petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeLun 20 Aoû - 16:03

Après votre petite après-midi passée ensemble dans ta chambre – sans faire des choses obscènes en plus ! – vous avez décidé d'un commun accord de vous revoir, dans un endroit où l'équipe de préparation ne viendrait pas vous embêter toutes les cinq minutes. Et c'est finalement sur la terrasse d'un café que vous vous êtes retrouvés, au milieu d'une foule enveloppée dans des vêtements rose bonbon, vert flashy et de peaux bleues ou encore vertes. C'était une belle journée, ensoleillée et assez chaude, c'est donc pour cette raison t'avais opté pour quelque chose de naturel, d'assez fin et d'assez court. Toi, la reine des robes, tu te retrouvais avec une robe qui descendait jusqu'en bas de tes cuisses, très près du corps qui te donnait une allure classe et légère à la fois. De couleur noire, sans pour autant absorber toute la chaleur environnante car taillé dans un tissus spécial que peu de personnes pouvaient s'offrir. Et t'es arrivée devant lui, et subitement t'as eu très, très chaud. Parce que c'est le mec qui te rend folle. Un regard sur lui et tu t'imagines déjà mariée avec lui, avec trois enfants et un chien. T'as tenté de prendre un air désinvolte et décontracté, chose que tu as réussi. Tu as du être actrice dans une vie antérieure, c'est quelque chose d'inné chez toi. Enfin bref, t'étais face à lui, totalement obnubilée par son image et incapable de regarder autour de toi pour apprécier les rues du Capitole. Et t'as fini par aborder le sujet sensible, pour voir, pour tester. Les fêtes au Capitole sont quelque chose qu'il semble éviter soigneusement depuis le début, mais toi... t'aimerais beaucoup qu'il accepte de venir avec toi à une de ces fêtes. Simplement pour passer un meilleur moment. D'ailleurs, t'étais invitée chez des gens assez puissants lors de la semaine suivante et t'aimerais qu'il t'accompagne. La discussion gravitait donc autour de ça. Tu tentais de lui faire les yeux doux pour arriver à tes fins... « Allez, on tentera de trouver des 'exceptions' tous les deux... » et finalement, il accepta. Et t'étais fière de toi. Tu lui donnas rendez-vous chez toi, afin que vous puissiez partir tous deux et pour avoir un regard sur ce qu'il fait. Tu ne voulais pas entendre le refrain de désistement ''j'ai pas trouvé, désolé... mais bonne soirée quand même !''. Alors tu as prit les devants et tu as fait en sorte de pouvoir être avec lui pendant cette soirée.
Tu te déplaces jusqu'à la porte d'entrée après avoir vérifié dans une glace que tu étais bien coiffée et bien habillée. Parfaite, en fait. Tu veux être absolument parfaite pour lui, tu veux mettre toutes tes chances de ton côté. Alors avant d'ouvrir la porte, tu tournes la tête vers le miroir de l'entrée pour vérifier si t'as pas un gros bouton au milieu de la figure ou ce genre de choses. Mais non, tout va bien, tu n'as rien, tu te trouves presque belle... Alors tu te décides à ouvrir la porte, tout en te disant que tu es vraiment d'un ridicule achevé. Il a forcément quelqu'un dans sa vie, il est forcément amoureux d'une jeune fille dix fois plus jolie que toi. Et dans un espoir désespéré, t'essaye quand même de le rendre sensible à ton charme. T'es une putain de briseuse de couple en fait ! Une vraie salope... Mais ça t'arrêtes pas. Et dès que t'as les yeux posés sur lui, tu peux plus les bouger. T'oublies la potentielle copine, le fait qu'elle doit être dix mille fois plus belle que toi, le fait que tu l'aimes mais qu'il ne le saura jamais. Tu souris, presque machinalement et tu parviens quand même à reprendre tes esprits et à le saluer. « Hey ! Entre, je t'en pries. » dis-tu tout en tentant de bras vers ton salon. T'es dans une robe de cocktail rose pale qui t'arrive jusqu'au pieds et sur laquelle on peut voir à peu près au niveau du cœur, des petits diamants scintiller à la lumière. Le tout est très harmonieux, joli sans pour autant en faire trop. T'es assez fière de ta création et tu redoutes le moment où tu n'auras plus d'inspiration. Lui, il est magnifique, comme à son habitude. Tu t'en veux de ne pas être assez bien pour lui, et t'aimerais vraiment pouvoir être aussi jolie que toutes les autres filles du Capitole, plus jolie que les mannequins, plus jolie que certaines tributs... « Bon, t'es prêt ? » dis-tu tout en prenant ta pochette et en avançant vers ta porte d'entrée. Tu l'invites à repasser la porte d'un geste de la main accompagné d'un sourire tendre et tu fermes la porte derrière vous.


Dernière édition par Aranel "Jewel" Harris le Mer 22 Aoû - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeLun 20 Aoû - 20:38

Tu sais pas comment t’as pu t’embarquer là-dedans, mais tu te retrouves à nouer ton nœud papillon. T’as pas pu résister aux yeux doux, aux jambes élancées et à la robe beaucoup trop courte d’Aranel. Elle t’avait comme envouté. T’as pas eu le courage de dire non. Il faut dire qu’avec ce regard, elle peut faire tout ce qu’elle veut de toi. Comme un pouvoir immense qu’elle exerce rien qu’avec un sourire. C’est perturbant. De ne plus rien contrôler. Tu sais pas comment, mais elle t’a convaincu à aller à une de ces fêtes du Capitole. Fête que tu détestes par-dessus tout, car tu ne supporte pas les habitants de cette ville. Sauf elle. Bien sûr. Elle, t’en est raide dingue. Alors tu ferais n’importe quoi, en quelque sorte, pour passer le plus de temps possible avec elle. T’as l’impression d’être plus amoureux au fil du temps, ton amour ne fait que grandir, et c’est assez flippant. T’es certain qu’elle ne pense pas à toi comme toi tu penses à elle. Qu’elle te considère comme un ami, voir seulement comme un collègue. C’est tout simplement impossible qu’elle puisse s’intéresser à toi. Mais tu ne sais pas pourquoi, tu t’obstines à la voir. Sa présence t’est essentielle. Comme un besoin primaire. Puis tu te dis qu’au final, à cette soirée, tu resteras avec elle, rien qu’avec elle. T’auras pas besoin de te mêler avec tous ces crétins. A moins qu’elle te laisse pour aller voir ses amis, son petit copain ou quelque chose comme ça. Dans ce cas là, tu sais déjà ce que tu vas faire : tu partiras. Parce que si t’y vas, à cette fête, c’est pour elle. Pour être avec elle. Pas autre chose. T’as mis un costard avec un nœud papillon et de belles chaussures qui ont l’air d’avoir coûté cher. T’as accroché tout tes piercings, et faut pas se mentir, t’as un air plutôt classe.
Tu grimpes dans ta voiture, et en quelques minutes tu te retrouves devant la maison d’Aranel. Tu descends et tu toques à la porte. Il suffit ensuite que tu pose ton regard sur elle pour que tu reste bouche bée. Sa beauté à ce don de te rendre toute chose. Ton cœur bat à la chamade. Elle est magnifique dans cette robe. De toute façon, elle l’est toujours. « Hey ! Entre, je t'en pries. » Tu lui adresses un beau sourire. Pas aussi beau que le sien, mais tout de même, t’essaie de l’égaler. Il faut que t’essaie de faire quelque chose pour calmer ton cœur, tu vas finir par faire une crise cardiaque. Et d’un seul coup, tu te sens idiot. T’aurais dû lui amener un bouquet de fleur, quelque chose. Non, ça t’est complètement sorti de la tête. Le pire, c’est que t’y avais pensé ce matin. T’es vraiment un crétin. « Bon, t'es prêt ? » « Oui, prêt. » Tu réponds du tac au tac, et c’est à peine rentré dans la maison que t’en ressors aussitôt. Alors qu’elle ferme la porte, t’ouvres celle de ta voiture pour qu’elle y rentre, tel un gentleman. « Tu es superbe. » lui glisse-tu alors qu’elle entrait du côté passager. Tu t’installes à ton tour, tu démarres, et tu la laisses te guider jusqu’à la salle où se trouve la fameuse réception. Ca a beau faire un an que t’habites au Capitole, t’es loin de connaître l’endroit comme ta poche. Pour pas qu’elle ne le remarque, tu dis simplement que tu as oublié comment aller à l’endroit indiqué, vu que ça faisait longtemps que tu n’y étais pas allé. En fait, tu n’y es jamais allé. Mais ça, elle ne le sait pas. Conduire à côté d’elle s’est avéré plus difficile que ce que tu croyais : impossible de te concentrer. Mais tu prends sur toi et t’essaies, tant bien que mal. Dans la voiture vous parlez un peu de tout et de rien, elle te dit aussi les rivages à prendre, ect, jusqu'à ce que vous arriviez. Tu te gares, et tu te dépêches de sortir pour pouvoir lui ouvrir la portière avant qu'elle ne le fasse elle-même. En posant tes yeux sur elle, t'en oublie que tu t'apprête à aller à une soirée du Capitole. Chose que tu déteste. Oui, il suffit que tu la regarde pour que t'oublie tout. Tu vas passer une soirée avec elle, et c'est le plus important. « Je te préviens tout de suite, je suis un très mauvais danseur. » Un petit sourire amusé se dessine sur tes lèvres, tu ne veux pas qu'elle base tout ses espoirs sur tes pas de danse pour épater la galerie. Oh que non. T’espère aussi que tu ne seras pas mal vu si tu ne prends pas cette cochonnerie pour se faire vomir. Bon, qui vivra verra. Tu refermes la portière de ta voiture une fois que la belle est sortie, et vous vous dirigez tout les deux vers l'entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeMer 22 Aoû - 16:39

Vous ne restez pas bien longtemps chez toi. Le fait est que vous n'avez rien à y faire. T'aurais pu lui offrir un café ou ce genre de choses, mais c'est pour aller à une soirée que vous vous êtes retrouvés et pas pour papoter pendant des heures autour de deux tasses. Alors tu n'en fais rien et à peine entré chez toi, il doit déjà quitter ton nid douillet. Tu ne pense pas que cela puisse avoir un quelconque impact sur lui, bien entendu. C'est aussi normal pour toi que pour lui, et il n'a pas l'air de t'en vouloir de ne rien lui avoir proposé avant de partir. Alors tout est parfait, t'es contente, t'as réussi à l'attirer dans une des fêtes des grands du Capitole et t'es sûre que vous passerez un bon moment parce que t'es enfin avec lui. T'es persuadée que ça va tout changer, sans doute est-ce là ta naïveté qui reprend le dessus, mais tu ne veux pas y penser. Rester positive est important, surtout avant d'aller dans une soirée comme celle-ci. T'as très envie de passer un bon moment en sa compagnie, comme à chaque fois que t'es avec lui. C'est une bonne expérience, pour vous deux, t'en es persuadée. Après avoir fermé la porte de chez toi, tu te diriges vers la voiture. La portière passager est ouverte, Camaël se tient près d'elle, tel un gentleman et te glisse même : « Tu es superbe. » lorsque tu entres dans la voiture. Tes joues deviennent instantanément rouges et un sourire éclaire ton visage. Tu te demandes cependant si c'est par simple politesse ou s'il le pense vraiment, mais tu ne peux pas t'empêcher d'avoir le cœur qui palpite encore plus vite dans ta poitrine et l'impression d'avoir une serre remplie de papillons dans le ventre. Un sourire satisfait, tendre et gêné à la fois s'étant sur ton visage. T'en espérais vraiment pas tant ! Il ferme la portière une fois que tu es assise et vient s'installer à tes côtés, au volant. Tu as les yeux fixés tantôt sur Camaël, tantôt sur la route et tu lui indiques où tourner au beau milieu d'une conversation n'ayant rien à voir avec la route. Il n'y a vraiment aucune gêne dans vos moments silencieux, vous parlez d'une façon naturelle et vous n'avez pas peur d'aborder tous les sujets ensemble. T'as l'impression que vous avez véritablement été faits pour être ensemble. La seule chose qui ne va pas dans cette affirmation est sans doute le fait que vous ne soyez pas ensemble et que vous ne le serez sans doute jamais. Tu ne préfères pas faire de suppositions quant à un avenir ensemble, il est presque admis dans ta tête qu'il a déjà quelqu'un parce qu'il est trop parfait pour être célibataire. Ou alors, deuxième solution, il est gay. Oh non, ce serait vraiment du gâchis pur et simple, tu te refuses de te faire à cette idée. T'as pas vraiment le temps de te rendre compte que le trajet est terminé, ça t'a paru très court, comme chaque moment que t'as passé avec lui. Il se gare près d'autres voitures, toutes des modèles hauts de gamme, c'est tout ce qu'on trouve au Capitole de toute façon. Il descend et se précipite pour ouvrir ta porte. Tu souris quand tu sors la tête de la voiture, puis que tu te lèves tout en tentant de garder un minimum de grâce. T'arrives pas à le quitter du regard, ton regard s'accroche au sien et lorsqu'il te dit : « Je te préviens tout de suite, je suis un très mauvais danseur. » Tu ris doucement puis tu gardes un sourire amusé sur le visage. Ta réponse vient d'elle-même, tout naturellement. « C'est pas grave, ils le sont tous ! » Puis tu le regard, reprend un air plus sérieux, tu te mords la lèvre doucement. « J'te guiderai, t'en fais pas. » dis-tu avec une esquisse de sourire. Vous vous dirigez alors vers l'entrée de la maison, oui parce que vous vous rendez chez un ancien haut juge. Tu entres sans frapper, parce que de toute façon, personne ne t'entendra à l’intérieur. Tu jettes un regard à Camaël avant d'entrer, accompagné d'un petit sourire d'encouragement. Tu ouvres la porte complètement et entre en compagnie de Camaël. A l’intérieur, c'est déjà effervescence. Ils boivent, mangent, dansent, parlent et certains vous regardent lorsque vous entrez dans la pièce. Tout de suite, l'un des membres de votre équipe de préparation vient vers vous et vous salue. « Oooooh, Camaël et Aranel, c'est un tel plaisir de que de vous retrouver ici ! » dit-il. Tu souris, et tu réponds de façon polie, même si ça t'exaspère légèrement. « Nous sommes ravis aussi ! » dis-tu avant de t'éclipser et d'entraîner Camaël vers le buffet avant que quelqu'un d'autre ne vous adresse la parole. Surtout que t'as repéré le mec le plus lourd de la planète au fond de la salle, et tu sais qu'il ne va pas tarder à débouler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeSam 25 Aoû - 16:47

Elle a se pouvoir étrange sur toi, qui te déconcerte. Tu n’as qu’à la regarder pour tout oublier. A ses côtés, ton habituelle haine enfuit en toi s’évapore. Tu ne te détestes plus, tu ne détestes plus le monde entier, tu ne détestes plus la vie. Non, tu te contentes de l’aimer, elle. T’en ai raide dingue. Plus tu la côtoies, plus tu l’aimes. C’est mal. C’est mal parce que vous ne serez jamais ensemble. Tu ne l’intéresse pas. Elle est beaucoup trop bien pour toi. Elle a sûrement juste pitié de toi pour accepter que vous passiez des moments ensemble. Mais tu t’en fiches, à vrai dire. T’es avec elle, et c’est tout ce qui compte. Ses yeux, son sourire, sa voix, tu ne peux plus t’en passer. C’est la femme la plus parfaite à tes yeux. Parfaite pour toi. A ses côtés, ta seule envie est de pouvoir lui tenir la main, pouvoir l’embrasser, pouvoir la prendre dans tes bras. Mais tu ne peux pas. T’as pas le droit, t’en auras jamais le droit. Vous êtes arrivés devant la salle de réception. Tu lui ouvres la porte, et déclare alors que tu ne sais pas danser. Son sourire te fait chavirer. « C'est pas grave, ils le sont tous ! » Tu ris en t’imaginant des clowns en train de danser la samba. Hilarant, vraiment. « J'te guiderai, t'en fais pas. » Tu lui adresses un beau sourire. « Avec plaisir. » Tu te rends compte que t’as sûrement des étoiles dans les yeux rien qu’en la regardant, mais tu peux pas te contrôler. Elle est si… magique. Vous finissez par entrer dans la salle. Toutes ces couleurs te donnent la nausée. Il y a extraverti, et extraverti. Ceux de cette soirée méritaient clairement d’aller faire un séjour en prison pour se remettre les idées au clair. Ca te dépasse vraiment. Mais tu ne fais aucun commentaire, tu n’as pas le droit de critiquer quoi que ce soit. Il ne faut pas que tu sois suspecté. Un membre de votre équipe de préparation arrive alors vers vous. « Oooooh, Camaël et Aranel, c'est un tel plaisir de que de vous retrouver ici ! » « Oui, ben pas moi. » as-tu envie de répondre. Mais tu te retiens. Tu lui souris poliment, ça t’étonne même pas de le voir dans ce genre de soirée. En fait, t’as l’impression que tout le Capitole est ici, et qu’il y’a que toi qui supporte pas vraiment ces gens là. Aranel répond à ta place, et vous vous éclipsez aussitôt vers le buffet. Tu n’as pas le temps d’en placer une, qu’un autre homme se poste devant vous. Ok, cette soirée sera loin d’être marrante. Ses fausses dents d’une blancheur éclatante manquent de t’aveugler. Il a des sourcils verts flash, une coupe en arbuste, et une tenue assez spéciale. Pour ne pas dire laide. « Oh, Aranel, tu es là ! » Il a cette voix suraiguë complètement débile et désagréable. Il sourit, il sourit beaucoup trop. Il fait les yeux doux à Jewel. Et t’es jaloux. T’es jaloux parce que tu te dis qu’elle préfère ce genre de mec. Que c’est ça qui lui plaît. Peut être même que c’était son ex. Tu te fais plein de film dans ta tête. Tu fronces les sourcils, et tu secoues la tête. Tu ne sais pas ce qui te prend. « Non, elle n’est pas là, c’est un rêve, rien d’autre qu’un rêve. » Et tu secoues ta main devant sa figure de looseur. T’as parlé d’une façon ironique, agacé. T’es agacé parce qu’il a adressé la parole à Aranel, parce qu’en quelque sorte, t’avais l’intuition qu’il s’apprêtait à la draguer. T’as réagi comme un adolescent jaloux, et tu rends compte qu’elle va sûrement t’en vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeLun 3 Sep - 19:28

L'hypocrisie est une chose qu'il faut savoir employer au Capitole, ce qui te fend le cœur bien des fois. T'es pas du genre à vouloir être hypocrite, tu le fais simplement parce que tu n'as pas le choix, parce que tu sais que vous êtes dans un régime qui ne te permet pas d'exprimer librement tes pensées les plus profondes. Alors tu joues le même jeu que tout le monde et tu tentes de te faire bien voir pour pouvoir vivre correctement et sans histoires. C'est donc avec une hypocrisie très bien dissimulée que tu réponds à Brassica lorsqu'il vous aborde. Le pauvre, il n'a rien demandé à personne et il est du genre adorable, tu n'as aucune envie d'être désagréable avec lui, puisqu'il est on n'peut plus agréable et gentil avec toi. Et puis, ça fait déjà deux ans qu'il fait partie de ton équipe de préparation, et pour qu'une équipe soit efficace, il vous faut de la cohésion et une bonne entente. Tu es donc déterminée à faire de ton mieux pour garder des relations saines avec les membres de ton équipe de préparation. Pour éviter une longue conversation, tu entraînes rapidement Camaël vers la buffet où vous n'avez même pas le temps d'échanger une parole avant que ne surgisse de nul part un... arbre, nommé Phlox. Une coiffure improbable, des sourcils et des cheveux verts, une tenue verte on ne peut plus bizarre. Ton regard passe rapidement de Phox à Camaël et tu restes muette. Merde quoi, tu aurais voulu passer inaperçue cette fois ! « Oh, Aranel, tu es là ! » Tu lui lances un sourire gêné alors que Camaël semble passablement agacé par cet homme. Tu sais qu'il est différent, tu sais qu'il a sans doute les mêmes idées que toi et les mêmes problèmes avec les modes du Capitole alors tu le laisses faire. Il passe sa main énergiquement près du visage de Phlox qui n'a pas l'air de comprendre ce qu'il lui arrive et « Non, elle n’est pas là, c’est un rêve, rien d’autre qu’un rêve. ». Toi tu souris, parce que tu trouves ça extrêmement drôle. Mais bien sûr, tu n'as pas le droit d'exploser de rire alors tu te contentes de regarder Phlox avec un sourire amusé. Phlox repousse la main de Camaël et recule légèrement avec un air excédé sur le visage. Tu regardes Camaël avant de finalement t'approcher de lui et même si son attitude a été pour le moins surprenante, elle t'aura au moins donné une idée. Tu regardes Phlox, puis tu commences à parler et à mettre ton idée à exécution. Après tout, c'est bien la seule chose qui puisse le dissuader de te suivre comme ça partout où tu vas et de te draguer à chaque fois que tu entres dans son champ de vision. « Phlox, je te présente mon fiancé, Camaël. » dis-tu tout en prenant sa main dans la tienne, comme pour illustrer ton propos et lui donner une preuve assez tangible pour qu'il puisse y croire. T'espère seulement que Camaël voudra bien t'aider dans ce que t'es entrain de faire croire à Phlox, même si t'as peur qu'il ne colporte la rumeur et que bientôt, tout le Capitole pense que tu es officiellement fiancée à l'hôte du District 2. Phlox a l'air d'être totalement déboussolé. Il regarde Camaël puis repose son regard sur toi et avec une voix fluette et une expression gênée, il commence à parler. « Oh... Je... Je ne savais pas. Félicitations à vous deux et enchanté, Camaël. » Un air déçu peut se lire clairement sur le visage de Phlox qui semble également peiné qu'un autre puisse t'approcher et soit fiancé à toi. « Y'a pas de mal, c'est récent. Merci beaucoup. » réponds-tu avec le sourire le plus vrai que tu puisses trouver lorsque tu t'adresses à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 9 Sep - 11:12


Il y a des choses que tu ne comprendras jamais au Capitole. Comme, par exemple, comment un homme peut s’infliger des mochetés pareilles. A leur place, tu n’oserai même plus te regarder dans un miroir, tellement tu aurais peur de ton reflet. Ils veulent tellement être différents des autres qu’ils en restent pareil, au final. Désolant. Ce gars qui vient de vous aborder, ou plutôt qui venait d’aborder Aranel, fait parti de ces faux excentriques. Il est ridicule. Et en plus de ça, il ose parler à Jewel. Ta Jewel. Sauf que bon, cette dernière n’est pas encore au courant. T’es jaloux, et un tantinet possessif. T’es tout simplement amoureux de cette femme. Et t’es mal barré. T’as une réaction assez excessive quand ce dernier parle. Et là, c’est sûrement toi qui frise le ridicule, sans même que tu t’en rendes compte. Mais Ara sourit. Elle sourit, et c’est tout ce qui compte à tes yeux. L’inconnu repousse ta main, sans vraiment comprendre ce qui lui arrive. « Phlox, je te présente mon fiancé, Camaël. » Phlox. Quel prénom ridicule, aussi ridicule que sa sale tête. T’es tellement jaloux qu’il ose draguer Aranel, que tu mets quelques secondes à comprendre la fin de la phrase de Jewel. T’as pas vraiment le temps de réagir qu’elle t’attrape la main. Mais finalement, tu joues le jeu, et tu sers sa main dans la tienne. Tu arbores un sourire resplendissant, rien qu’à cause de la tête que Phlox tire. Il a l’air assez déboussolé. « Oh... Je... Je ne savais pas. Félicitations à vous deux et enchanté, Camaël. » Vu sa tête, t’es quasi certain que dans moins de dix minutes, toute la salle sera au courant de vos « fiançailles ». Tu te demandes comment ils vont réagir quand ils sauront que ce n’est pas vrai. Mais au final, t’es plutôt content. Parce que ce Phloxinou arrêtera de tourner autour de celle dont t’es raide dingue. Un concurrent en moins. Mon dieu, tu ne veux même pas imaginer le nombre d’hommes qui essaie de la séduire. Elle est si belle, si parfaite. A coup sûr, tout le Capitole se bat pour elle. Impossible autrement. « Y'a pas de mal, c'est récent. Merci beaucoup. » Tu souris à nouveau. « Enchanté Phlox. Désolé pour ‘ça’, hein. C’est juste que je ne veux pas qu’elle m’échappe, elle est si merveilleuse. Je ne pouvais pas rêver mieux comme femme. Quand on trouve la perfection, on n’a pas envie de la laisse s’en aller, vous voyez ce que je veux dire. » Tu lui adresses un clin d’œil, comme si vous étiez complice. Alors que t’as seule envie est de lui mettre un coup de poing pour qu’il s’éloigne. Tu as lâché la main d’Aranel, pour passer tout bras autour de sa fine taille. Tu la serre doucement contre toi, montrant en quelque sorte qu’elle t’appartient. Si seulement c’était vrai… Tu t’y croirais presque. Tu poses ton regard sur Jewel, espérant qu’elle ne pense pas que tu es allé trop loin. En tout cas, t’es content que ce Phlox ait abandonné l’idée de la draguer. Il n’a tout simplement pas le droit. « Oui, je comprends… Vous êtes chanceux, je ne pourrais pas vous contredire. » Répond-t-il. Evidemment que tu es un chanceux. Enfin. Tu le serais si vous étiez ensemble. Si vous l’étiez, tu serais l’homme le plus heureux de la terre. Mais ça n’arrivera pas. Jamais. Il est évident qu’elle ne s’intéresse pas à toi. Alors tu profites de cet instant, qui te laisse croire que vous formez un couple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 9 Sep - 11:46

Pour dire vrai, t'éprouves aucun remords par rapport à Phlox. Il est sans doute la personne que tu peux le moins supporter au Capitole car beaucoup trop collant et trop excentrique à ton goût. Tu peux être sûre qu'à chaque fois que tu entres dans les soirées de ce genre, il est là dix secondes plus tard à te regarder comme si tu étais la plus magnifique des perles. Et si ça te plaît quand certains autres hommes font ça, avec lui, ça te dégoûte. Alors le fait que Camaël soit là est une bonne chose, parce que t'affrontes pas ce boulet toute seule et tu vas peut-être même pouvoir t'en débarrasser pour le restant de tes jours. Il est gentil, mais qu'est-ce qu'il peut te saouler ! Alors oui, tu n'éprouves aucun remords quand il s'agit de lui faire croire que t'as quelqu'un dans ta vie. Parce que dans un sens, c'est vrai. T'es prise par le mec que tu viens de faire passer publiquement pour ton fiancé, mais le problème, c'est que lui ne partage sans doute pas les sentiments que t'éprouves pour lui. Et puis, tu viens tout juste de réaliser l'impact que ça pourrait avoir sur sa vie, le potentiel problème auquel il risque d'être confronté. Et s'il avait une petite amie ? Et si la rumeur que tu viens de lancer venait à se propager dans tout le Capitole ? Et si elle le prenait mal – ce qui serait compréhensible ? Et si elle le lâchait ? Et s'il était malheureux ? Tout ça, par ta faute et parce que tu n'avais plus envie de devoir supporter Phlox... Soudain, t'as l'impression que t'es la plus grosse salope et la plus grosse conne que la terre n'ai jamais porté. Mais tu tentes de ne rien laisser paraître, parce que la crédibilité de ton mensonge est en jeu à présent. Mais la pression qu'exerce la main de Camaël sur la tienne te pousse vers l'avant et te fait oublier la potentielle petite-amie. Il marche dans ton mensonge et t'aide dans cette sorte de lutte contre Phlox et t'aimes beaucoup ça, faut l'avouer. Tu as un bref échange avec Phlox auquel Camaël vient bientôt s'ajouter. « Enchanté Phlox. Désolé pour ‘ça’, hein. C’est juste que je ne veux pas qu’elle m’échappe, elle est si merveilleuse. Je ne pouvais pas rêver mieux comme femme. Quand on trouve la perfection, on n’a pas envie de la laisse s’en aller, vous voyez ce que je veux dire. » Il joue rudement bien la comédie, et ce qu'il vient de dire à Phlox à ton propos – bien que ça ne soit sûrement pas vrai et qu'il ne dise ça que pour que votre mensonge tienne debout, ça te fait de l'effet. Tes joues te brûlent et finissent par rougir alors que sa main quitte la tienne et qu'il passe son bras autour de ta taille et te ramène doucement contre lui. Tu te laisses aller, tu le regardes avec un sourire apaisé sur les lèvres alors qu'il interroge du regard. « Oui, je comprends… Vous êtes chanceux, je ne pourrais pas vous contredire. » Tu tournes la tête vers Phlox pour lui accorder un sourire. « Très chanceux. » Tu tournes ensuite la tête vers Camaël et tu décides de faire bouger la situation. Ton regard se pose de nouveau sur Phlox et après avoir attrapé trois coupes de champagnes posées sur la grande table, tu en donnes un à Phlox et tu donnes le second à Camaël. « Eh bien. Je suis ravie d'avoir pu te revoir Phlox, mais on va devoir y aller. Et si tu veux venir au mariage, on t'enverra une invitation. » Tu ponctues la fin de ta phrase par un sourire, tu lèves légèrement ton verre vers lui et tu finis par tourner les talons avec Camaël. Maintenant, va falloir trouver autre chose à faire... Et ça, c'est beaucoup plus difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 9 Sep - 14:49

Elle rougit. Elle rougit et tu te dis qu’elle est douée. Un peu comme une illusionniste. T’as l’impression qu’elle rougit vraiment, sincèrement. Oui, elle est douée. Même si tu pensais tout ce que tu as dit à Phlox, elle ne le sait pas. Ce que tu trouves dommage, d’un côté. Mais tu te dis que si tu lui révélais tout, elle fuirait. Forcément. Elle ne voudrait plus te voir, te parler, et demanderai à être styliste d’un autre district. Alors il vaudrait mieux que tu ne dises rien du tout. Que tu te taises. Tu ne te rends pas vraiment compte de l’ampleur que pourrait prendre ce mensonge que vous venez d’inventer. Mais pour l’instant, tu ne t’en soucis pas vraiment. Aranel te sourit, ce qui veut dire qu’elle ne t’en veut pas pour ce que tu as dit. Peut être qu’elle trouve que tu en as fait trop, que tu aurais simplement dû te contenter d’hocher la tête, et de te taire. Mais bon, c’est trop tard pour ça. « Très chanceux. » affirme Jewel alors que tu la tiens toujours contre toi. Et t’aimerai qu’elle ne s’échappe jamais d’entre tes bras. A peine as-tu ces pensées, qu’elle se détache de toi pour prendre des coupes de champagnes, et les distribuer. Tu la remercie d’un sourire, et bois une gorgée. « Eh bien. Je suis ravie d'avoir pu te revoir Phlox, mais on va devoir y aller. Et si tu veux venir au mariage, on t'enverra une invitation. » Dans ses rêves, tiens. Phlox vous adresse un sourire poli, et vous vous éloignez. Enfin. Mais au loin, tu vois déjà une personne en train d’essayer de se frayer un passage pour venir vous voir. Ou plutôt venir voir Aranel. Evidemment. Tu attrapes la coupe de champagne de Jewel, et tu la poses sur la table du buffet, ainsi que ton verre. Tu lui prends la main et l’entraîne rapidement sur la piste de danse. Peut être que comme ça, personne ne viendra vous déranger. C’est à ce moment que la musique change, pour donner place à un slow. Comme par hasard. Tu passes tes bras autour d’elle, vous n’allez pas rester bras ballants alors que tout le monde autour de vous danse. « Je suis désolé, mais y’avait un type aux cheveux arc-en-ciel qui te bouffait du regard et qui s’apprêtait à venir. » Tu t’es penché pour lui murmurer ces paroles au creux de son oreille, pour que personne d’autre ne puisse entendre. Il manquerait plus que tout le monde sache que tu ne supportes pas les gens du Capitole. C'est pour ça que t'essaie d'être discret. Tu te déplaces doucement sur la piste de danse, au rythme de la lente musique. Tu recules quelque peu la tête après avoir parler, pour la regarder dans les yeux. Elle est belle. Magnifique. Ton coeur bat à cent à l'heure, mais tu n'as pas le droit de flancher. Tu as déjà de la chance qu'elle t'accepte en tant qu'ami. Enfin, collègue. « Et hum.. Pardon pour ce que j'ai dit à Ph..Machin chose. J'espère que je n'ai pas été trop loin. » Tu parles à la fois pour la première réaction que tu as eu face à lui, et aussi ce que tu as dit sur le fait qu'elle était merveilleuse. Bien sûr, tu ne regrettes pas. Tu recommencerai s'il le fallait, parce que c'était tout simplement naturel pour toi. Mais tu n'avais pas l'intention de la mettre mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 16 Sep - 12:50

Vous semblez convaincants et ça t'arranges complètement. Parce que t'aimes pas tellement l'idée que votre mensonge puisse être interprété comme un gros mytho. Tu ne tiens pas à blesser les gens, t'es du genre à mentir pour protéger les personnes qui doivent l'être et là, c'est Phlox que tu protèges, parce que t'as toujours tenté d'être compréhensive avec lui mais tu ne le supportes pas. Alors t'as beau lui avoir brisé le cœur avec ton histoire, tu te dis qu'au moins, il pense que tu n'as rien contre lui. Et des choses contre lui, tu n'en as pas beaucoup mais elles sont conséquentes. Enfin, il semble avoir avalé ce que tu lui as fait croire, peut-être que la pilule mettra plusieurs jours à passer mais au moins, ça fait un soucis de moins à gérer. Et puis, y'a ce moment de bonheur intense, où vous êtes juste tous les deux mais qui ne dure qu'un instant. T'as même pas le temps de dire un mot que Camaël te prend ton verre des mains pour le poser sur la table et t’entraîne vers la piste de danse sans un mot. Et tu suis, parce que quand ta main est dans la sienne, ça ne peut-être que quelque chose de bénéfique et qui va te plaire. Tu lui accordes une confiance aveugle qu'il ne mérite peut-être pas mais que tu lui donnes volontiers quand même, parce qu'il est devenu celui avec lequel ta vie te paraît beaucoup plus simple. Une fois que vous êtes au centre de la piste, l'air change et c'est une valse qui vient rythmer vos pas. Tu te colles contre lui, certes avec un peu d'appréhension parce que tu ne sais pas s'il va apprécier et si ça le dérange ou non. Mais celui-ci passe ses bras autour de toi, ce qui te fait ressentir d'un coup une sensation de chaleur qui te surprends un peu. « Je suis désolé, mais y’avait un type aux cheveux arc-en-ciel qui te bouffait du regard et qui s’apprêtait à venir. » Tu souris à nouveau, te mordant la lèvre doucement. Il est entrain de te dire qu'il aime pas quand on te bouffe du regard, ou c'est toi qui rêve et qui te fait des idées ? Tu ne penses pas être dans ton rôle de femme fiancée là, maintenant. Il vient de te dire ça dans un chuchotement à l'oreille ce qui te prouve que vous n'êtes pas dans votre mensonge mais bien dans la relation qui vous uni l'un à l'autre en temps normal. Alors pourquoi il te dit ça ? T'es partagée entre l'excitation, le plaisir que ça te fait ressentir et le doute. T'es pas sûre que ta vision des choses soit la bonne et tu doutes de toi et de lui d'une façon irrémédiable. Il recule légèrement sa tête, tu le regardes dans les yeux et la musique fait le reste. Tu es comme bercée, le mouvement de la valse te transporte sans que tu en prennes conscience. Ses yeux sont des portes vers un horizon que tu n'imaginais pas avant, comme un pays des merveilles enfouie dans son être. T'as juste envie de tomber à l'intérieur comme Alice l'aurait fait en tombant dans ce nid de lapin. Tu souris doucement en reprenant conscience, en te disant que la réalité est telle que tu es entrain de danser avec l'homme de tes rêves et pas dans un univers où vous seriez juste tous les deux pendant des années et des années. « Et hum.. Pardon pour ce que j'ai dit à Ph..Machin chose. J'espère que je n'ai pas été trop loin. » te dit-il. Tu souris une nouvelle fois. C'est fou, ce pouvoir qu'il a sur toi. Te faire sourire est sans doute un pouvoir inné qu'il a sur toi. Tu sais pas ce que ça lui apporte, mais tu espères qu'il aime ça. « T'as bien fait et tu n'as pas été trop loin. » Et s'il a besoin d'être rassuré, alors tu vas le rassurer. Parce que ça te paraît naturel et parce que ce que tu lui dis est vrai. Ton regard se perd de nouveau dans ses yeux, ta main droite se détache de ton autre main et se glisse dans les cheveux de Camaël. Tu sens bien que c'est un moment particulier et que vous allez sans doute passer à une vitesse supérieure. Rapidement, vos visages ne sont plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre... « Ca explique tout ! » dit une voix au timbre aiguë juste à côté de vous. Ta tête se tourne instinctivement juste avant que tes lèvres puissent se poser sur celles de l'homme que tu ne peux pas t'empêcher d'aimer. Bordel, ils font chier les habitants du Capitole.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 23 Sep - 11:28

En voyant un clown foncer vers vous deux, tu n’as pas réfléchis, et tu l’as entraîné jusqu’à la piste de danse sans lui demander son avis. Si ça se trouve, c’était son ami. Son meilleur ami, même, tiens. T’espère que ce n’est pas le cas. Peu importe, ce qui est fait et fait. La musique change sans que tu t’y attendes, et elle se colle à toi. Une sensation agréable parcours ton corps, et ton cœur bat plus vite que la norme. T’as juste l’impression qu’elle t’a jeté un sort, parce que tu passes tes journées à penser à elle. Et c’est mal. Parce que ça te déconcentre sur ta « mission ». Parce qu’au lieu de t’occuper d’aider les rebelles, t’es là à danser avec la plus belle femme au monde. Tu sais que s’ils savaient, ils t’en voudraient. Tous. Il faut que tu te ressaisisses, mais tu n’en as pas envie. Pas du tout envie. Tu veux seulement pouvoir danser avec elle, l’embrasser, lui tenir la main. Mais tu ne peux pas. Puis tu lui murmures quelque chose à l’oreille. Le fond de ta pensée. Tu lui dis seulement la vérité. T’as l’impression qu’elle ne réagit pas vraiment, puisqu’elle ne répond rien. Ca va, elle n’est pas vexée parce que tu l’as entraîné loin du mec aux cheveux multicolores, c’est le plus important. Et tu finis par t’excuser après l’épisode Phlox. Tu ne veux pas l’avoir mis dans une mauvaise position ou quoi que ce soit. Mais elle sourit. C’est bon signe, une femme qui sourit, non ? « T'as bien fait et tu n'as pas été trop loin. » Ses paroles te confirment que oui, une femme qui sourit est plutôt bon signe. Encore heureux, déjà qu’elles sont incompréhensible, il manquerait plus qu’un sourire veuille signifier autre chose que quelque chose de bien. Bref, tu t’égare petit Camaël. Ton regard se perd dans le sien. C’est fou comme tu l’aimes. Comme t’es raide dingue de cette femme. Elle est magnifique, elle est magique. Aranel passe sa main dans ta nuque, et des frissons parcours ton épine dorsale. Tu ne quittes pas son regard, tu ne peux pas t’y résoudre. Elle approche son visage du sien, et tu fais de même. Tu ne sais pas ce qui est en train de se passer, mais tu ne veux pas que ça s’arrête. Jamais. Vos lèvres allaient se frôler quand… « Ca explique tout ! » Tu redescends sur terre. Tu tombes de ton petit nuage. Par reflexe, tu t’es détaché d’Aranel. Ta tête se tourne sur celui qui vient de gâcher le moment le plus important de ta vie. Hum. Ton rythme cardiaque finit par ralentir, et tu émets un bruyant soupir. « Ca explique quoi ? » finis-tu par demander, dans le but de ne pas paraître désagréable. Sa tête te dis quelque chose, tu sais qu’il est dans ton équipe, même si tu n’as que rarement affaire à lui. En fait, tu te rends compte que t’as tout d’un homme froid et associable, quand on y pense. Tu n’as pas vraiment d’amis au Capitole. Tu n’en a pas du tout, même. Mais tu n’as pas envie de faire des efforts pour te lier d’amitié avec des gens que tu ne supportes pas. Alors tu préfères rester seule. Ta maison, c’est le district 13. Ta vie est là-bas, toute ta vie. « L’autre jour quand vous étiez tout seuls enfermés dans la chambre, je me posais des questions… Puis là maintenant, prit en flagrant délit ! Petits cachotiers ! » Il sourit, fier de lui, de sa soi-disante trouvaille. Toi, tu ne comprends pas tout de suite de quoi il parle alors tu fronces les sourcils. Puis après quelques secondes, ta lanterne s’éclaire. Il croit que vous êtes ensemble. Si seulement. T’aimerais ne pas avoir à le contredire, t’aimerais qu’il dise vrai. Puis tu te rappelles que vous êtes pseudo-fiancé, alors tu ne peux rien dire. Tu arbores un sourire, et tu hausses tes épaules musclées. « On ne voulait pas que ça se sache, on attendait le bon moment… » Bobards. Si t’étais avec elle, t’aurais juste envie de le crier sur tout les toits, tellement tu serais heureux. Bon, tu ne voudrais pas que ça s’ébruite jusqu’au 13, bien sûr. Puis le mec dont t’as oublié le nom commence à déblatérer à une vitesse inimaginable, et tu ne suis plus vraiment. T’es juste un peu déçu de ne pas avoir pu embrasser Aranel, toi qui en rêve depuis si longtemps. « Excusez-moi… » Dis-tu finalement. Tu laisses Aranel et son collègue ensemble, et tu te fraies un chemin jusqu’au buffet. Tu prends un verre d’alcool fort que tu avales cul sec, puis tu te tournes vers celle pour qui ton cœur bat à la chamade. Elle est en train de parler, ou plutôt d’écouter. Tu n’as qu’à la regarder hocher la tête ou sourire pour que tes yeux scintillent. Tu poses ton verre sur la table, et tu prends une grande inspiration avant de te diriger vers elle d’un pas décidé. Tu ne réfléchis pas une seule seconde, tu ne fais pas attention à l’autre qui parle, tu prends le visage d’Aranel entre tes mains, et tu l’embrasse passionnément. Et t’as juste l’impression qu’il ne reste plus que vous deux dans ce monde. Que vous êtes seuls, sans personne. Le bruit autour de vous disparaît, tu n’entends plus que le bruit de ton cœur qui bat trop vite, prêt à imploser. Quand, à contre cœur, tu décolles tes lèvres des siennes (il faut bien respirer), tu déclares à l’autre guignol : « Excuse-moi, je te l’emprunte. » Tu attrapes sa main et tu l’entraînes à l’extérieur. Parce que tu as besoin de respirer de l’air frais avant de faire une crise cardiaque, parce que tout ça, ça fait trop d’adrénaline pour toi et aussi parce que tu as envie d’être tranquille avec elle. Juste elle, et toi. Sans cheveux violet ou arc-en-ciel, ni moustache de chat. Puis, tu te rends compte que peut être qu’elle ne veut pas de toi. Peut être qu’elle ne voulait pas de ce baiser. Peut être que tu ne t’es fait que des illusions fondé sur des hallucinations. Tu la regardes et tu lâches sa main. T’es complètement paumé avec toutes ces incertitudes qui te rongent. « Je suis désolé, je… » Cette fois-ci, c’est elle qui t’embrasse. Et t’as juste l’impression d’être l’homme le plus heureux du monde. Tes bras l’entourent, encore une fois. T’as envie que ce moment ne s’arrête jamais. Tu passes une main sur sa nuque, dans ses beaux cheveux, puis tu l'entraînes jusqu'à la voiture pour rentrer chez elle, ou chez toi. Peu importe. La nuit allait être longue. Et parfaite.

crac crac LA SUITE APRES LA PUB. crac crac
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 23 Sep - 20:43

Comme sur un nuage. Ca allie la chaleur, le confortable, la douceur, le bien-être, l'apaisement. T'es dans le lit de Camaël, endormie du côté droit du lit pendant que lui est allongé sur le ventre de l'autre. Le fait que tu sois dans son lit montre à lui seul que Camaël t'a appartenu, l'espace d'une nuit et d'une soirée. Oui, il t'a appartenu. Son corps était contre le tien, son souffle faisait bouger tes cheveux, ses yeux restaient parfois ancrés dans les tiens jusqu'à ce que ceux-ci se ferment dans une montée de plaisir incontrôlée, il murmurait ton prénom, te gratifiait de petits baisers dans le cou. Un moment éphémère, comme tout ce qui vous lie. Votre relation ne durera pas, surtout pas ce genre de relation... Aussi éphémère que ton sommeil sans rêve, ton sommeil apaisé duquel tu ne tardes pas à t'extraire. La faute aux rayons de soleil qui viennent s'échouer sur tes paupières et réchauffer ta peau. Tes yeux papillonnent, tu grommelles doucement à cause du soleil qui agresse tes yeux habitués à l'obscurité pendant près de huit heures. Tes yeux finissent quand même par s'habituer à la nouvelle clarté qui s'impose à eux et tu peux ouvrir les yeux. Tu découvres une baie vitrée, donnant sur un Capitole d'un blanc éblouissant, à l'architecture design et à la fois épurée et lourde. Et soudain, quelque chose te frappe : tu n'es pas chez toi. Tu aurais presque oublié la nuit que tu as passé avec Camaël, tu aurais presque oublié la façon dont vous avez prit un plaisir infini et partagé. Tu te laisses tomber sur le dos, ne faisant pas attention à ta poitrine qui dépasse de la couverture. Il fait chaud, t'as vraiment pas besoin de la couverture qui recouvre pourtant tes jambes. Tu laisses ta tête tomber sur le côté, et tu regardes Camaël dormir comme un loir. Un peu plus et il baverait sans doute sur son oreiller. Ton regard quitte le visage de Ledford pour aller le long de son torse et finir sur ses fesses, découvertes et à ta vue. Un sourire malicieux se peut se lire dès à présent sur ton visage, tout simplement parce que t'as pas tellement l'habitude de vivre ce genre de scènes, mais c'est pas désagréable du tout. Tu te relèves, tout en remontant le drap vers toi pour te couvrir un minimum, parce qu'hier soir était un autre jour et parce que t'es pudique. Et la pudeur, c'est sans doute quelque chose qui n'est pas très commun au Capitole et encore moins lorsqu'on est styliste comme toi et qu'on a donc l'habitude de voir les tributs nus. Tu te redresses pour voir de plus près le postérieur de celui avec lequel t'as passé la nuit et tu lèves un sourcil, signe d'intérêt, lorsque tu découvres qu'il a un 13 sur le haut de la fesse droite, de couleur argenté. Tu souris, amusée et intriguée à la fois, parce que tu ne sais pas ce que cela signifie mais que se faire tatouer ça sur la fesse droite est peut-être un symbole que tu ne saurais pas décrypter. Et puis, c'est marrant comme endroit pour se faire tatouer... T'aurais presque envie de toucher mais tu te retiens parce que c'est pas vraiment le genre de truc qui se fait, surtout pas entre collègues. Tu te recouches, de façon à pouvoir observer le visage de Camaël et pouvoir apprécier le moindre petit mouvement décelable sur son visage, mouvement qui pourrait indiquer un possible rêve. T'as envie qu'il ouvre les yeux, tu veux qu'il te sourisse, tu veux qu'il t'embrasse, tu veux qu'il te montre que cette nuit n'était pas qu'une simple nuit d'amusement. Utopie tragique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeLun 24 Sep - 5:13

Tout ce qui s'est passé cette nuit était sûrement un rêve. Rien d'autre qu'un rêve. Rêve exquis, à vrai dire. T'as toujours été si persuadé qu'elle était trop bien pour toi que tu n'arrives pas à croire à ce qu'il s'est passé. A cette nuit partagé, où tu t'es délecté de chaque instant de ton corps contre le sien, de tes lèvres contre sa peau. Ca te paraît si irréel. Et pourtant, c'est bien toi qui caressais chaque passerelle de son corps il y a plusieurs heures de cela. Et cette sensation de chaleur sous tes doigts, tu ne peux pas l'oublier. Bref, tu te sens bien. Tu es tranquille, tu es paisible. Tu dors comme un bébé sur le ventre, et il fait une chaleur telle que tu ne remarque pas qu'aucun drap ne couvre ton corps. Corps donc nu visible pour tous. Pour Aranel, dans le cas présent. Tu n'en as pas conscience, parce que tu es assommé par ton sommeil. Mais si tu étais réveillé, ca ne te dérangerait pas. T'es pas du tout du genre pudique. Les rayons du soleil qui traversent la baie vitrée de ta chambre te réchauffent le dos, et tu finis par ouvrir lentement les yeux. La première chose que tu vois, c'est le visage d'Aranel. Son beau visage. Elle te fixe, et tu ne peux pas t'empêcher de sourire. Un sourire d'imbécile heureux, plutôt béat face à la beauté de cette femme qui se trouve dans ton lit. Femme dont tu es fou amoureux, au passage. Et t'as envie que tout tes reveilles, sans exceptions, soient comme ça : ouvrir les yeux en voyant pour première chose Aranel. Parce qu'après, la journée je pouvais être que bonne. Ou du moins, elle ne pouvait que bien commencer. Oui, t'as envie de te réveiller tout les matins à ses cotés. Rêve inavoué, rêve silencieux et impossible . Tu t'étires doucement comme une sorte de chat puis tu finis par ramener ta main jusqu'à son visage pour mettre délicatement une de ses mèches de cheveux derrière son oreille. Tu caresses ensuite sa joue avec douceur. « Salut...» Lui murmures-tu finalement. Tu n'arrives pas à t'arrêter de sourire. Donc oui, cette nuit s'était vraiment passé. Tu n'as pas rêvé. Tu ne sais pas ce que ca signifie pour elle tout ca. Si ce n'est qu'un jeu, si elle en a rien à faire. Tu ne sais pas ce qu'elle pense, et ca complique tout. T'aimerais lui dire que tu la trouves belle. Que tu la trouve magnifique. Que tu l'aimes depuis la première fois que t'as croisé son regard. Mais elle te prendrait sûrement pour un fou furieux. T'aimerais aussi lui dire que tu ne regrettes pas cette nuit, que ca a été parfait, fantastique, magique -orgasmique, entre autre. Mais tu te contentes de le penser très très fort, au lieu de le dire; tu te retiens. Tu pourrais jouer les connards, prendre les devants et dire que tout ça ne signifiait rien du tout. Histoire de ne pas te faire jeter en premier. C'est ce que tu faisais au district 13 : même si tu avais des sentiments pour une femme, tu les envoyais balader, parce que pour une raison qui reste à ce jour inconnue, tu ne voulais pas qu'elles s'attachent à toi. Mais là, c'est différent. Ton coeur n'a jamais battu à un rythme aussi élevé en croisant le regard de quelqu'un, ou juste en posant simplement tes lèvres sur une peau. Tu ne peux pas faire ça, tu ne peux pas t'y résoudre. Tu l'aimes, tu la veux. Alors oui, pour la première fois Camaël, c'est sûrement toi qui va te faire jeter par une femme au lieu de l'inverse. Triste sort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 21 Oct - 4:38

Absorbée par ta séance d'observation, tu te sens presque mal lorsqu'il ouvre les yeux. Tu te dis quasi-directement que c'est peut-être mal venu de ta part, de l'observer entrain de dormir... Après tout, vous avez passé une nuit ensemble, mais cela ne veut rien dire... Il aurait peut-être préféré que tu t'en ailles avant qu'il ne se réveille, pour éviter le moment fort gênant du lendemain mais également pour éviter la discussion sur le fait de ne plus jamais se revoir et d'en rester là qui vient juste après le moment gênant. Mais non, t'as pas été capable de faire ça, pour la simple et bonne raison que t'aimes trop ce mec et que t'avais vraiment envie de rester le plus longtemps possible aussi proche de lui que cette situation de lendemain de coucherie te le permets. Il n'est rien pour toi, juste un collègue avec lequel tu es allée beaucoup trop loin, une erreur non-négligeable. Oui, une erreur. C'est certainement ce que cette nuit signifie pour lui, parce que les Hunger Games ne sont pas terminés et qu'il ne peut pas passer du Deux à un autre district maintenant. Il doit attendre les prochains Hunger Games pour demander un changement... Dans quelle merde vous êtes vous fourrés ? Tu ne sais pas, mais tu n'as pas très envie de le savoir finalement. Et puis il sourit. Il sourit et c'est un peu comme si tout avait disparu autour de toi, aussi bien la chambre que tout le reste. T'es comme dans une sorte d'inertie, juste lui et toi. Tu n'oses rien dire, tu te contentes de sourire timidement à ton tour, pour finalement tirer un sourire aussi niais que le sien, parce que c'est vraiment communicatif. Il s'étire doucement et tu restes véritablement bouche-bée devant l'image des muscles de son dos en action pendant cet instant. Ce mec est tellement parfait... En tous points... Tu le regardes comme si tu allais le dévorer dans la minute, mais c'est presque ce qui risque de se passer. T'es juste subjuguée par cette personne qui te semble être le plus parfait que la terre n'ai jamais porté. Et sans que tu comprennes vraiment le pourquoi du comment, la main de Camaël se meut et vient mettre une mèche de tes cheveux derrière ton oreille droite. Tu ne cesses pas pour autant de le regarder pendant cet instant que tu pourrais qualifier de magique tellement tu le trouves exceptionnel. Sa main ne s'arrête cependant pas après avoir déplacé cette mèche apriori encombrante et tu sens une douce caresse sur ta joue. Tu fermes les yeux quelques instants, appréciant chaque instant pendant lequel la peau de Camaël caresse ta joue. Ses mains sont d'une douceur telle que tu ne comprends pas comment c'est possible. Il est parfait, il est parfait. « Salut... » dit-il finalement, tout en souriant, il n'a pas arrêté depuis qu'il est éveillé. T'es tellement heureuse que ça se passe de cette façon là... Ton sourire n'arrive pas à se décoller de tes lèvres non plus et tu ne peux t'empêcher de répondre un léger : « Salut... » Et risquant la rupture de contact et même l'horreur de ce qu'on appelle communément 'le râteau', tu fais en sorte que ses lèvres touchent les tiennes pendant quelques secondes. Puis, souriante, tu lui demande d'une voix douce et peu avisée : « On dirait que t'as bien dormi.... Comment ça va ? » Quelle question bateau, quelles phrases bateau... Tu as peur de ne pas être prise au sérieux tout d'un coup... Mais ça n'est qu'une question anodine qui entraîne à d'autres questions plus importantes, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 21 Oct - 17:20

Elle est là, elle te regarde. Et malgré le râteau qu’elle te mettra dans quelques minutes, tu ne regrettes pas. Oh non, tu ne peux tout simplement pas regretter. Ça aurait été plus simple pourtant. Se contenter de regretter, et de faire comme s’il ne s’était rien passé. Continuer sa vie, chacun de son côté. Mais ça t’est impossible. Malheureusement. Tu n’oublieras pas. Tu ne veux pas oublier. Tu l’aimes, et tu n’y peux rien. Mais t’es obligé de garder ça pour toi. Tu souris en l’admirant, comme un beau con amoureux, et pourtant tu te poses pleins de questions. Et elle, est-ce qu’elle regrette ? Si c’était à refaire, se serait-elle contenter de rentrer chez elle et d’aller se coucher après la soirée ? Va-t-elle te demander de ne plus la voir, ni lui parler ? Et puis, bordel Camaël, pourquoi tu te poses tant de questions ? C’est pas ton genre pourtant. Tu te contentes toujours de prendre les choses comme elles viennent. Mais là, tu as peur. Tu ne sais pas vraiment de quoi, au final, mais tu as peur, c’est tout. Pourtant, Aranel sourit à son tour. Et c’est comme si tous tes doutes s’évaporaient. Elle sourit, et tu as ce désir qu’elle soit tienne. Pour toujours. Qu’elle t’appartienne, qu’il n’y ait qu’à toi qu’elle fasse des sourires comme ça. Tu la veux, et ce depuis la première fois que tu as croisé son regard. Tu lui murmures un « Salut » après lui avoir caressé la joue. Tu n’as pas pu t’en empêcher. « Salut... » Tu ne sais pas pourquoi, mais le son de sa voix te faire sourire de plus belle. C’est fou ce que tu peux être niais quand tu es amoureux, Camaël, ça ne te réussis pas tout ça. Tu ne la quitte pas tu regard, tu ne peux pas. Elle est allongée sur ton lit, à tes côtés, le corps caché sous ta couverture de manière à ce qu’il ne reste pas un seul bout de tissu pour tes fesses à l’air. Tant pis. Puis ses lèvres touchent les tiennes, et ton cœur bat de plus belle. Il suffit qu’elle fasse un geste, qu’elle dise une parole, un regard, pour que tu sourisses comme un crétin. Tu veux rester éternellement là, allongé à côté d’elle, à l’admirer. T’essaies pourtant de te contrôler et de ne pas la dévorer du regard, aussi difficile soit-il. « On dirait que t'as bien dormi.... Comment ça va ? » Evidemment que tu as bien dormi. Comment mal dormir après la nuit que vous avez passée ? Peut-être que elle, elle a mal dormi. Peut-être que elle, elle avait fait une nuit blanche en se disant sans cesse que ce qui venait de se passer était une énorme erreur. Que de doutes, que de questions. T’aimerais qu’elle t’éclaire, mais tu ne peux pas lui poser la question comme ça, de but en blanc. Et ça t’agace un peu, parce que c’est ton genre : poser des questions crues, sans gênes. Parce que tu as besoin de savoir. Mais avec elle, tu prends des pincettes. Tu ne veux pas la faire fuir. Tu ne sais pas ce qu’elle pense, et c’est très perturbant. « Ce n’est pas qu’une impression. » finis-tu par répondre avec un sourire, malgré toutes les questions que tu te poses. T’as juste une folle envie de l’embrasser, mais tu te retiens, tu te contrôles. C’est fou l’effet qu’elle te fait. Puis pour répondre à sa question, ton avis est mitigé. Oui, tu vas bien parce qu’elle est là, parce que votre nuit a été magique, parce que t’es heureux, parce qu’elle te sourit. Et non, tu ne vas pas bien parce que tu as peur qu’elle te jette, qu’elle n’en n’ait rien à faire de toi, parce que peut être que tout ça ne signifiait rien pour elle. Après tout, peut-être qu’elle est ce genre de femme qui couche avec n’importe quelle personne histoire de faire passer le temps. T’espère pas. Alors non, tu ne vas pas répondre à sa question. Tout simplement parce que tu ne connais pas la réponse. Puis finalement, sans réfléchir, tu te lances. « Je ne sais pas pour toi, mais pour moi, cette nuit a été… » Tu ne sais pas comment qualifier cette nuit, en fait. Il n’y a aucun mot d’assez fort, d’assez juste. Tu poses ta main sur la nuque d’Aranel, doucement. T’élève ta tête histoire d’atteindre ses lèvres alors que sa tête est toujours posée sur l’oreiller. Et tu l’embrasse passionnément. Tu n’as pas pu te retenir. Peu importe ce qu’elle peut penser, il fallait que tu l’embrasses. Au moins une dernière fois. « … plus que parfaite. » lui murmures-tu finalement, une fois le baiser fini, alors que tu es toujours à moitié au-dessus d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitimeDim 7 Avr - 15:56

Tu ne devrais peut-être pas rester si proche de lui, l'embrasser doucement comme tu le fais. C'est sûrement inapproprié. De quel droit tentes-tu ce genre de geste avec ton collègue ? Ce que tu peux être idiote des fois Aranel, réfléchis avant d'agir. Mais il sourit, alors ça te rassure un peu, une sensation de chaleur parcours ton corps mais tu ne sais pas vraiment si c'est son sourire, son corps dénudé à tes côtés ou simplement tes sentiments à son égard qui te donne des ailes à ce point là. « Ce n’est pas qu’une impression. » dit-il. Tu souris, contente qu'il ai bien dormi et tu en déduis donc la réponse à la questions suivante : s'il a bien dormi, alors ça doit aller. L'un va certainement de paire avec l'autre, c'est presque une évidence pour toi. Et son silence suite à cette petite phrase te conforte dans cette idée, il va bien et ça te fait plaisir. Maintenant, la seule chose qui te gène, c'est le blanc qu'il y a dans la conversation. Tu te sens tellement bien avec lui que d'habituel, tu n'aurais pas été gênée par cette absence de conversation, mais dans la situation actuelle, c'est déjà tout autre chose. Et finalement, Camaël reprend la parole. « Je ne sais pas pour toi, mais pour moi, cette nuit a été… » Ton cœur rate un battement. Subitement, tu as l'impression que ce qu'il va dire va être négatif et tu as une appréhension. Que pourrait-il te reprocher ? Quels sont tes défauts ? Tu crois pouvoir le découvrir dans quelques secondes. Ce que tu ne comprends pas par contre, c'est sa main qui se colle contre ta nuque et sa tête qui se rapproche encore un peu plus de la tienne. Il t'embrasse, presque aussi passionnément que les baisers que vous avez échangé la veille au soir. Ta main effleure la peau de la joue de Camaël, tu profites de ce baiser et de toute son intensité, comme si c'était le dernier baiser que tu allais recevoir de sa part. « … plus que parfaite. » murmure-t-il une fois qu'il décolle ses lèvres des tiennes. Tes yeux ne quittent pas leur trajectoire, ton regard est accroché au sien et tu aimerais que vos regards ne perdent jamais contact. Ta tête se soulève à son tour et c'est toi qui vient chercher ses lèvres, parce que tu n'avais pas envie que ça s'arrête si vite. Tu tentes de mettre tout ce que tu as envie de lui dire dans ce baiser à la fois tendre et passionné. Tes yeux se sont fermés, tu te laisses aller à ce baiser comme au précédent. Et finalement, le contact entre vos lèvres s'arrête. Un léger sourire s'étend sur ton visage et tu murmures doucement : « Je vois qu'on a la même définition de la perfection. ». Dire que tu as aimé cette nuit n'est pas suffisant, en vérité c'est peut-être la nuit la plus parfaite que tu as passé de ta vie. Avec l'homme que tu aimes, qui a l'air d'être au moins attiré par toi. C'est vrai que tu as de la chance sur ce point, il aurait pu ne pas te trouver à son goût et il aurait été difficile de pouvoir espérer quoi que ce soit de sa part. Il faut dire qu'il mérite la plus belle femme du monde à ses côtés, lui qui est beau comme un dieu, ce qui n'est pas vraiment ton cas. Tu peux aisément reconnaître que tu n'es pas laide, que tu as un style que les gens n'ont finalement pas l'habitude de voir et qu'ils aiment sans forcément oser le porter pour la simple et bonne raison que c'est sobre. Au final, les vêtements que tu présentes ne sont pas faits pour le capitole, mais pour les districts. C'est peut être pour cette raison que tu fais autant parler de toi lors des Hunger Games, lorsque tes tributs portent tes créations. Bref, tu as un style, une certaine classe que l'on ne peut pas t'enlever et qui est de loin supérieure à celle de la plupart des femmes au Capitole mais tu n'es pas pour autant la plus belle femme du monde. Tu manques de formes, ton visage est trop 'géométrique' à ton goût... Bref, tu n'aimes pas trop ce que tu vois dans le miroir le matin, mais si l'ensemble plaît, alors c'est tant mieux. De toutes façons, tu n'es pas payée pour être belle, tu es payée pour faire de beaux vêtements, ce que tu t'efforces de faire. « Dis... ça... ça avait une signification particulière pour toi ? » En espérant qu'il soit sincère et qu'il ne te fasse pas de fausse joie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Vide
MessageSujet: Re: ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)   ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.