petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
Le Deal du moment : -40%
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – ...
Voir le deal
54 €

Partagez | 
 

 C L Y D E - House of the Rising Sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



C L Y D E - House of the Rising Sun Vide
MessageSujet: C L Y D E - House of the Rising Sun   C L Y D E - House of the Rising Sun Icon_minitimeLun 21 Avr - 16:00



" We can't afford to fall apart "
I don’t understand how she chose me when she could have any other guy. She is the most amazing girl in the world, you see, but yet; she chose that piece of shit that I am.


La porte de l'appartement se referma silencieusement derrière moi et je déposais mécaniquement les clés sur le meuble de l'entrée avant de retirer mes chaussures et de me diriger nonchalamment jusqu'à la salle de bain. Fin avril. Deux mois que j'étais rentré chez moi pour mon plus grand bonheur, deux mois que je flottais sur un petit nuage et que j'avais réussi à mettre de côté le fait que ce qui avait été lancé par ma réputation au Capitole ne pouvait pas s'arrêter aussi facilement... mais oh, ce qui venait de se passer aujourd'hui m'avait remit les pendules à l'heure.

Sans même prendre la peine de retirer mes vêtement, j'entrais précipitamment dans la douche et ouvris le robinet d'eau pour sentir bientôt le liquide chaud me couler sur le visage et imbiber mes vêtements déjà humides. Il fallait que ça parte, il fallait que tout ça s'en aille, que je m'en débarrasse. Tout de suite. TOUT DE SUITE ! À cette pensée, mon corps se mit subitement à s'agiter comme si j'étais possédé par un esprit malin et j'arrachais immédiatement ma chemise pour la jeter à l'extérieur de la cabine, comme si elle avait prit feu. Puis mon pantalon suivi, mes chaussettes et finalement mon boxer. J'attrapais le savon pour me laver de la tête aux pieds, une fois. Puis une deuxième fois. Encore une autre. Ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien dans le tube de shampoing que je n'avais même pas eu conscience d'avoir vidé à moi tout seul. Voila donc que je me retrouvais sans rien pour m'occuper les mains, chose qui me ramena un peu à la réalité, mais en tout cas pas pour me calmer. Non... ce fut juste suffisant à me décrocher un hurlement qui finit par me plier en deux et me faire asseoir au sol avec les ongles plantés dans la chair de mes bras. Et plus les secondes passaient, plus j'étais tenté de me m'écorcher la peau jusqu'au sang, ce que j'avais d'ailleurs entamé par endroits. Mais ça ne changeait rien. Ca ne faisait que bruler encore plus. C'était insuffisant. Alors j'avais essayé de me griffer directement au visage dans l'espoir d'arriver à retirer mon masque social. En vain.

Il ne partirait pas, il ne partirait jamais.
Et à cause de lui, j'en étais réduis à faire des choses impardonnables.

Dire que pendant ce temps, ma famille m'attendait à la maison. Dire que je leur avais fais ça, sali mon nom une fois de plus. Que j'avais juré fidélité à Lilas en croyant vraiment à ce que je lui racontais. Mais ne nous leurrons pas, ça m'était impossible d'être fidèle, pratiquement. Ca m'était impossible de ne pas la tromper même si je l'aimais de tout mon coeur et ça continuerait de l'être jusqu'à ce que je cesse d'être jugé comme étant désirable par les citoyennes du Capitole. Je ne pouvais pas refuser leurs avances, à ces dames dans l'entourage du président... je n'avais pas mon mot à dire si je tenais à la vie de mes proches. Distraire les gens faisait donc partie de mes obligations. Néanmoins, faire subir une telle humiliation à ma compagne et surtout passer ces horreurs sous silence en faisant comme si de rien n'était une fois rentré chez moi, ça, je n'étais pas certain de pouvoir vivre avec sur le long terme. Qu'est-ce que ça disait de moi en tant qu'homme ? Qu'est-ce que ça disait de moi en tant qu'être humain? Est-ce que c'était ça, le modèle masculin avec lequel ma fille allait devoir grandir ?

Mon cri s'étouffa finalement dans des sanglots douloureux et je vins me cacher le visage à deux mains jusqu'à ce que mes larmes tarissent. Les lèvres de cette femme dans ma nuque me hantaient encore l'esprit et resteraient sans doute ancrées encore un moment dans mon épiderme. Sa chaleur, ses soupirs, ses paroles à mon égard... je lui avais procuré un plaisir qui ne devait être réservé qu'à une seule personne, ce qui représentait un crime de plus sur la longue liste de ceux que j'avais commis envers mes principes. Capitole, Capitole, Capitole. Vive le Capitole. Je commençais à me gratter le cou de plus en plus fort pour me débarrasser de mon collier invisible, lequel était accroché à cette laisse que tenait Snow depuis ma victoire et sur laquelle il lui suffisait de tirer pour m'étrangler et me faire ainsi obéir à ses ordres, en cas de réticence de ma part. Encore, encore et encore, je me lacérais la peau jusqu'à ce que le sang apparaisse sous mes ongles, puis basculais sur le côté, tête au sol, lorsque les liens cédèrent enfin un petit peu. Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire de tout ça ? Je ne méritais pas l'amour de qui que ce soit, vu la façon dont je le préservais.

Je crois que j'étais ainsi resté immobile et somnolent pendant approximativement trois heures sous l'eau. Eau avec laquelle je tentais désespérément de faire disparaître l'odeur de la personne avec qui j'avais couché ce matin, mais ça ne marchait pas et de l'autre côté, j'avais plongé au fin fond de mes ressources internes pour essayer d'y trouver les pièces nécessaires au rafistolage de mon cœur et de mon âme, tous deux devenus hors d'usage. Il fallait que je mette la main sur la raison qui pousserait ma carcasse d'éclopé à se relever et à continuer d'avancer. Une seule me suffirait. Ma rédemption. « Eve... » J'étais responsable envers cette enfant qui n'avait pas demandé à voir le jour dans un monde aussi cruel. Responsable de sa vie et de son développement. Responsable d'être son père. Trahir Lilas contre mon gré était une chose, mais abandonner ma fille parce que j'aurais été trop lâche pour assouvir ses besoins au détriment de mes conflits intérieurs en était une autre. Je n'avais pas le droit de penser qu'à moi alors que quelqu'un avait littéralement besoin de ma présence, je n'étais pas ce genre de personne.

Péniblement, je me redressais donc et sortis de la douche aussi fluidement qu'un zombie pour venir m'observer dans le miroir. À vue d'oeil, il allait me falloir un col roulé et une certaine dose de fond de teint pour cacher mes mutilations, car je ne pouvais pas me présenter dans un état pareil à la fête de ce soir, à moins de donner l'excuse d'avoir été griffé par mon chat (que je n'avais pas). Nope. Et à présent, il était temps d'aller me changer et de me reprendre en main. J'avais pris du retard. Réajuster mon sourire, remplacer mes états d'âme réels par d'autres qui soient plus emprunts au 'jeu'. J'aimais me faire désirer, c'est vrai, ça ne me dérangeais pas que l'attention soit tournée dans ma direction, certes, mais j'appréciais encore plus ma liberté et l'intimité de ma famille. Or, on ne pouvait pas tout avoir.

Un dernier coup d'oeil dans la glace me fit prendre conscience que mon regard semi-absent trahissait ma morosité et que je devrais donc me méfier de ça tout à l'heure. Mais ça irait. Ca allait toujours, en fin de compte. Je m'offris un sourire à moi-même, puis pris la porte pour me rendre à la réception.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



C L Y D E - House of the Rising Sun Vide
MessageSujet: Re: C L Y D E - House of the Rising Sun   C L Y D E - House of the Rising Sun Icon_minitimeJeu 24 Avr - 10:13

☞ where are our minds ?


Capitole. Réception. Deux mots qui sonnaient toujours désespérément faux dans l’esprit de Clyde. Quoi qu’il en fasse, quoi qu’il essaie d’en faire, ce n’était jamais qu’une éternelle mascarade, un jeu, un spectacle auquel il se prêtait par instinct de survie plus que par plaisir ou par choix. Il n’avait pas envie de recevoir la visite de quelque pacificateur l’accusant de traîtrise, le questionnant tout bonnement sur ses activités. Il n’avait pas envie non plus de rester enfermé chez lui à se morfondre, sa maison au village des vainqueurs étant bien le seul endroit où il ne supportait plus de mettre les pieds, bien souvent. C’était trop grand. Trop vide. Les rires d’enfant éclataient encore sur les murs, rebondissaient et touchaient son cœur comme un pic acéré. Il n’arrivait pas à s’en défaire ; pas même quatorze ans après l’incident. Les fantômes dansaient entre les quatre murs de cette gigantesque boîte dont il se sentait ni plus ni moins prisonnier. Attaché, enchaîné. À avoir une vie confortable, certes, mais à souffrir chaque jour d’être encore en vie. Il aurait préféré mourir aux Jeux que d’avoir à subir tout cela. Il aurait préféré, même, être là pour l’incident, et se sacrifier pour elle. C’était si stupide, d’avoir ce genre de pensées. Et il n’aimait pas cela. Mais c’était incontrôlé ; incontrôlable. Il se perdait dans ses divagations et ses souffrances, et rien ne comptait plus alors que d’imaginer le monde, rempli de si. Refaire l’histoire, et imaginer ce qu’il en avait été si, justement, il avait pu la sauver. S’il n’avait pas été tiré au sort pour les Jeux, il sait que ni Caelenia ni Mallory ne seraient rentrées dans sa vie. S’il n’était pas parti la toute première fois pour le Capitole en tant que chair à canon, peut-être aurait-il réussi à avoir une vie normale, dans son district ; ou alors, ses parents l’auraient poussé à se porter volontaire une année — s’ils avaient seulement eu assez d’arguments pour le convaincre de le faire — et il serait mort dans une autre arène, dans d’autres circonstances. S’il n’avait jamais cédé aux avances douces de Caelenia, elle ne serait jamais venue lui annoncer sa grossesse, et lui demander avec ses petits yeux de biche d’assumer son rôle de père. Ou si, même, il avait refusé de le faire. Alors, peut-être, les choses auraient-elles été totalement différentes. On dit, après tout, que le battement d’ailes d’un papillon entraînerait un typhon à l’autre bout du monde. Théorie du chaos. Changer une chose bouleverse tout. Peut-être l’aurait-il souhaité. Peut-être l’aurait-il voulu. Peut-être se plaisait-il à refaire sans cesse le monde, pour cette raison. Mais voilà. Le monde n’était pas différent. Personne n’avait le pouvoir de changer les choses. Et il n’avait plus qu’à vivre avec souvenirs et fantômes, en espérant que sa vie ne se complique pas davantage, et en obéissant aux lois d’un monde qui lui donnait la nausée, dans le simple espoir de survivre. Il ne changerait rien. Et il était peut-être temps, quatorze ans après le drame de sa vie, de se faire à l’idée.

Alors, on sourit. On s’arme de sa plus belle trogne, de celle qui fait fondre les Capitoliennes — et parfois même Capitoliens — et on se contente de marcher au milieu de la haie d’honneur tracée par ces gens qui ne savent même pas ce que signifie le mot honneur. Il les avait toujours détestés plus que ce n’était permis de détester quiconque, mais n’avait malheureusement pas le choix de les supporter. Il ne se pavanait pas, ne traînait pas les pieds, et se contentait d’avancer, le dos légèrement voûté, de cette démarche sauvage et lancinante, ce petit sourire taquin aux lèvres. Il aurait voulu leur perte. Leur mort. Alors, on lui demanderait : pourquoi ne pas avoir intégré les rebelles ? Parce qu’il les détestait. Tout autant que Snow, et ses Pacificateurs. C’était à croire qu’il détestait absolument tout le monde en ce bas-monde. Et ceux qui murmuraient cette vérité n’étaient pas bien loin de l’exactitude.

Heureusement, à cet instant, il n’y avait personne. Seul, les mains dans les poches de ce pantalon fort élégant — peut-être trop pour lui —, il avançait. Le Capitole le vêtait à sa guise lorsqu’il y mettait les pieds, et ce n’était malheureusement qu’une fois chez lui, et loin des caméras, qu’il pouvait enfiler les bonnes vieilles fringues qui ne plaisaient qu’à lui, et dans lesquelles il arrivait à se sentir bien. Ce n’était qu’une fois loin des caméras qu’il pouvait se débarrasser de la petite escorte de Pacificateurs qui n’était jamais bien loin. Mais qui, là, le laissait en paix. Parce qu’il avait déjoué leur présence ? Oui, sûrement. Petit malin. À ne pas prendre le chemin qu’on attendait qu’il emprunte, prêt à débarquer à la réception à laquelle il avait été convié. Oui. Lui. Invité. Par le Capitole et ses habitants. Et il y allait. Drôle de nouvelle, lorsqu’on connaissait le bonhomme. C’était oublier qu’il n’avait pas le choix.

Une boule étrange au creux du ventre. Il était au Capitole parce qu’on lui avait demandé d’y venir. Parce que, le soir précédent, encore, il s’était perdu dans les draps d’une femme qui l’avait voulu. Ce genre de choses qui aurait pu le répugner. Mais auxquelles il s’était fait. Triste fatalité que de se prostituer. Mais il détestait ce terme, et bien fou aurait été celui qui l’aurait employé à son égard, et face à lui. Clyde était de ceux qui s’énervaient brutalement et pour peu, et ce genre de sujet était donc absolument tabou. Impossible à aborder avec lui. Il le faisait parce qu’on lui demandait. Et il n’y avait pas à tergiverser ce point. Le plaisir d’un homme n’avait rien à voir avec ce qu’on lui imposait. Point final.

Loin des caméras. Il ne souriait pas, parcourant les couloirs de ce somptueux bâtiment du Capitole. Étranger à ce monde qu’il détestait plus que tout, et contre lequel il ne pouvait rien. Il sécrétait une perpétuelle amertume à l’égard de ces gens. De cette vie. De tout ça. De l’humanité en général. Mais il était comme cela ; et impossible à changer, malgré tous les si que l’on souhaitait voir modifier l’histoire.

À quelques mètres de la réception, seulement. Il sentait une boule se former au creux de son ventre, et soupira brièvement entre ses dents serrées. Il avait envie de faire demi-tour. De courir jusqu’au sommet de cette tour d’architecture complexe, de grimper sur le toit et d’hurler sa rage au monde. Mais il était enchaîné, pareil à une bête sauvage. Et c’était bien impossible d’escompter fuir cette fête.

Puis, il le vit. Tywin. La première seconde, un sourire se dessina sur les lèvres du vainqueur. Il ne serait pas seul, ce soir. Pas le seul à répondre à cette fête stupide et vomitive. Mais dès l’instant où il l’aperçut, il comprit néanmoins que quelque chose clochait ; le Nasuada aurait dû être heureux. Il était tout juste père, et fraîchement marié. N’avait-il pas tout pour être comblé ? Le sourire de Clyde fana instantanément. Ombre silencieuse que les Capitoliens n’avaient pas encore vue arriver, Tywin ne s’était pas encore mélangé à la foule. Et il en profita. Zigzaguant entre quelques personnes qu’il esquiva, le regard bas, il attrapa son collègue du Un par le bras pour le tirer à l’écart avant qu’une quelconque greluche ne se jette à son cou. Car c’était impossible. Tywin ne pouvait pas décemment entrer dans cette salle, et y faire sa vie. Son sourire sonnait faux. Son regard était vide, absent. Et toute sa posture hurlait sa souffrance. Ses yeux dégueulaient de la douleur comme la mer vomissait des vagues, et il était tout simplement inconcevable qu’il se retrouve projeté au milieu de cette horde de sauvage impies qui n’auraient pas eu la moindre once de pitié ou d’inquiétude, et qui se seraient jetés sur lui tels des fauves affamés de bonne fréquentation et d’un corps jeune et affable. Il ne leur permettrait pas. Il avait lui-même ignoré ceux qui s’étaient approchés pour le saluer, et avaient tenté d’attraper son bras. Laissant des déceptions derrière lui. Il s’en fichait. Il serait bien à même de les combler lorsqu’il reviendrait, tout à l’heure. Mais pour le moment, il y avait plus urgent.

Forçant Tywin à être dos au mur, l’y plaquant, il l’attrapa par les épaules, planta son regard acéré dans le sien, sans la moindre pitié. Il s’était éloigné de la salle de réception, suffisamment pour que les invités ne les voient ni ne les entendent, et assez rapidement pour que les Pacificateurs qui le surveillaient ne comprennent rien et n’aient pas le temps de les suivre. Ils étaient seuls. Face à face. Cartes sur table. « Putain mais tu fais quoi là ? » Il déglutit. S’humecta les lèvres, et relâcha légèrement sa pression sur les épaules de son vis-à-vis. « Tu peux pas y aller comme ça, murmura-t-il, d’une voix un peu plus douce. Tu peux pas… » Il laissa ses mains glisser un peu plus loin de ses épaules, avant de finalement le lâcher, entièrement. Mais que Tywin n’essaie pas de s’enfuir. Qu’il n’essaie pas, où il aurait une surprise de taille.

Le regard du vainqueur se fit moins perçant. Moins dur. Une lueur d’incompréhension au fond de son regard. Une flamme d’inquiétude.

Si même l’expert au jeu du mensonge et du sourire avait glissé jusqu’au fond du trou, alors comment s’en sortir ? Comment continuer à se battre ?

Essayer de garder la tête haute. Mais donner des coups d’épée dans l’eau. Se battre contre des moulins à vent.
Les hantises et les fantômes n’étaient jamais bien loin derrière les sourires. Et une fois la coquille effritée, il était si facile de gratter du bout de l’ongle pour apercevoir les horreurs d’une vie.


code (c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
 

C L Y D E - House of the Rising Sun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 3 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.