petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
Le Deal du moment : -34%
Perforateur burineur SDS+ MAKITA DHR202RM1J avec ...
Voir le deal
295.99 €

Partagez | 
 

 II,1. la moisson du district dix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Caesar Flickerman
MAITRE DU JEU
Caesar Flickerman
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeVen 11 Mai - 22:36


La moisson
“ district 10 ”


(c) peacekeepers
« La Moisson approche. La tension dans les districts est à son comble, et chacun fait de son mieux pour paraître détaché. Parmi les plus jeunes, il y a ceux qui sont terrifiés à l'idée d'entendre leur nom appelé, et il y a ceux qui trépignent d'impatience de pouvoir participer à ces Jeux. Les habitants sont invités à rejoindre l'hôtel de ville de leur district. Les préparatifs sont déjà terminés, et l'endroit grouille de Pacificateurs, prêts à intervenir au moindre débordement. D'un côté, les adultes, ceux qui ne sont plus éligibles se rassemblent, anxieux à l'idée de voir leurs enfants partir. De l'autre, il y a les potentiels tributs. Au centre de la grand place, une estrade se tient, prête à accueillir l'hôtesse Quinn Winchester (inventé). Sont déjà présents, le maire Garret Stark (inventé), ainsi que le mentor Tyler Gamble (inventé). »

Vous pouvez déjà poster après ce message, des rp courts de préférence. Tous les habitants des districts sont invités à participer. La suite arrivera demain, avec l'annonce des tributs féminins. Soyez patients, et puisse le sort vous être favorable.


Revenir en haut Aller en bas
http://mockingjay.forumgratuit.fr
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 10:21

Aujourd'hui est le grand jour. Le jour où ton futur se décidera. Survivrez-vous tous deux à une année de plus ou votre sort sera-t'il scellé sur cette place publique ? Tous le district n'est que silence brisé par des chuchotis, des mots rassurants susurrés aux enfants au bord des larmes. Tout le monde se pare de ses plus beaux atours. On se fait beau pour accueillir la mort n'est-ce pas ? Et tu auras beau tenter de le cacher à tous, ce n'est pas seulement une once d'appréhension qui te hante alors que tu boutonnes ta chemise, c'est la Peur qui t'enveloppe. Elle est partout, elle suinte à travers tous les orifices des maisons, angoissant les hommes, elle rôde dans les pâturages, agitant les bêtes. Elle attend au coin de la rue, prête à se jeter sur un quelconque irréductible qu'elle n'aurait pas déjà gagné, s'apprêtant à lui tendre une embuscade à laquelle nul ne peut échapper. C'est main dans la main que toi et Emilia vous rendez sur la place publique, vous raccrochant l'un à l'autre comme un naufragé s'accroche à un baril flottant. Mais tu n'as pas peur que pour elle, tu as peur pour Katell aussi car tu sais que si elle est choisie, nul ne pourra se porter volontaire pour la protéger, Shawn étant trop vieux. C'est en ruminant ce schéma fataliste que tu atteins la place publique. Tu glisses alors quelques mots à l'oreille d'Emilia : « Tout ira bien. » Puis tu embrasses son front avant de te séparer d'elle pour rejoindre les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 12:16

La tension était palpable dans tout le District. L’heure de la Moisson avait sonné, et pour cette occasion, la place devant l’hôtel de ville avait été aménagée, et de grands écrans avaient été installés. Je me tenais debout, les dents serrées, devant cette estrade, qui allait peut-être accueillir d’ici quelque instant Maël. Celui-ci se tenait d’ailleurs dans la partie réservé aux potentiels tributs homme, parmi d’autres adolescents. J’avais prié nuit et jour pour la sécurité de mon petit frère ; et j’espérai fortement que cela avait fonctionné. Cette ambiance me replongea quelques années auparavant, lorsque je me tenais à la place de mon frère. Je savais très bien l’angoisse que l’on pouvait ressentir. Mais après tout, il y avait de nombreux adolescent et Maël pouvait espérer ne pas être choisit. « Bon chance… » J’espérais que mes soient transportés par le vent, et atteignent les jeunes oreilles de mon frère. Cela allait être une longue journée…
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 13:40

La Moisson. Un événement avec lequel je peux vraiment m'en passer. Dans ma famille, j'étais encore la seule qui était susceptible d'être appelée aux Hunger Games. Mes frères aînés y ont échappé, heureusement. Quand je descendis dans la cuisine, j'avais croisé mon père, vainqueur du district 10, qui était en train de préparer du pain perdu. Il était fébrile, nerveux. La seule idée que sa fille soit susceptible d'être appelée le mettait dans tous ses états. Je vins derrière lui pour lui masser les cervicales ; il adore quand je lui fais ça. Et c'est comme ça qu'il sourit. Et je préfère le voir ainsi que déjà en train de préparer son deuil. Caleb rentra à la maison avec deux lapins morts sous la main. Cette journée, il la détestait. Et depuis qu'il n'était plus éligible pour les Jeux, il avait séché chaque édition ; un moyen pour lui de désapprouver le gouvernement en place. Je le regardais avec un air nerveux. Mais il secoua la tête. « Compte pas sur moi pour venir te voir moissonner. » Et sur ce, il monta à l'étage sans que j'ai eu le temps de répliquer.

Après m'être occupée des bêtes, je me changea pour l'occasion. Je ne mis qu'une simple petite robe couleur corail et je me coiffa d'une natte. Finnick m'attendait en bas des escaliers avec mon père. Il m'enlaça tendrement. Et après nous partîmes. Tous les gens qui nous croisèrent nous regardèrent tristement. J'ai vraiment horreur de cette journée ; j'avais l'impression d'assister à mon propre enterrement. Je me sépara de Finnick et de papa pour rejoindre les autres jeunes filles.

Je me tins droite, attendant que Quinn, dans son manteau de fourrure outrancier, déclare qui était l'heureuse victime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 15:23

Ce matin … je m'étais réveillé avec des sueurs froides dans le dos … ou plutôt j'avais attendu la fin de la nuit en ne cessant de me retourner dans mon lit sans parvenir à trouver le sommeil, me remettant sans cesse devant les yeux, les vidéos des précédents Hungers Games et pour moi également, les plus violentes comme celle de l'année ou mon frère avait participé.
Encore hanté par les effusions de sang, je m'étais redressée dans mon lit lorsque mon père était venus me réveiller.
Il s'était assis sur mon lit et m'avais pris dans ces bras. Il n'y avait rien de plus à ajouter. Dans un murmure il me demanda de commencer à me préparer pour que nous puissions nous rendre avec ma mère au centre ville, ou sur la grande place aurait lieu les tirages au sort.
Je frémis et avec des geste lent, je m'avançais vers la petite commode ou se trouvait une vasque en porcelaine dans laquelle je faisais ma toilette.
L'eau froide eu au moins trois effets positifs. Bien que je n'avais que très peu dormi, elle parvint à effacer de mon visage toute les traces du manques de sommeils. De plus, elle me permit de me calmer en plus d'enlever les traces de sueurs qui m'avaient perturbés toute la nuit.
Passant autour de mon buste une serviette pour me sécher, je me retournais vers l'armoire de ma chambre et l'ouvrir en grand fixant d'un œil éteint les robes que j'avais en ma possession pour savoir laquelle j'allais mettre.
Le jour de la moisson, chaque habitant du district était en général très bien habillé et je ne devais pas déroger à la règle bien que j'en eu très envie.
Sans un mot, je me saisi de ma robe beige en dentelle ainsi que d'une légère combinaison en coton que je passais immédiatement par-dessus ma tête pour cacher ma nudité.
Puis sans mot, j'enfilais la robe avant de rejoindre mes parents dans la cuisine. Ils m'attendaient déjà :


"- Tu veux manger quelque chose ma puce ?"

Je regardais a mère et refusait sa proposition d'un geste négatif de la tête. Mon père soupira et annonça alors :

"- Très bien alors finissons en avec cette maudite journée ! Mirage, je t'ai préparé Twister ! On y va !"

Je frémis à l'évocation du nom de la jument de mon défunt frère, mais je savais très bien que mon père me ferait me rendre sur la grande place avec elle, une année encore en geste de protestation contre les jeux et pour marquer son souvenir à mon frère.

Sans un mot, et chacun sur notre cheval nous nous sommes tous les trois diriger vers le centre du district ou il y avait déjà foule. Sans plus attendre, je mis le pied à terre et tendit les rennes de la jument grise à mon père avant de murmurer en essayant de sourire :


"Je reviens bientôt papa … ne t'inquiète pas !"

Puis sans un mot, je me suis diriger vers un des bureaux ou l'on prenait les empreintes digitales, puis je me suis rangée parmi les autres filles de mon district en attendant le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 17:11

Drapée d’un tissu bleu pale, je me sens… ridicule. Pourtant, c’est à peine si j’ose lever les yeux ou ouvrir la bouche pour montrer mon désaccord vestimentaire. Je ne vois pas pourquoi on ferait un effort exceptionnel pour chaque moisson. A vrai dire, je n’ai jamais compris à quoi cela aspirait ; à montrer que l’on peut leur « ressembler », qu’avec un peu de volonté et beaucoup d’imagination, nos plus belles tenues nous empêcheront d’être choisis ? Pff… pathétique, nous sommes tous pathétiques autant que nous sommes. Tous autant que ces jeux absurdes ! Enfin… Mes frères sont passés me voir discrètement pendant que je me préparais, passant leurs têtes -tour à tour- dans l’entrouverture de la porte pour nous espionner. Seul Elliot est resté impartial. Il m’a regardé de la tête aux pieds, les yeux brillants mais, surtout, intensément tristes. Lizzie, je lui fais penser à Lizzie et, cela me brise le cœur. Toute cette mascarade, tous ces plis de robe, ces semblants lui pèsent encore plus sur le cœur qu’à moi car, lui, il sait plus que quiconque dans cette maison ce que cela fait de perdre quelqu’un pendant les jeux. Je n’ai pas envie qu’il revive ça, je n’ai pas envie de lui infliger cette torture à nouveau puis, que deviendrais-je dans l’arène sans eux, toute seule, sans ma famille ? Tremblants, les doigts de ma mère finissent d’arranger l'arrière de ma robe. Elle est silencieuse depuis le petit matin et, je ne m’en plains pas. Je n’ai pas envie de discuter, je n’ai pas envie de lui avouer ma peur, l’excitation qui monte en moi petit à petit…

Le chemin jusqu’à l’hôtel de ville me parait interminable. Condor et Samuel m’entourent, positionnés à ma droite et à ma gauche comme des gardes du corps. Papa et maman nous suivent à l’arrière et, mes autres frères nous précèdent le pas. Pour résumer, je suis le centre de leur attention à tous. Ils craignent que mon sort ne soit pas si favorable et, peu à peu, leur angoisse devient contagieuse ; plus nos pas nous rapprochent du verdict et plus mon cœur ne demande qu’à être expulsé par ma bouche. Nous y voilà. L’hôtel de ville est bondé de monde. Je cherche des visages familiers dans la foule et, au moment de croiser le regard d’Icare, j’ai l’impression que mes jambes vont flancher. Je lui adresse un sourire de loin, dit un au revoir humide à mes proches et m’éloigne vers mon rang. Je connais le chemin presque par cœur, j’ai pourtant essayé de l’oublier... Quelque part devant moi, je reconnais le dos de Mirage et, une fois de plus mon cœur se resserre dans ma poitrine. Se sera-t-elle, moi, une de nous toutes ? Mon regarde englobe les environs et, pour la première fois depuis mon arrivée, je remarque que tous les visages sont fermés, comme le mien. Après tout, quel serait l’idiot qui aurait envie de sourire dans une situation pareille ? Quinn, certainement la seule et l’unique. Au moment de me retourner, comme un appel de la nature, mes yeux sont menés jusqu’à celui que je n’ai pas eu le temps d’embrasser. Shawn. J’ai envie de crier son nom, de lui dire à quel point je tiens à lui mais, je ne peux pas lui faire ça. Cela doit déjà être assez dur pour lui donc, je n’ai surtout pas besoin d’en rajouter. En attendant de pouvoir rejoindre ceux que j’aime, je me tiens là, droite et fière, impassible aux regards tristes et de pitié qui se jettent sur moi, sur nous toutes.
Revenir en haut Aller en bas
Caesar Flickerman
MAITRE DU JEU
Caesar Flickerman
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 17:30


Premier tirage
tribut féminin



(c) avalon
« La population du District Dix est enfin rassemblée devant l'hôtel de justice, prête à entendre la Moisson. Et le moment que certains redoutent, et d'autres attendent avec impatience débute. L'hôtesse, Quinn Winchester, apparaît et salue la foule. Après quelques banalités d'usage, il laisse place aux écrans géants présentant avec passion et dévouement le Capitole. Cette ville qui épargne chaque année un tribut pour le couvrir de richesse, cette ville qui a sauvé douze districts d'une révolte. Alors que la projection prend fin, le symbole de Panem apparaît et l'hymne retentit. A peine est-il terminé que l'hôtesse déclame la phrase incontournable du début de la Moisson. “ Joyeux Hunger Games ! Et puisse le sort vous être favorable ! ” Et comme le veut la tradition, c'est le tribut féminin qui est choisi en premier. “ Commençons par les dames! ” L'hôtesse s'approche de la bulle de verre, et sort sa main avec un petit papier où se trouve le nom du tout premier tribut de cette nouvelle édition des jeux.

“ Katell Zacharias! ” »


Les personnages voulant se porter volontaire à la place de Katell (donc uniquement des filles) doivent poster avant samedi prochain pour se déclarer comme indiquer dans l'annonce générale. Postez à la suite tout comme précédemment.


Revenir en haut Aller en bas
http://mockingjay.forumgratuit.fr
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 18:09

II,1. la moisson du district dix 261331tumblrlnoezae1TZ1qi2rejo1500

L’espace d’un instant, mes sens ont perdu leurs fonctions ou, du moins, jusqu’à ce que mon visage n’apparaisse sur tous les écrans géants. Je n’ai pas levé les yeux lors de la diffusion du film de propagande et, je n’ai pas non plus écouté l’l’hymne de Panem. Je ne tenais qu’à une chose : faire en sorte que cette torture passe le plus vite possible, que tout redevienne « normal », qu’on puisse reprendre nos vies là où elles s’étaient arrêtées avant le levé du soleil ce matin. J’ai fait le vide dans ma tête, ignoré les règles à suivre, le respect à avoir envers cet instant crucial et, faut croire que quelque chose de plus grand et puissant que nous me puni pour cela. On dit que cela s’appelle le Destin, moi, j’appelle cela un manque de chance absolu. Mon nom rentre par une oreille et me ressors par une autre. J’ai tellement rêvé –ou cauchemardé- de ce moment que, j’ai l’impression que mon nom a seulement été crié dans ma tête. C’est lorsque mon visage apparait sur l’écran que je prends conscience de mon sort. Tous les yeux sont rivés vers moi. Mon dieu… Je reste figée sur l’image que me transmet l’écran géant. Cette fille ne me ressemble pas, ses vêtements ne lui ressemblent pas puis, ses cheveux sont trop bien coiffés. A-t-elle conscience que ses habits seront les derniers qu’elle portera chez elle, dans son district ? A-t-elle connaissance que son image, la toute dernière que ses amis, ses voisins, tous ces gens verront, n’est pas celle qu’elle aurait voulu leur renvoyer ? Non, peu lui importe. Dans son regard, je lis toute la hargne et toute la haine qu’elle ressent en cet instant. Perdue dans ses pensées, elle n’a même pas le temps de ressentir de la tristesse. Elle a juste de la peine pour les siens, les miens, ceux que j’aime et pour qui il ne me reste plus qu’à me battre. Je ne suis même pas surprise, juste profondément dégoutée. Je détache enfin les yeux de l’écran pour regarder autour de moi. J’ai du rester figé un moment car, Quinn semble impatiente que je la rejoigne et ma mère a déjà de grosses larmes qui coulent de son menton. Deux pacificateurs attendent que je m’avance vers eux, pour pourvoir m’accompagner vers l’estrade. Je retarde ce moment en marchant le plus doucement possible. Je tiens à jeter un coup d’œil à mon père, ma mère, chacun de mes frères ; surtout Elliot mais, il évite mon regard. Shawn !? Je le cherche aussi dans la foule mais, les deux pacificateurs me prennent par le bras et me forcent à avancer.

Je n’ai jamais essayé de monter des escaliers avec une telle robe et, je me serais bien passée d’une telle expérience. Tremblante de toute part, apeurée par ce que me réserve l’avenir et, excitée à l’idée de pouvoir montrer aux miens que je reviendrais saine et sauve, je me prends les pieds dans les plis de ma robe. Je me retiens de tomber d’une main mais, le mal est fait. Quinn me regarde d’un air détaché mais, la honte m’envahie et je sens le sang me monter aux joues. Fichu « costume » ! Tout le monde se montre plein de compassion mais, au fond, combien d’entre eux sont soulagés de voir une autre fille que la leur sur cette estrade ? Je tâche de garder mon calme, ce n’est pas le moment de m’emporter, je viens de me montrer assez ridicule pour toute la journée. Quand à Quinn, elle se contente de me montrer ma place, que je prends aussitôt. Elle n’a pas l’air si méchant, loin de là, juste un peu étrange et étrangère à « notre monde ». Je la dévisage pour essayer d’y déceler un peu de tristesse mais, de là où je suis, je ne vois rien. Toutefois, j’ai un regard d’ensemble mais, après un dernier regard à ma famille et un murmure -t’en fais pas pour moi- à Icare, je baisse les yeux vers les mains dont j’essaye de canaliser les tremblements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 12 Mai - 23:26

Déjà un an. Un an avait passé depuis la dernière Moisson, depuis l'instant où je dus faire mes au revoir à l'une de mes plus tendres amies. Enfin, j'ignorais toujours si je ne ressentais que de la simple amitié envers Ever ou s'il s'agissait d'un sentiment plus profond, mais mon coeur s'était littéralement brisé lorsque j'entendis l'hôtesse prononcer son nom. Par miracle, elle survécut aux Jeux grâce au treizième District. Toutefois, si cette année j'étais choisi, je doutais qu'un tel sort me soit également réservé... Je n'étais pas rebelle, je me tenais bien loin de la Révolution, alors pourquoi le Treize me sauverait-il? Je n'avais pas réussi à fermer un seul oeil de la nuit, songeant incessamment à ce qui m'attendait le lendemain. Mes yeux demeuraient grands ouverts et fixaient le plafond avec insistance. Et bientôt, le matin se pointa. Une atmosphère funeste flottait dans la maisonnée lors des préparatifs. Ma mère me fit le plus beau possible alors que j'enfilais les vieux vêtements de Keagan qui étaient étonnamment trop grands pour mon corps menu. Je sentais mon coeur battre la chamade dans ma poitrine, une nausée me tordant sans cesse les entrailles. Jamais je ne pourrais m'habituer à la Moisson... Jamais. Toute la famille, nous nous dirigeâmes vers l'hôtel de ville où tous les habitants du District se rejoignaient. À destination, je dus me séparer de mes proches, leur offrant un bref au revoir alors que j'ignorais si j'aurais la chance de les revoir si jamais j'étais pigé... Je suivis la foule d'adolescents nerveux qui allaient, l'un après l'autre, être enregistrer par les représentants du Capitole. Ensuite, je m'installai à l'endroit réservé aux potentiels tributs. Autour de moi, je ne voyais que des visages effrayés. Et je ne devais pas paraître plus calme puisque j'étais des plus appréhensifs. Je tentai de trouver parmi la foule le visage de ma mère, de mon père ou de Keagan, seulement pour me rassurer. Mais j'étais trop petit pour percevoir quoi que ce soit...

L'hôtesse du District s'avança sur l'estrade, souhaitant la bienvenue à tous les habitants de son accent Capitolien. Son accoutrement était excentrique, comme à son habitude. Et vint le temps de piger un nom pour le tribut féminin. Je devais attendre ce dévoilement avant de savoir le verdict pour mon propre sort. « Katell Zacharias! » La jeune fille appelée - dont je n'avais jamais entendu le nom jusqu'à ce jour - se détacha de la foule et rejoignit l'hôtesse. Je déglutis difficilement, sentant une profonde compassion pour elle. Elle m'était inconnue, mais je ne souhaitais ce sort à personne... Je ne m'attardai pas bien longtemps sur cette dernière puisque le tribut masculin allait bientôt être pigé à son tour. J'essuyai mes mains moites contre mon pantalon trop grand, retenant cette nausée de se manifester. Je voulais en finir au plus vite... Je voulais seulement que ça se termine enfin!
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeDim 13 Mai - 19:06

    Aujourd'hui, c'était le grand jour. Le jour de la Moisson. J'avais toujours profondément détesté ce jour, spécialement lorsque Lizzy était devenu éligible, plus encore lorsque je passais l'âge de l'être à mon tour pour me porter volontaire à sa place. Mais maintenant, cela me paraissait pire encore. Jusque là, Katell y avait échappé. Mais cette année, elle n'était pas la fille des Zacharias. C'était ma Katell. Celle qui n'avait pas hésité à prendre des tesserae pour sa famille, se mettant dans une position délicate. Je n'avais pas voulu lui demander combien de fois son nom était inscrit, parce que je savait qu'il n'y aurait rien de mieux pour me faire m'inquiéter encore plus. Mais je voulais y croire. Elle y échapperait, et elle serait sauvée. Il n'y aurait plus rien en travers de son chemin, de leur chemin. Si elle passait la moisson, ils pourraient faire des plans pour leur futur. Leur futur.

    Je m'étais rendu sur la grande place, avec mon père et ma mère. Nous étions arrivés juste à temps, et Katell avait déjà rejoint les rangs. Avec toutes ces autres jeunes filles, je voulais croire qu'elle avait une chance de s'en sortir. Je ne prêtais aucune attention aux films, mais rien qu'à les entendre, ils firent resurgir en moi, comme à chaque fois, les souvenirs de la moisson qui m'avait volé ma petite sœur. Je ne relevais la tête que lorsque l'hôtesse prit la parole pour annoncer le tirage au sort du tribut féminin. Je sentais que ma mère avait pris ma main, pour essayer de me rassurer. Je pouvais sentir la sueur couler le long de mon visage lorsque l'hôtesse remua les noms avant d'en piocher un.

    “ Katell Zacharias! ”

    J'avais l'impression que le monde se dérobait sous moi. Lizzie, ma Lizzie, ils me l'avaient volé, et maintenant, c'était le tour de la seule que j'aimais ? Non, ce n'était pas possible. Encore un de mes cauchemars, j'allais me réveiller au matin de la Moisson, mais ce ne pouvait être le nom de Katell. Non, pas encore. Pas cette fois encore, alors que je suis totalement impuissant, une fois de plus !

    NON !

    Mais aucun mot ne sortit de mes lèvres. J'ai les mains qui tremblent, les poings serrés à m'en déboiter chaque phalange. Je voudrais crier, je voudrais hurler, me battre. Katell, ma princesse, la seule chose qui me mette du baume au coeur, la seule chose qui me fait croire que la vie en vaut la peine. Et ils me l'arrachent. C'en est trop cette fois. D'abord ma sœur, puis maintenant celle que j'aime ? Je ne peux détacher mon regard d'elle que pour jeter un œil vers sa famille, et Eliott. Nous étions plus que jamais dans la même tourmente. Et devant mes yeux, je ne peux que repasser nos moments passés ensembles, et tout ce que j'aurais voulu faire. Elle ne reviendrait pas. Elle pouvait savoir poser des pièges, que ferait-elle face aux carrières ? Comme Lizzie, elle survivrait jusqu'à ce qu'un autre gamin assoiffé de sang l'exécute froidement pour un peu de nourriture. Ou par haine, ou par peur. Tant de choses que j'aurais du faire. Je ne voulais pas faire comme Eliott, j'avais peur que cela ne nous porte malheur, mais j'aurais du lui demander de m'épouser, j'aurais bravé sa famille, nous aurions pu être plus heureux encore, nous aurions du profiter de chaque instants... Parce qu'ils auraient été les derniers. Katell allait mourir, livrée en pâture pour le bon plaisir des enfoirés du Capitole. Et personne ne saura combien je l'aimais. De toute façon, je ne pouvais vivre sans elle, et je ne le ferais pas. Restait à savoir comment je ferais payer ces enfoirés pour cela.
    Cette fois, je devrais faire quelque chose... Mais quoi ? Toute ma combativité semble s'évaporer tandis que je vois Katell sur l'estrade... Je ne peux rien faire pour elle, il n'y aurait plus qu'à espérer un volontaire. Par pitié, une volontaire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeLun 14 Mai - 10:42


HUNGER GAMES
« May the odds be ever in your favor »
Hôtel de ville
Moisson District 10
C’est le grand jour, celui tant redouté. Je fixe la couchette du dessus où Jeremiah dort surement profondément. Je ne peux me permettre de me laisser gagner par le sommeil. Pas aujourd’hui. J’étouffe un bâillement avant de m’étirer et de sortir de mon lit, dans la fraîcheur de la chambre. Je regarde autour de moi comme désorientée. Dire qu’il y a un an, j’étais encore chez moi, revêtant ma jolie petite robe. J’étais amie avec Genesis, Kathleen et je ne connaissais pas encore l’existence du District 13. J’étais heureuse, du moins un minimum. Et puis mon nom a été appelé. Je suis montée sur le podium avec mon amie. Les Jeux d’Expiation l’ont tué et ils m’ont détruite. Défigurée, transpercée avant d’avoir un nouveau visage puis de revenir celle que j’étais pour de futures rébellions. Pour montrer que je suis encore en vie. Alors j’ai compris que je n’étais qu’un objet pour ce District, un vulgaire pion dans une Guerre qui éclatera bientôt.
Mes pieds se sont posés sur le sol froid avant qu’ils ne m’entraînent vers un miroir taché par les années. J’ai détaillé ma chevelure blonde, mon teint parfait. Si je m’aventurais dans mon ancien habitat, on me reconnaîtrait aussitôt. Alors, j’ai pris une perruque posée non loin. Brune, immonde, inconfortable mais pratique pour cacher mes cheveux d’origine. J’ai revêtit la robe rouge que j’avais porté pour ma rencontre avec Maël. J’ai passé mes mains dessus afin d’enlever les plis avant qu’un violent haut le cœur ne me fasse courir aux toilettes et monter les larmes aux yeux. Mon corps était secoué de spasmes et, immédiatement, j’ai porté la main à la bouche pour retenir l’inévitable.
Je suis prête, parée pour le voir et, peut-être, lui dire au revoir bien que je ne l’espère pas. Je devrais me cacher, ne pas exister aux yeux des autres. Passer les Pacificateurs, dont Emeryc, et aller dans une ruelle sombre, sans aucun passage. Je passe les gardes qui, étrangement, ne me repoussent pas avant de me glisser dans la forêt et ses arbres que j’ai finis par connaître par cœur. Une étrange sensation m’envahit. Celle de ne pas être de ce monde, d’être une étrangère. Je serais intruse à mon District d’origine et suis étrangère pour celui dans lequel je réside aujourd’hui. Toujours ces pensées négatives qui me ramènent à savoir celle que je suis devenue, celle que je vais devenir. J’ai tué, dépecé, haché pour survivre. Et je n’hésiterais pas à recommencer s’il le faut pour protéger ceux que j’aime et leur rendre leur liberté. Lizbeth, Genesis, Skyler … Combien devront mourir avant que le Capitole ne sombre dans l’antre de l’Enfer. Combien donneront leur vie pour ces fichus Jeux ? Et si le suivant se trouvait être Maël. Que deviendrais-je sans lui ?
Ma marche est ponctuée de ces sombres pensées et, bien sûr, de racines cachées sous quelques feuilles persistantes de l’automne. Le vent balaye cette perruque qui me démange alors que je passe l’enceinte du District non protégée. Tous les Pacificateurs sont réunis sur la Grande Place ce qui me laisse le temps de me faufiler dans ce petit village que je connais par cœur. Les rues étroites, les façades des maisons, tout me revient en mémoire.
Ici, je jouais avec Lizbeth et Emeryc lorsque j’étais jeune. On s’envoyait une balle qui rebondissait souvent et nous emmener visiter des lieux encore inconnus. Hélas, ce temps-là est révolu. Lizzie est morte, Em’ est devenu un vil Pacificateur et moi, je ne suis que l’ombre de moi-même.
Mes déambulations me mènent enfin vers l’hôtel de ville où tous les jeunes sont rassemblés. Un frisson parcourt mon cœur alors que je cherche Maël des yeux. Il est là, debout et digne, comme toujours. Je croise les doigts pour que son nom ne soit pas tiré au sort alors qu’une certaine Katell va rejoindre l’estrade. Je peux savoir ce qu’elle ressent pour avoir déjà fait ce chemin. A l’époque, j’avais brandi le poing en signe de victoire. Acte complètement débile vu ce que je suis devenue aujourd’hui. Je n’ai fait que défier le Capitole et je resterais sûrement dans les mémoires pendant très longtemps. Un soupir s’échappe de mes lèvres et je ne peux m’empêcher de détailler celui avec qui j’ai eu rendez-vous quelques mois plus tôt. Pitié, faites qu’il ne soit pas tiré !


CREDIT IMAGES # code by shiya.


Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeLun 14 Mai - 21:08

II,1. la moisson du district dix 665198tumblrljvgmlifQJ1qakrdzo1500

« Allons, allons… » me dit Quinn en s’approchant doucement. Ses cheveux attirent mon attention et, bien malgré moi, j’essaye de me focaliser dessus pour braver la terreur qui me paralyse. Ma gorge est sèche, mes yeux prêts à déborder. Je fais un pas vers elle et, ainsi, elle peut poser une main sur mon avant bras droit. « Bien ! Nous avons notre tribut féminin pour le district 10 ; applaudissons-la bien fort ! » Mise à part son enthousiasme évident, c’est le silence radio. Je lui adresse un regard furtif et, dans une autre circonstance, un sourire aurait même illuminé mon visage. A la place, je sers les dents et me force à ne pas crier, à ne pas lui cracher toute la haine que j’ai accumulée au visage. Comment peut-elle être aussi… joyeuse ? Comment peuvent-ils nous servir la même sauce tous les ans et, ne pas comprendre que nous n’avons rien à faire de leurs mascarades ? Si seulement nos familles pouvaient vivre tranquilles, loin de leurs excentricités… Non ! Ils viennent et reviennent sans cesse nous hanter, nous torturer l’esprit mais, surtout, nous obliger à sacrifier nos frères et sœurs, les enfants de nos districts ! Je soupire devant tant de connerie humaine et, pour clôturer le tout, cette année, je suis une de ces enfants sacrifiées… Puisse le sort « …lui être favorable ! » fini par dire Quinn telle une automate bien huilée. Pour ma part, je ferais tout pour rendre ma famille fière de moi, pour revenir seine et sauve parce que, non seulement c’est la seule chose qu’il me reste à faire mais… plus rien ne nous manquera si jamais je reviens victorieuse de ses fichus jeux de la faim. En attendant, c’est toujours le silence radio. Devant le manque de spontanéité de son public, elle ravale sa fierté, lâche mon bras et repars à sa place d’un pas hésitant. Du haut de ses talons, cela ne m’étonne pas qu’elle fasse attention où elle met les pieds…

Le temps me semble s’éterniser et devant moi, la foule n’a pas disparu comme par magie. Non, je ne fais pas un autre de mes cauchemars et, personnellement, j’aurais préféré. Ma mère refuse de regarder l’estrade, appuyée contre le torse d’un de mes frères ; mon père, lui, verse -surement pour la première fois devant ses enfants- des larmes que je croyais inexistantes dans son corps. Il n’essaye même pas de les cacher puisqu’il ne le pourrait pas. Elles coulent toutes seules le long de ses joues et bien entendu, cela me brise le cœur. Malgré tous mes efforts, je n’arrive pas à paraitre aussi neutre que je le voudrais et finis par ravaler un sanglot. Voulant dévier mon regard de la famille, je le regrette aussitôt. Moi qui luttais pour que mes larmes ne débordent pas, je sens quelque chose inonder mon visage. Shawn, il est là, je le vois. Il me fixe aussi durement et désespérément qu’il le peut et, au fond de moi, je n’ose même pas imaginer ce qu’il ressent. Je ne le pourrais pas. Sa sœur, moi. Ma tête s’incline légèrement à droite et les larmes me fouettent la vue. Je suis vraiment désolé…

Je ne regrette pourtant pas mes choix, les tessereas que j'ai accumulés au fil des ans. Je savais parfaitement ce que cela représentait après tout et, cela ne m'a pas empêché de le faire pour autant. Au moment précis où j'ai pris chacune de ces décisions, il me semblait faire le bon choix et, maintenant que je vois tous les habitants de mon district réunis, ces filles, ces garçons, ma famille... Je me sens plus forte que jamais parce que, j'ai pris chaque tesserea par amour et non par pur désespoir. Je n'avais pas envie de voir ma famille mourir de faim, je n'avais pas envie de voir certains amis faire de même donc, je me suis portée volontaire à ce moment là de me sacrifier pour eux. Pourquoi le regretterais-je aujourd'hui ? Non, je ne regrette rien, absolument rien. Je sens alors mon corps se redresser, ma tête se lever avec fierté et, d'un coup d'avant-bras, je sèche mes larmes rapidement. Oui, je suis sur cette estrade mais, cela ne veut pas dire que je suis morte pour autant, bien au contraire. Je me battrais, jusqu'au bout. Je prouverais au capitol et à tous les abrutis qui soutiennent les jeux à la con que nous ne sommes pas que des pions avec lesquels on s'amuse. Je me battrais pour vivre, pour montrer que je suis plus forte que j'en ai l'air. La fille qui vient de se ramasser devant tout le monde n'a pas dit son dernier mot ! Je ne me suis pas entraîné avec mes frères pour leur faire plaisir, je l'ai fais parce qu'au fond de moi, j'étais consciente que j'avais de fortes chances d'être choisie pour les jeux donc... voilà. J'ai enfin la chance de montrer de quoi je suis capable, que ce que j'ai appris n'a pas été vain. Certes, Elliot ne m'a pas montré comment tuer un homme mais, je suppose que cela viendra avec le reste ; j'apprendrais sur le fait, avec l'expérience de l'horreur même. Si je veux survivre à ces fichus jeux, il va falloir que je m'adapte, que je camoufle mes peines, même si cela me semble la chose la plus dure à faire de toute ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Caesar Flickerman
MAITRE DU JEU
Caesar Flickerman
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 19 Mai - 17:30


Second tirage
tribut masculin



(c) avalon
« Katell Zacharias s'avance vers l'estrade, tête baissée, trainant des pieds. A son grand malheur, aucune jeune fille n'a le courage de prendre sa place pour lui sauver la vie. Cependant l'hôtesse accueille avec un grand sourire la nouvelle tribut et se retourne en direction de la foule. “ Notre tribut féminine est donc Katell Zacharias! ” L'impatience se fait sentir dans les rangs, les personnes présentes souhaitant connaître l’identité du co-tribut de la jeune femme. “ Passons à ces messieurs! ” L'hôtesse se dirige cette fois-ci vers la bulle de verre contenant les papiers des jeunes hommes. Après quelques secondes, il sort un petit papier, qu'il déplie précieusement.

“ Maël Abernathy! ” »


Les personnages voulant se porter volontaire à la place de Maël (donc uniquement des garçons) doivent poster avant samedi prochain pour se déclarer comme indiquer dans l'annonce générale. Postez à la suite tout comme précédemment.


Revenir en haut Aller en bas
http://mockingjay.forumgratuit.fr
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 19 Mai - 18:03

II,1. la moisson du district dix Tumblr_m46kzfYbsK1rnseht

« Katell Zacharias ! » Attendez. Ca ne peut pas être vrai. Pas elle. Tu as déjà perdu tes parents, tu ne peux pas en plus perdre celle qui est comme ta soeur ? Ton cri déchire l'air, se mêlant à celui de Shawn. Ils vont mener à l'abattoir une des seules vraies princesses qui existent encore en ce putain de monde corrompu jusqu'à la lie. Ils ne peuvent pas faire ça, hein ? Tu veux que l'hôtesse se ravise, qu'elle dise "Excusez-moi j'ai mal lu.". Tu veux qu'elle annonce une autre tribut, une inconnue, une fille que tu pourras voir partir sans te sentir blessé. Mais le monde n'est que folie, cruauté Icare. Ce sont les meilleurs qui partent les premiers, c'est inévitable et tu le sais. Ils peuvent faire ça, ils peuvent te forcer à regarder Katell marcher en silence vert sa mort, belle comme jamais avec ses cheveux blonds tressés exquisement, avec cette robe flottante au vent... Ils peuvent lui faire perdre cet air espiègle et joyeux qu'elle a toujours eu, ils peuvent l'ôter à sa famille, l'ôter à son amour, l'ôter à ses amis en toute impunité et avec une satisfaction infinie.

Tu ne peux rien y faire, rien pour l'empêcher de monter en trébuchant sur cette estrade... Quand bien même tu serais volontaire, tu pourrais juste la protéger aussi longtemps que possible, ce qui ne garantit pas sa survie. Et pourtant tu dois tant de choses à sa famille, à son père. Être volontaire ne serait qu'un pas vers le remboursement de cette dette. Et bien qu'Emilia soit là et que tu ne veuilles pas la laisser, tu sais que vous vous reverrez après, dans l'au-delà, dans des temps meilleurs. Et ton esprit serait allégé car tu ne veux pas vivre ta vie entière avec cette sensation de n'avoir rien fait alors que tu aurais pu la sauver, éventuellement. Vas-tu vraiment le faire ? Vas-tu avancer et déclamer ton nom à voix haute comme une pièce de Shakespeare pour tenter de prendre la place de ce Maël qui a été choisi ? Va, je te regarde, j'attends. Même si cela ne ferait certaienement qu'aggraver la peine de ton amie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitimeSam 19 Mai - 19:07

II,1. la moisson du district dix 417674tumblrm46qvcyxBS1qc123zo1500

« Passons à ces messieurs ! » Non, on ne passera à rien du tout ! Je partirais seule ! Je n’ai pas envie qu’un autre tribut soit choisi, peu m’importe les règles. Je n’ai pas envie qu’on me force à tuer un ami ou même une simple connaissance ! Mon cœur s’emballe, mes jambes me forcent à avancer d’un pas en avant mais, Quinn me fusille du regard pour m’inciter à rester à ma place. Que fais-tu pauvre idiote ? Voilà ce qu’elle doit se demander à ce moment là. Crois-tu que ton courage suffira a y changer quoi que ce soit, que tes envies seront des ordres ? Non, tu n’es qu’un pion dans une partie d’échecs où seul le Capitol est le maitre du jeu, où lui seul a le pouvoir sur ce qui se passera durant les prochaines heures du cours de ta vie. Oui, je ne suis rien mais, ne dit-on pas que c’est d’un rien qu’une tempête éclate ? En attendant le déluge, je ravale ma salive et baisse les yeux ; je jouerais l’héroïne un autre jour. Pendant que l’hôtesse pioche le nom du garçon qui sera mis à mort à mes côtés, je ferme mes yeux aussi fort que je le peux. Je les ferme en priant pour qu’un nom familier n’en sorte pas et, étrangement… « Maëll Abernathy ! » …ne me dit rien du tout. Du moins, pas tout de suite… Un étrange mélange de sentiments me donne intensément la migraine. Je suis soulagée qu’Icare s’en sorte sain et sauf, cela m’aurait brisé le cœur de devoir me battre envers et contre tous, lui y compris. Je suis également soulagée de ne pas connaitre Maël plus que ça mais, en m’attardant sur son nom de famille, je tombe de haut sans avoir le temps de comprendre. Abernathy ! Abernathy comme… Keagan Abernathy ?! Mes yeux s’ouvrent aussitôt et cherchent Maëll sur la grande place, parmi les autres garçons. Je connais Keagan depuis quelques temps déjà mais, sans trop le vouloir, je ne me suis jamais trop attardé sur sa famille. Ce que j’ai pu être bête… Etant surtout un ami de mes frères, je me suis retrouvée parmi son cercle d’amis malgré moi mais, comment ai-je pu ignorer qu’il avait un frère ? Un frère moissonable qui plus est ! Les bras m’en tombent et, lorsque les deux pacificateurs se postent à leur place, prêts à attendre le dernier tribut éventuel du dix, je ne peux m’empêcher de me mordre l’intérieur de mes lèvres. Effectivement, ce garçon ne me dit absolument rien. Comment ai-je pu passer à côté ? Comment ai-je pu vivre dans le même district que lui, côtoyer son frère sans même le voir ? Mince alors… Moi, qui pensais pouvoir tuer un garçon -même si l’idée me parait impensable pour l’instant- sans trop de regrets, je me retrouve face au petit frère d’un ami. Comment vais-je faire ? Comment vais-je survivre avec un tel acte sur la conscience ? Je préfèrerais probablement mourir dans l’arène qui nous accueillera tous les deux mais, je n’ai pas le droit de penser une chose pareille ! Si je ne connais pas Maëll, je suis sûre d’une chose : il ne me connait pas non plus donc, pourquoi serait-il indulgent envers moi ? Je dois avant tout penser à moi, à ma propre petite personne. C’est égoïste certes et, loin de ce que je suis vraiment mais, c’est la triste réalité des choses. Je dois me méfier de tout le monde et, surtout de ceux qui voudront être mes amis à l’avenir. Commençons donc par celui qui m’accompagnera peut-être dés aujourd’hui, commençons par Maël…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



II,1. la moisson du district dix Vide
MessageSujet: Re: II,1. la moisson du district dix   II,1. la moisson du district dix Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

II,1. la moisson du district dix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: 76th HG :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.