petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
-24%
Le deal à ne pas rater :
Nouveaux écouteurs sans-fil Huawei FreeBuds 3 (via ODR 30€)
94.99 € 124.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 ascension + one shot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



ascension + one shot Vide
MessageSujet: ascension + one shot   ascension + one shot Icon_minitimeMer 18 Fév - 18:46


 
ascension
 

Du matin jusqu'au crépuscule de cette journée, je n'ai fait que batailler. Avec Hunter, avec Rivaï, avec les Conseillers. Depuis ce matin jusqu'au crépuscule j'ai dû me débrouiller seule, pour trouver un moyen. Trouver un moyen de reprendre le contrôle de la situation. Mise à l'écart dès le départ, je suis passée de la détresse à la manipulation. J'ai usé de mes talents pour parvenir à mes fins : le Palais Présidentiel. Il est bon d'y être vu en ce jour funeste. Ils y sont tous. Et je me dois d'y être aussi. J'ignore toujours l'identifié du misérable qui a ordonné mon autarcie, mais cette information m'importe peu à présent. J'ai déjoué les manigances de mes ennemis. Comment ? Cela n'a pas été chose aisée. Tout d'abord, je devais remplacer les Pacificateurs affectés à la sécurité de mes appartements. De toute évidence, ils étaient corrompus, et je ne m'entoure que de personnes sur qui je peux exercer un parfait contrôle. Je devais donc trouver des soldats qui sauraient obéir aux ordres donnés, mes ordres en particulier. Une équipe redoutable, à même de m'assurer une sécurité sans égale. Les Masques d'Argents, l'escouade de choc du Capitole. Des guerriers sur-entraînés, des gens de l'ombre. L'arme secrète de notre gouvernement. Autrefois, c'était le Capitaine Rivaï qui commandait cette unité. C'est à travers lui que les Masques d'Argents ont été placés entre mes mains. Je ne regrette qu'une seule chose : avoir usé du chantage pour l'y forcer. Mais la faim, justifie les moyens. De cette manière, je m'assure d'avoir une force armée sous ma juridiction. Désormais, ils n'obéissent qu'à moi et assureront ma protection avec Niamh Zola-Romanov, j'en suis persuadée. Mais un bras armé ne suffit pas. Je ne vais tout de même pas attaquer le Palais. C'est grotesque. Il me fallait donc une notoriété supérieure pour autoriser mon trajet. Le chef de la sécurité du Capitole s'en est chargé. Ce qui dans un sens m'est insupportable. Un soldat plus influent que moi. Preuve que nous sommes en plein chaos.

Il était temps. Nous étions fin prêt à nous rendre au Palais Présidentiel. Les Masques d'Argents avaient rejoint mes appartements à l'heure indiquée, mais sans le Capitaine Rivaï. Le Lieutenant Frost s'est excusé pour son absence, mais des affaires urgentes le retiennent ailleurs. C'est compréhensible. Et puis il m'avait prévenu de cette éventualité. À l'embarquement, sur la plate-forme hovercraft, nous n'avons rencontré que peu de résistance. Mon équipe s'est opposée au Commandant Traynor de façon implicite. Les Pacificateurs n'ont accepté de me laisser passer seulement lorsque Seeley Frost leur a présenté la missive du Capitaine Rivaï. Il n'avait alors plus un seul mot à dire.

Enfin, nous y sommes. l'Hovercraft atterri devant la demeure de Feu Coriolanus, dans la cour avant. La passerelle s'abaissent et nous descendons. Notre arrivée, n'était bien évidemment pas attendue. Il y a des soldats en faction absolument partout. Ils ne portent pas l'armure blanche écarlate des Pacificateurs, mais des manteaux noirs. Ils sont d'ailleurs appelés ainsi. Ils forment la garde rapprochée de notre cher Président. L'un d'eux s'avancent vers notre groupe. Ministre Parks, que faites-vous ici ? À mes côtés, se dresse l'équipe entière des Masques d'Argents, leurs armes à la main, accompagnés de quelques Pacificateurs envoyés par Logan Lundgren. Je me tiens droite, dans ma combinaison funèbre et d'un ton ferme, je demande au garde. Conduisez moi jusqu'à lui, immédiatement. Il acquiesce et s'écarte pour me céder le passage. Pas après pas, je monte les marches qui conduisent à l'entrée. Le grand hall est entièrement vide. Seuls les muets du Président, qui portent du noir entièrement, se tiennent aux seuils des portes. Le temps semble s'être arrêté dans cette maison. À l'étage, il en est de même. C'est un silence de mort qui règne, et il est de mise. J'y suis. Derrière cette porte se trouve la chambre du dirigeant de Panem. Elle s'ouvre et je le découvre, allongé paisiblement dans son lit, les paupières fermées. C'est donc vrai. Je n'en étais pas vraiment certaine. Pour y croire, je devais le voir de mes propres yeux. Et c'était le cas. Le garde qui m'a escorté à travers les couloirs du Palais entre dans la pièce. Les yeux rivés sur le cadavre de Snow, je m'adresse à lui. « Où se trouve la famille du Président ? » « Dans la bibliothèque, au rez-de-chaussé. » Je quitte alors les lieux, me dirigeant vers la bibliothèque où les Snow se trouvaient. Le Président Snow avait un fils, qui avait épousé une femme et eut deux filles avec elle. Si je m'inquiétais pour sa descendance ? Pas une seconde. Leonidas Snow est un imbécile. Il n'a pas l'étoffe d'un Président et ne souhaite pas reprendre le trône de son paternel. Je puis vous l'assurez. Et si par malheur c'était le cas, je ferai en sorte de lui ôter cette idée de la tête. Arrivant en bas, j'entends les pleures des enfants, et les paroles de leur mère qui tente de les réconforter. En tant que Ministre et Conseillère, je présente mes condoléances. La plus jeune de ses petites-filles, Celenia, semble inconsolable. Je me permets de m'asseoir à ses côtés, et de prendre son visage entre mes mains. « Trésor, je suis sincèrement désolée.. Ton grand-père était un homme bon. Et sache qu'il t'aimait énormément. » De mes doigts je sèche les larmes qui coulent de ses yeux, et lui adresse un large sourire. « Tout ira bien mon enfant, je t'en fais la promesse. » Celenia se lamente quelques instants dans mes bras, avant que Leonidas ne demande à me parler. Nous quittons alors la pièce, pour un peu plus d'intimité. « Leonidas, si vous avez besoin de quoi que ce soit.. » Le pauvre semble dévasté. Il ne doit pas réaliser la perte de son père. Ce qui est compréhensible, mais autre chose semble le contrarier. « Merci à vous Pandora, mais ce n'est pas le décès de mon père qui m'inquiète, mais plutôt ce que compte en faire ses conseillers. » Il m'explique alors que depuis leur arrivée, ils n'ont pas quitté la salle à manger, que leur entrevue le met mal à l'aise et qu'il craint leur prochain coup. Comme je peux, je le rassure, avant de le laisser retourner auprès de sa famille.

Je disparais ensuite de la vue de tous. Discrètement, je pénètre dans le grand bureau de Coriolanus. Toute la pièce est couverte de marbre et d'or. Un long tapis rouge frappé du symbole du Capitole longe l'endroit jusqu'à son bureau, lui aussi entièrement fait de la pierre noble. Derrière ce dernier se tient un grand aigle doré, emblème du gouvernement. Quelle splendeur. À l'image de notre cher Président. D'habitude très éclairé, aujourd'hui les rideaux sont tirés et l'endroit est désert. D'un pas silencieux je m'avance jusqu'au fauteuil de velours bordeaux et m'y pose, lentement. Les mains sur la pierre froide du bureau, je savoure cet instant. C'est une place vacante sur laquelle je viens de m'asseoir. Celle de leader de Panem. Le trône du pouvoir. Et l'idée de m'y installer en tant que Présidente, me traverse alors l'esprit, et me provoque, un large sourire. Qui mieux que moi, peut veiller au bien être et à la sécurité de notre grande nation ? Je me fais alors une promesse : quoi qu'il en coûte, je défendrai les intérêts de l'état. Quoi qu'il en coûte, je m'assurerai de la suprématie de notre gouvernement. Pour le Capitole, pour Panem, toujours.
© charney
Revenir en haut Aller en bas
 

ascension + one shot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 5 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.