêt à frapper, il ne compte pas l’épargner. À moins qu’elle ait une très bonne raison pour qu’il la laisse en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre L. Galeoni
DISTRICT 7
Ambre L. Galeoni
△ correspondances : 852
△ points : 0
△ multicomptes : tris fanshawe (d2)
△ à Panem depuis le : 24/08/2013
△ âge du personnage : 18 y.o


can you save me?
statut: condamnée
relationships:


(J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Vide
MessageSujet: Re: (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre   (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Icon_minitimeLun 25 Aoû - 16:39


Take me home
Sixième jour. Un jour de plus dans cette Arène maudite. C’était long, beaucoup trop long. Son désir tenace de rester en vie était loin d’être pour des raisons nobles, mais qu’importe après tout. Elle ferait ce qu’elle voulait tant qu’on lui en laisserait l’opportunité. La matinée avait été longue, elle aussi. Réveillée aux aurores par un mal de tête lancinant, elle avait résisté à la tentation de prendre d’autres comprimés. Qui sait ce que cette journée lui réservait d’autre. Elle aurait pu se lever et reprendre la route en direction de la montagne, mais elle se sentait de trop dans cette Alliance. Elle n’y avait plus sa place. Et puis elle était bien là, assise à l’ombre avec un sac entier de provisions à disposition. Autant profiter du repos qu’on lui octroyait jusqu’au bout, et advienne que pourra.
***
District onze. Elle avait l’observé avec attention durant son interview, puisqu’il s’était montré solitaire comme tant d’autres avec lui. Il lui semblait qu’il portait le même prénom que le gosse du cinq, c’était toujours ça de moins à retenir. Par contre, elle n’avait aucune idée de son score. Mais les scores signifiaient bien peu de choses, pas vrai ? Elle avait bien caché ses talents jusqu’au bout, tout le monde pouvait en faire de même. Il n’y avait rien de glorieux en cela.  Quoiqu’il en soit, elle se souvient qu’elle avait ri à ce moment-là. Il était trop… tout.  C’était comme si il en voulait à la terre entière. De toute manière, il devait avoir des tendances suicidaires  pour se porter volontaire. A le voir comme ça, fortement amaigri et avec une oreille en moins, il lui ferait presque pitié.  Yorell Moon lui avait massacré le crâne contre un tronc d’arbre mais au moins, elle avait toujours ses deux oreilles, elle. Ambre fut également ravie de constater que dans un sens, elle se portait bien mieux physiquement que lui. Vivre avec les autres signifiait partager. Mais vivre avec les autres signifiait surtout vivre. « Hé l’ignorante, tu penses que c’est l’idée du siècle de faire une sieste en plein jour, à la vue de tous ? » Elle eut soudainement envie de lui arracher l’autre oreille. Mourir était suffisamment pénible, elle n’avait pas besoin de ses sarcasmes en plus. Elle n’avait pas d’arme, et sa jambe lui faisait trop mal pour un nouveau combat, mais ça, il n’était pas censé le savoir. Qu’il vienne donc, elle lui arracherait l’autre avec les dents. Elle n’avait plus peur, elle était déjà mourante. Quel piteux spectacle elle devait offrir. « Oh, mais c’est joue droite, ma grande amie. » Ainsi donc, le mystère s’éclaircissait. « Elle guérit bien, hein ? » Elle ignorait pourquoi elle lui avait balancé ça, mais jouer au plus con lui faisait un bien fou. Elle ne lui donnerait pas la satisfaction de se pisser dessus, ni même de baisser les yeux. Sa tête était bien droite, sans doute aussi pour cacher le sang qui coulait le long de sa nuque. Qu’il pense donc qu’elle était plus forte qu’elle ne voulait bien le montrer, ça l’arrangeait. Le visage de Leevy s’étira en un large sourire. Ri donc, petit con. Tu riras moins quand tu seras bouffé par les vers. « Tu veux que je t’égalise la gauche ? Elle doit être jalouse de sa copine, faut remédier à ça, tu crois pas ? » Il était tout à fait sérieux. Elle le savait. Elle le sentait. Mais Ambre avait cru tellement de fois qu’elle allait mourir au cours de ces derniers jours qu’elle n’y prêtait même plus attention. Elle le vit s’agenouiller lentement, prenant un malin plaisir à théâtraliser la scène. En le voyant dégainer sa machette presque avec amour, elle eut envie de vomir. A défaut d’arme digne de ce nom, elle le blesserait avec les mots. Quelque chose lui disait qu’il en avait l’habitude également, ils devaient donc jouer sur le même genre de terrain tous les deux. C’est le moment de voter pour qui est le plus pathétique. Que le meilleur gagne.

« J’espère que tu t’es bien éclaté au bain de sang, parce que ça a l’air d’être moins le cas maintenant. Combien de temps penses-tu encore tenir, hein ?» Au moment même où elle les prononça, elle sut qu’elle avait visé juste. Pauvre Leevy, personne ne le pleurerait. Il n’avait pas que des copains parmi les tributs, Ambre se souvient même d’une conversation entre Bloom et elle-ne-savait-plus-trop-qui, parlant des tributs à éliminer. Sûr qu’il faisait partie de cette liste. En le voyant sourire à nouveau, elle songea brièvement à Ethan, qui devait s’arracher les cheveux devant son écran à la voir jouer avec le feu de la sorte. Ethan qui ne lui avait toujours rien envoyé alors qu’elle était en train de crever de partout. Le moment où ils s’étaient embrassés n’était plus qu’un lointain souvenir, lui aussi. Un souvenir qui ne l’aiderait certainement pas aujourd’hui. Il lui avait dit de manipuler. De rester elle-même, en quelque sorte. Elle avait suivi ses conseils, et Isaac en était mort. Qu’on l’écoute ou non, l’issue serait la même. Alors autant déverser la douleur qu’elle avait dans un flot d’injures, c’était plus efficace. Elle jeta un autre coup d’œil à la machette qui s’approchait dangereusement. Au moins, le côté théâtral de Leevy lui donnait le temps de parler. « On est encore quatorze. Si tu veux me tuer, vas-y. Je ne me défendrais même pas » Elle était incapable de se défendre. Vas-y, joue de ta machette et achève-moi. Qu’est-ce que tu attends ? Elle ria. Elle ria parce qu’elle devenait aussi cinglée que Gargaria. Jouer avec le danger la faisait se sentir vivante. Et puis quelque chose lui disait que s’il voulait la tuer, il l’aurait fait depuis le début au lieu de l’écouter débiter des conneries. Une autre idée lui vient. « Tu peux me tuer pour satisfaire ton ego, ou tu peux m’aider à tuer ces petits enculés de district 4. Et si on croise Moon sur le chemin, tant pis pour lui. » Là, elle l’avait dit. Venger Isaac était la seule chose qui la motivait. Elle ne pouvait mourir que s’ils l’étaient également. La mort aurait quelque chose de paisible à ce moment-là, et uniquement à ce moment-là. Elle retient sa respiration déjà bien abimée par Yorell Moon et attendit le verdict. La machette ou la rédemption.




I GUESS I FORGIVE YOU
Revenir en haut Aller en bas
Leevy Stonefield
DISTRICT 11
Leevy Stonefield
△ correspondances : 83
△ points : 0
△ multicomptes : ah, psh, hbc
△ à Panem depuis le : 13/10/2012
△ humeur : mortelle
△ âge du personnage : dix-huit ans


can you save me?
statut: célibataire
relationships:


(J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Vide
MessageSujet: Re: (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre   (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Icon_minitimeVen 29 Aoû - 17:42

Il n’est pas particulièrement doué quand il s’agit d’identifier ses concurrents. Pour lui, ils ne sont que des cibles qu’il doit abattre l’une après l’autre, et rien d’autre. Il n’a pas envie de les appeler par leurs prénoms tout comme il s’en fiche pas mal de leur district d’origine. Encore, s’il avait daigné se faire un ou deux alliés, ils auraient fait semblant de s’intéresser à eux, mais il s’avère que ce n’est pas le cas. Il n’a pas voulu d’alliés, car il ne fait confiance à personne si ce n’est lui-même. Ainsi, ses co-tributs sont affublés de surnoms pour qu’ils parviennent à se souvenir de qui est dans la course ou non. Il y a la rousse du cinq, le joli-cœur du un ou encore le bridé du huit. Il y a trois exceptions à ces surnoms. Avril, Thunder et Zeena. Les deux premiers car ils sont ses cibles à abattre et qu’il veut pouvoir être en mesure de les reconnaître par leurs prénoms si quelqu’un vient à parler d’eux, et Zeena parce qu’il sait qu’elle ne supporte pas de l’entendre prononcer son prénom. Quant à la personne qui se trouve à quelques mètres de lui, il est bien incapable de mettre un prénom sur cette silhouette. Ni même de donner un surnom à celle-ci, puisqu’il n’est pas en mesure de l’identifier. C’est une blonde, ça peut donc être la pistonnée, l’ignorante ou joue droite. Il s’avère que la dernière proposition est la bonne. Un sourire se dessine sur ses lèvres lorsqu’il la reconnait. Il est ravi de tomber à nouveau sur elle, elle est inscrite sur sa liste de cibles à abattre. Ils le sont tous, en réalité, avec certains prioritaires sur d’autres. Dont elle. Il ne lui rapproche rien de particulier – pas comme c’est le cas pour Thunder, par exemple – il a simplement envie de finir le travail. Il lui a écorché la joue, il se gêne pas pour la provoquer sur ce point, mais la joue ne lui suffit plus. Il a envie de plus. « Elle guérit bien, hein ? » Il l’observe un peu plus en détail. Elle guérit, oui, et c’est bien dommage. Mais la cicatrice laissée par le poignard n’est pas prête de disparaitre. Et ça lui fait plaisir. Si elle vient à sortir de cette arène vivante, elle aura toujours une pensée pour Leevy, dès qu’elle aura le malheur de s’observer dans un miroir. Cette idée lui provoque un léger sourire. « Trop bien à mon goût. » Il en vient à se demander si elle n’a pas reçu un cadeau d’un potentiel sponsor, un cadeau qu’il se ferait un plaisir de dérober pour ses propres soins. Il n’y a pas à discuter, son oreille est tout de même bien plus importante que la joue de la demoiselle. Et puis, instinct de survie oblige, il ne va tout de même pas s’en aller sans l’avoir dévalisé ou, au moins, tuée.

Pour autant, il ne se jette pas sur elle. Il pourrait, mais il n’en a pas envie. Elle l’intrigue, d’une certaine façon. Il n’a pas l’habitude qu’on lui réponde de cette façon, ni même qu’on appuie son regard. Il est l’habitude qu’on évite celui-ci. Et les rares osant le défier apprennent à ne plus jamais le faire. Mais il y a quelque chose chez cette fille qui l’empêche de lever la main sur elle dans l’immédiat. Une chance pour elle, certainement. « J’espère que tu t’es bien éclaté au bain de sang, parce que ça a l’air d’être moins le cas maintenant. Combien de temps penses-tu encore tenir, hein ? » Il esquisse un bref sourire. « Plus que toi, déjà. » Il tient debout, contrairement à elle. Et même si son oreille commence à affreusement le faire souffrir dû à la probable infection qui commence à se propager dans son corps, il est en mesure d’avancer. Elle ne peut pas en dire autant. Et elle n’est certainement pas par terre pour la simple envie de se reposer quelques instants, elle aurait probablement fuit en l’entendant arriver. Mais elle ne l’a pas fait. Elle n’a pas besoin d’en dire plus pour qu’il devine qu’elle n’est pas, qu’elle n’est plus, en mesure de se battre. Pour autant, tel qu’il l’aperçoit, elle ne lui semble pas particulièrement souffrante, du moins pas autant que lui. Mais il faut croire que les apparences sont trompeuses. Qu’elle est réellement blessée ou qu’elle se joue particulièrement bien de lui.

Fini l’intérêt qu’il lui a porté un court instant. Il est prêt. Il est prêt à lui porter le coup fatal, celui qui réduira l’existence de la tribut du sept à néant. Il aurait pu le faire depuis plusieurs minutes, il aurait dû le faire depuis plusieurs minutes. Il n’a aucune raison d’allonger la durée de leur rencontre. Le schéma est simple. Ils se rencontrent. Il l’achève. Il repart. Et pendant qu’il disparait, il entend le coup de canon qui signifie que la demoiselle est morte. Fin de l’histoire. « On est encore quatorze. Si tu veux me tuer, vas-y. Je ne me défendrais même pas » Il fronce les sourcils. Sa volonté de lui ôter la vie est soudainement réduite à néant. Non pas qu’il éprouve une quelconque sympathie pour la jeune femme, mais parce qu’il ne voit pas l’intérêt de tuer quelqu’un qui ne souhaite pas se défendre. Autant s’attaquer à un rat ou à une souris, ce serait exactement le même effet. « Dans ce cas, pourquoi tu ne te suicides pas ? » Ce serait plus simple. Probablement moins douloureux. Peut-être qu’elle est attirée par la souffrance. Il ne sait pas, et pour une fois, sa question n’a pas pour seul but de provoquer son adversaire. Il retarde l’acte. Il ne la tuera pas, pas maintenant. Il veut savoir pourquoi elle ne se défendra pas. C’est illogique, dans un endroit pareil. On se bat pour sa survie, quel que soit son caractère, qu’on soit un sadique dégénéré ou une pauvre âme apeurée. Elle n’a pas l’air de faire partie de la seconde catégorie, à première vue. Alors pourquoi ? Il finit par reculer de quelques pas, s’apprête à faire demi-tour, à reprendre son chemin et à tomber sur quelqu’un qui ne se contentera pas d’accepter la fatalité, mais qui sera en mesure de se battre pour sa vie, quand elle se décide à reprendre la parole. « Tu peux me tuer pour satisfaire ton ego, ou tu peux m’aider à tuer ces petits enculés de district 4. Et si on croise Moon sur le chemin, tant pis pour lui. » Il se retourne, l’observe un court instant dans le silence le plus complet. Les enculés du quatre. Thunder et Avril. Les deux tributs qu’ils comptent absolument voir six pieds sous terre, maintenant que Zeena n’est plus de la partie. Avril, pour le simple plaisir de faire souffrir Thunder, et Thunder… parce qu’il est Thunder, un connard qui mérite d’être remis à sa place. Moon, le bridé du huit, il ne le connait pas. Mais il a eu un meilleur score que Leevy à l’entraînement, et rien que pour ça, il serait prêt à en faire une cible. « Elle est où l’arnaque ? » Il y en a une, c’est obligé. Il ne peut pas tomber sur quelqu’un ainsi, par hasard, qui partage sa haine envers les tributs du quatre. Elle a su qu’il ne les aimait pas, d’une façon ou d’une autre, et elle s’en sert contre lui. Elle essaie de le mettre en confiance, avant de lui planter un couteau dans le dos. Manque de chance, Leevy ne fait confiance à personne, pas même à sa propre famille, alors cette blonde sortie de nulle part… Mais il doit reconnaître que la proposition le tente. Même s’il se sait capable de s’occuper des deux tributs chacun leur tour, cet aide ne serait pas négligeable, il est obligé de l’admettre. « J’ai une condition. Si on croise la gamine du cinq au passage, on l’achève. » Il peut même laisser l’honneur à numéro sept, du moment qu’il peut s’occuper d’arracher une des oreilles de la rousse. Il en vient même à lui tendre la main pour l’aider à se relever. Qu’elle essaie seulement de profiter de la situation pour lui planter un couteau, il est plus fort qu’elle, il le sait, elle le sait.
Revenir en haut Aller en bas
Caesar Flickerman
MAITRE DU JEU
Caesar Flickerman
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



(J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Vide
MessageSujet: Re: (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre   (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Icon_minitimeSam 30 Aoû - 0:30




Sponsor pour Ambre et Leevy
Nature: Ethan Fawks-Williams et Alexiane Hawthorne leur font parvenir un médicament élaboré qu'ils ont pu obtenir grâce aux sponsors.
Message: "Le D11 et le D7 passent le bonjour à Leevy et Ambre. A&N.
Jamais deux sans trois, j'attends mon troisième baiser. Alors sors-toi d'ici, vivante ! N."
Instructions: La réception du parachute se fait dans ce rp comme vous le souhaitez.

Puisse le sort vous être favorable!


Revenir en haut Aller en bas
http://mockingjay.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé



(J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Vide
MessageSujet: Re: (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre   (J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

(J6 - 11h) i'll take you to a place you have never seen + ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: 78th HG :: rps avant et pendant l'intrigue-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.