AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 ATELIER N.1 - agilité

Aller en bas 
AuteurMessage
Caesar Flickerman
MAITRE DU JEU
MAITRE DU JEU
Caesar Flickerman

△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens

ATELIER N.1 - agilité Empty
MessageSujet: ATELIER N.1 - agilité   ATELIER N.1 - agilité Icon_minitimeMer 11 Juin - 13:34


entraînements des tributs
“ atelier 1 ”
Vous n'avez pas le temps de lancer un sujet, vous ne trouvez pas de partenaires ou tout simplement vous ne souhaitez pas développer plus les activités de votre personnage dans cet atelier ? Vous pouvez poster à la suite les actions/impressions de celui-ci à la suite de ce sujet pour en garder tout de même une trace.

Même si cette qualité n'est pas celle qui vous sera la plus utile, elle peut tout de même vous sortir de situations délicates, ou bien vous permettre d'approcher de vos cibles en toute discrétion. Apprenez à vous déplacer silencieusement, à grimper aux arbres ou à tout autre élément de l'environnement qui vous fera échapper aux tributs sanguinaires, et mêmes aux créatures que vous ne voulez pas rencontrer.



Revenir en haut Aller en bas
http://mockingjay.forumgratuit.fr
Invité
Invité



ATELIER N.1 - agilité Empty
MessageSujet: Re: ATELIER N.1 - agilité   ATELIER N.1 - agilité Icon_minitimeJeu 12 Juin - 19:42

erreur. ._.


Dernière édition par Ralphie J-S. Wakefield le Sam 14 Juin - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



ATELIER N.1 - agilité Empty
MessageSujet: Re: ATELIER N.1 - agilité   ATELIER N.1 - agilité Icon_minitimeSam 14 Juin - 2:31

J’allais commencer une nouvelle journée d’entrainement, après celle de la veille, qui m’avait laissée quelques bleus, j’étais bien décidée à me lancer à fond dans la préparation des jeux, j’allais faire un maximum d’atelier pour en apprendre un maximum aussi bien sur moi que sur les techniques qui pourrait m’être utile dans l’arène. La veille mon instructrice de corps à corps m’avait intriguée par rapport à l’atelier d’agilité, pour elle j’avais des qualités pour ce domaine mais ma faible force risquait de me poser des problèmes pour être vraiment bonne, mais du coup, j’avais envie de voir ce que je donnais sur ce point. Ainsi, il n’était pas impossible que pour la première fois depuis le début des entrainements je me sente à ma place et surtout que je réussisse enfin quelque chose. Le camouflage avait été moyen et le corps à corps plutôt mauvais, je n’avais pas dut impressionner grand monde avec ces démonstrations de médiocrité, au moins, je n’avais pas trop attirer l’attention.. Ainsi, je me postais au niveau de l’atelier d’agilité. Il y avait plusieurs stand, certains formant un parcours où l’agilité était testée, mais moi, j’avais vu ce qui m’intéressait, le mur d’escalade, il était immense, d’en bas, je semblais n’être qu’une fourmi. Un David face à un Goliath. Et pourtant j’étais motivée, maintenant que je comprenais mieux l’ensemble de la situation, j’avais gagné en courage, et surtout je n’avais plus peur d’oser, oser le risque et le danger..

Le mur était immense donc, d’un noir parfait. Les premiers mètres étaient jonchés de prises voyantes et colorés, il s’agissait de la partie la plus facile. Par la suite, les prises se faisaient plus disparates. Environ au deux tiers du mur, il y avait une avancée, sans doute une chose difficile à grimper. Au dessus, on ne voyait plus rien, seulement une surface brillante. Les prises devaient être si petite qu’il était impossible de les voire d’en bas. J’étais impressionnée par le mur, je n’avais jamais réellement fais d’escalade au district, pour ainsi dire, je n’avais grimpé que quelques fois dans des arbres de petites tailles, rien de comparable avec ce qui allait m’attendre sur cet atelier. J’étais excitée et en même temps j’avais un calme profond, je savais que quelque en soit le résultat, j’allais apprendre. Ainsi, je m’approchais du mur et l’observais d’en bas, adossé à ce dernier, il y avait l’instructeur, un homme d’une trentaine d’année, blond, les cheveux en bataille, de taille plutôt petite mais très mince. Alors que j’allais lui signifier mon envie de commencer l’atelier, il me coupa l’herbe sous le pied et prit la parole.


« Gamine, vas sur un autre stand, ça c’est pour les hommes, les vraies.. » il me regardais fixement « Vas plutôt faire des nœuds avec une ficelle au moins tu n’risques pas de te casser un ongle. » Son attitude me désarçonnait, je ne savais pas réellement si il me testait ou si il pensait ses paroles. Ainsi il continua « Tu vas m’faire perdre mon temps je le sens, alors s’teu plaie vas voir ailleurs » Il affichait un sourire narquois, je n’aimais pas son attitude et j’avais déjà pris ma décision du coup je répondis

« C’est un atelier d’homme, j’aurais alors pensé avoir un homme pour le tenir » je n’aimais pas que l’on se moque de moi, alors j’avais décidé d’être la plus direct possible « Je suis ici pour ce mur, alors comme vous en êtes l’instructeur, vous allez m’aider, vous allez me corriger, et en échange, je serrais attentive et appliquée. » Je n’avais pas de temps à perdre moi non plus, après tout, c’est moi qui allais entrer dans l’arène, pas lui..

« Mam’zelle, si tu y tiens, alors première chose, tu grimpes, je suis là pour t’assurer, alors si tu veux bien pause tes pieds sur les premières prises et ensuite je verrais ce que tu vaux »

Je m’exécutais, rapidement je prenais position sur le mur, les premières prises ne me faisaient pas peur, larges, colorées, il n’y avait pas réellement de difficulté.. J’allais donc commencer mon ascension du mur. Le premier niveau fut facile, je n’avais qu’à poser mon pied, s’était presque trop facile, parfois j’avais l’impression que les prises se positionnaient d’elles même sous mes pieds. Vraiment, je trouvais ça amusant, tel un petit singe, je grimpais pas à pas, à une vitesse plutôt correcte, du moins à mon avis. Je n’étais pas habituée à faire de l’exercice, si bien que rapidement je sentais la sueur perlé sur mon front, je la sentais glisser sur mon visage, tans qu’aucune ne tombait dans mes yeux ça allais. La sueur salée piquait les yeux, et dans cet atelier, il fallait rester concentrer, alors lorsque je sentais mes prises sures, j’essuyais avec ma manche mon front. Après quelques mètres, les prises commençaient à ce faire plus rare et plus petite, je devais regarder à l’avance ou j’allais pour ne pas me retrouver dans un endroit trop peu fourni. Mon pied ripa deux trois fois, mais j’arrivais aussi à avancer, plus lentement qu’avant mais tout aussi surement, je voyais, l’avancée ce rapprocher de moi, je ne savais pas trop ce que j’allais faire par la suite, devais-je continuer ou pas, je verrais bien le moment venu. Soudain alors que j’avais posé mon pied droit sur une petite encoche, je sentie comme si on me tirais en arrière, je regardais vers l’instructeur, visiblement, il voulait que je redescende, j’avais surement commis des erreurs et il voulait me les faires corriger, en même temps, je n’étais pas mécontente d’éviter à avoir à grimper plus haut avec cette menaçante pointe au dessus de ma tête. Alors je lâchais prise et il me fit redescendre sur le sol en un rien de temps. Il commença à parler

« Gamine, tu viens du onze ? » Je faisais non de la tête lui indiquant avec mes doigts cinq, je reprenais mon souffle et buvais de l’eau en attendant qu’il reprenne.. « Tu te débrouilles, j’aime ça, tu fais attention, tu ne prend pas de risque, tu anticipes bien ce qui arrive, il n’y a pas à dire, sur une surface facile tu sais y faire.. » Venait-il de me complimenter, en tout cas c’est comme cela que je le prenais, depuis le début je n’avais jamais été bonne et là visiblement je l’étais.. « Bon tu vas reprendre d’en bas et cette fois, tu t’arrêtes après avoir passé la petite avancé, techniquement pour passé un plan horizontal, je te conseil de ne pas lâcher la moindre prise sans avoir avec certitude, une autre prise en vue. Passes tes mains d’abords, une fois qu’elles sont bien encrée, il faudra pousser à fond, tu ne pourrais pas passer deux heures en suspension, c’est éprouvant pour le corps, alors tu fais le plus vite possible. » Je notais ces éléments techniques, car si l’arène était une montagne, je n’allais pas avoir intérêt à oublier cela. Il reprit et acheva « Si tu échoues, je ne te ferais pas redescendre jusqu’en bas, seulement sous l’élément afin que tu te concentres sur cela. Bon maintenant vas-y »

Je me remis en position et recommença mon ascension. Il était vraie que je me sentais alaise à grimper, j’oubliais un peu les jeux, je me sentais comme une aventurière des temps modernes qui allait et venait comme bon lui semblait. Au bout de trois minutes j’avais atteint mon obstacle. Je voyais bien qu’il allait m’être difficile de le passer, alors j’essayais une première fois, ma main gauche se posa sur une prise mais lorsque ma main droite fit la même chose, je sentais mon corps aspiré par le vide, il était dure de rester dans cette position plus que quelques secondes, il n’avait pas menti. Je sentais les muscles de mon dos, les muscles abdominaux presque tous les muscles de mon corps travailler intensément à cet instant. J’essayais donc de donner une impulsion pour reposer mes pieds sur des prise mais, mon pied droit n’en trouva aucune et je lâchais rapidement. Comme convenu, il me remit juste en dessous, et j’eux une idée, pourquoi ne pas essayer directement avec mes mains de trouver une prise sur la partie verticale suivante, elle était loin, mais je devais essayé, lâchant une main, j’arrivais à effleurer un prise, mais je ne pouvais pas la saisir, alors, je tirais sur mon bras, je voulais attraper cette dernière et je réussi à mon deuxième essai. La position que j’avais vu d’en bas devait être drôle, mais je ne pouvais pas perdre mon temps dans ces détails, ainsi, je pus plus facilement poser ma seconde main sur une autre prise de ce même plan, j’étais comme couché dans le vide, c’est là qu’il fallait être rapide et efficace, appuyant de toute mes forces sur le mur, je projetais le reste de mon corps dans le vide. Mes mains solidement encrée, j’étais maintenant suspendue uniquement par mes mains, j’allais devoir me hissé sur la paroi, et vite car je n’allais pas tenir ainsi indéfiniment. Tans bien que mal, je réussi à me reposer sur la paroi verticale, j’avais réussi à dépasser l’obstacle.. Aussi rapidement que la première fois, il me fit redescendre au sol pour me parler

« Et bien, une bonne surprise, en deux essais tu as réussi, plutôt pas mal pour une fille. Bon, deux choses, la première en positif, tu as sus analyser et suivre les conseils et les adapter, c’est bien, car dans l’arène, l’adaptation sera toujours la clef de la survie. L’homme c’est adapté depuis la cellule pour être ce qu’il est aujourd’hui. Par contre, point négatif, tu prends beaucoup de risque, là tu as quelqu’un qui t’assure mais dans l’arène n’en prend pas autant, car une chute même si elle n’est pas mortelle pourrait te blesser lourdement et t’handicaper pour le reste des jeux.. » Il marquait une pause. « Je vais te proposer un petite exercice, nous allons grimper simultanément, personne pour nous soutenir ni l’un ni l’autre, le premier à arriver tout en haut sera donc le gagnant. Si je te fais cet exercice, c’est pour que tu vois que même si tu sais te débrouiller, si un tribut est plus rapide que toi, cela pourrait être un danger. » J’acquiesçais et me mis en position

Nous voilà parti, personne en soutien et je le sentais, j’étais plus libre de mes mouvements, il me distançait rapidement, il était plus agile d’une araignée sur sa toile. Alors que j’avais déjà fais la moitié, il passait l’obstacle, mais je continuais, je m’accrochais, pour lui dépasser cette corniche n’était qu’une formalité, alors que j’arrivais de nouveau à cette dernière, je n’avais plus aucune visibilité sur lui, j’allais donc jouer à l’aveugle et je n’aimais pas ça. Je repris ma technique, trouvant deux prises sures pour mes mains mais soudain, je sentais une vive douleur dans les doigts, il me marchait sur les doigts, il voulait réellement me mettre en condition, je ne pouvais pas lui en vouloir, mais je devais bien reconnaitre que je me serais passé de cette douleur. Instinctivement, je replaçais mes mains sur la paroi d’origine et réfléchissais à un plan d’action. Si je passais par ici, il allait m’attendre et s’arranger pour que je sois dans la pire situation pour venir me faire lacher prise, je devais donc me déplacer sur les cotés pour éviter le contact et passer l’obstacle plus loin. Ainsi, sans bruit, je partie vers un coin plus loin, où je réussi à grimper non sans effort. J’avais eux du mal, beaucoup de mal mais je l’avais refais.

Rapidement, il me vit et reprit son ascension. Moi j’étais en terrain inconnu je n’avais jamais pratiqué cette partie, la partie la plus dure. Le mur était presque complètement lisse et j’arrivais à peine à distinguer les prises ou parfois seul quelques doigts rentraient. J’avançais à tâtons, mais j’y arrivais, puis en levant les yeux, je vie qu’il était déjà arrivé, j’avais donc perdu, mais je tenais à finir ce mur, pour moi, pour mon, honneur au moins. Je progressais très lentement maintenant, les prises n’étais bientôt plus que des minuscules pointes où il était impossible de rester très longtemps. Je n’avais pas remarqué mais ces dernières avaient changés, elles étaient en métal, je compris rapidement mon erreur lorsque l’une d’entre elle rentra dans le mur alors que j’étais en appui dessus. Le mur me mettait maintenant en difficulté lui aussi. Lorsque mon pied se retrouva dans le vide je paniquais pendant quelques instants mais rapidement, je retrouvais un autre point d’encrage. Soudains, les deux prises où étaient mes mains se retirèrent en même temps, je n’avais plus de prise du tout, je commençais à glisser le long du mur et trouva mon salut un peu plus bas lorsque je revenais aux prises non mécanique. Je venais de comprendre, plus nous restions longtemps, plus le mur jouait contre nous, alors je décidais de faire comme lui une ascension rapide. J’étais plutôt bonne maintenant que j’avais identifié les difficultés. Même si quelques prises se rétractaient, j’arrivais à continuer ma progression, arrivé presque jusqu’en haut, il n’y avait plus qu’une prise coupant les deux derniers mètres, j’allais devoir là encore faire de gros efforts pour finir, alors que ma main l’avait atteint et que je commençais à me hisser, je sentais ma main glisser, j’allais chuter, alors que je tenais aussi bien que possible, j’avais le sentiment que j’allais tomber, tans bien que mal je changeais de mains, mais là encore, la prise semblait vouloir m’échapper. Tout à coup, ma main lâcha et je me préparais à la chute et pourtant, je ne tombais pas, je relevais les yeux, l’instructeur me tenait, et me hissa sur le haut du mur. J’avais terminé le mur, j’en étais venue à bout, physiquement je n’en pouvais plus, mais moralement je me sentais forte§ Ainsi, l’instructeur recommença son discours, il n’était même pas essoufflé


« Alors, sympathique cet exercice non ? » Sympathique n’était pas le mot que j’aurais employé, mais pourquoi pas « Alors, je vais là encore te donner les points positifs et négatifs, commencer par ce qui n’allais pas. Lorsque tu sais qu’il y a quelqu’un au dessus de toi, évite de te mettre derrière lui, tu risque de te prendre des chutes de pierres venant de ses mouvements ou comme je les faits, il n’a qu’a attendre pour te frapper et faire lâcher prise. Alors toujours se décaler comme tu l’as fais après. Deuxièmement, tu manques de physique, c’est une certitude, avant les jeux tu devrais essayer d’en prendre un peu pour tenir plus facilement car sinon tu t’épuiseras pour un rien. Passons au positif… » Il me souriait « Bonnes initiatives, très bonnes analyses des dangers, excellente reprise même si la prise à lâché sous tes pieds, je pense que tu es une fille agile, alors bravo pour cet entrainement et.. »

Je ne le laissais pas finir, j’avais une question qui me tournait dans la tête « Pourquoi m’avoir rattrapé ? »

Il me répondit immédiatement « Pour te montrer deux choses, la première et la plus évidente, tu avais déjà fait un bel entrainement, s’était ta récompense dirons nous. Deuxièmement, dans l’arène, si tu peux avoir un allié, profites en, à deux on tient mieux que seul, mais il faut avoir confiance dans l’autre sans aucune réserve. Ainsi, si l’un faiblie, l’autre est là pour le soutenir. Bon sur ces bonnes paroles je te laisse redescendre par les escaliers derrières le mur moi d’autres attendent surement pour faire la même chose, tu leur à peu être donné envie qui sait. »

Je redescendais lentement, j’allais faire un atelier plus posé par la suite, quelque chose de moins physique. Je repensais à ce qu’il avait dit, j’avais peu être attiré un peu l’attention sur moi, mais bon, ce n’est pas en grimpant à un arbre ou à une falaise que l’on gagne les jeux que je sache.. En tout cas , je comprenais l’alliance des ateliers, j’avais utilisé des choses apprises précédemment pour faciliter mon escalade. Ainsi, regarder les jeux de lumière comme pour le camouflage et toujours être vigilante comme lors du corps à corps. Qui sais peu être au final j’avais une chance de revenir de ces maudits jeux..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




ATELIER N.1 - agilité Empty
MessageSujet: Re: ATELIER N.1 - agilité   ATELIER N.1 - agilité Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
ATELIER N.1 - agilité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: 78th HG :: rps avant et pendant l'intrigue-
Sauter vers: