petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
199.99 € 299.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Get off of my back - Noa.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robin D. Bates
DISTRICT 12
Robin D. Bates
△ correspondances : 139
△ points : 2
△ multicomptes : Adonis Nightsprings et Félix J. Kennedy
△ à Panem depuis le : 02/01/2014
△ humeur : En colère.
△ âge du personnage : 37 ans
△ occupation : Travail dans la manutention.



Get off of my back - Noa.  Vide
MessageSujet: Get off of my back - Noa.    Get off of my back - Noa.  Icon_minitimeLun 30 Nov - 22:56

    Ses mains étaient aussi noires que le charbon. Même s'il ne travaillait plus depuis un moment dans les mines, le fait qu'il soit à proximité de celles-ci lui donnait des allures de mineurs. Il était sale, noirci par le travail, le charbon et la poussière. Il faisait froid, la neige menaçait de tomber et pourtant il était en nage. Il suait par tous les pores de la peau. D'un revers de main, il s'essuya le visage, mélangeant la sueur et la crasse sur son front et ses joues. La journée touchait bientôt à sa fin. Bien heureusement. Robin leva la tête et observa les portes des mines qui commençaient à s'ouvrir, laissant ressortir ses anciens collègues de travail. Ses yeux se plissèrent et il compta les hommes ainsi que les femmes qui sortaient de ce trou béant. Un, deux, trois... Dix, onze... Vingt... Il les comptait, à chaque fois qu'ils sortaient pour être sûr que personne ne soit mort. Cela pouvait paraître stupide, lui qui faisait mine de se foutre de tout et de tout le monde, mais ça l'inquiétait. Après tout, il avait perdu ses frères dans l'antre du Monstre. C'était l'un des seuls moyens pour lui de rester connecter au monde, à son ancien monde. Et malgré son inquiétude pour les gens, eux ne semblaient pas s'inquiéter pour lui. Les mineurs passaient à côté de lui sans un regard, sans un sourire ou une attention. Lui non plus, ne souriait pas. Il se contentait de suivre quelqu'un du regard puis de baisser les yeux. C'était comme s'il n'existait pas. C'était un peu le cas. Aux yeux du Capitole et même de son propre District, il n'était qu'un homme parmi tant d'autres. Une bouche de plus à nourrir, un maillon faible de la chaîne, inutile et incapable.

    L'idée de finir seul lui faisait peur. Cela ne l'empêchait pas de fuir les autres. Il voulait qu'on lui tende la main tout en sachant pertinemment qu'il cracherait dessus. Ses sourcils se plissèrent et il se gratta la barbe d'une main fébrile. C'était plus facile alors de continuer à " mépriser " les gens de loin. Et vivre par procuration. Son cœur manqua un battement et il écarquilla les yeux. En parlant de vivre par procuration, l'un des vainqueurs du District 12 marchait quelques mètres devant lui. Mais qu'est-ce qu'il foutait là ? Robin était de ceux qui détestaient, plus ou moins, les vainqueurs des Jeux : ils étaient adorés, pris en pitié même, riches de tout, ne travaillaient pas et passaient leur temps à se la couler douce. Ce devrait être eux, les parias, pas les gens comme Robin, non. Il vivait dans la misère alors que cet enfoiré se pavanait avec ses grands airs de prince. Il détestait Noa Wayne particulièrement. Les gens parlaient beaucoup, dans le District, et tout le monde connaissait l'histoire du garçon. Ce qu'il avait fait. Ce qu'il était.

    Alors, qu'est-ce qu'il foutait là, ce môme ? Ce gamin riche. Il pouvait faire tout ce qu'il voulait, se balader où il voulait et pourtant, il était là, près des mines. C'était un moyen de se foutre de la gueule des travailleurs, de ceux qui enviaient sa condition ? Robin n'était pas le seul à le dévisager. Des hommes serrés les poings, quelques femmes chuchotaient entre elles. Quand on était un vainqueur, surtout au District 12, on était soit adoré soit détesté. Il n'y avait pas de demi-mesure. Encore moins avec Noa. Robin refusait d'avoir un minimum de sympathie pour lui, pas après sa petite virée au Capitole. Il voulut prendre son courage à deux mains et dire au garçon de dégager, qu'il n'avait rien à faire ici mais fut dépasser par un type. Un mineur. Kane. Kane était le genre de gars qu'il ne fallait pas trop faire chier. Le genre de gars qui te mettait la tête dans la boue si tu avais osé le regarder de travers. Et c'était Kane qui se ruait sur Noa pour l'emmerder. Pour le coup, Robin ne savait pas trop s'il devait aller aider Kane à casser la gueule de Noa ou ce dernier. Il n'était pas courageux, il n'avait pas envie de l'être, mais il savait que Kane aurait des ennuis s'il touchait à Noa et avec tout ce qu'il se passait, ce n'était pas le moment. Robin s'avança, mains dans les poches, allait ouvrir la bouche mais c'était déjà trop tard : Kane venait de cogner Noa. Un coup de poing, en pleine mâchoire. Un coup de poing violent qui fit reculer Robin en écarquillant les yeux. Il frissonna. Il n'était pas capable d'arrêter une bête comme Kane et quand il regarda autour de lui... Personne n'était prêt à aider Noa. Personne.

    Robin déglutit et sortit les mains de ses poches, tentant désespérément d'arrêter le colosse qui insultait le vainqueur. Non, il était loin d'être courageux mais cette injustice lui brûlait les tripes, le faisait bouillonnait de l'intérieur. Affaibli par la maladie, Robin se fit envoyer valser sur Noa en un rien de temps, se retrouvant pratiquement nez à nez avec le garçon. Merde... Si les pacificateurs arrivaient, ils se retrouveraient tous dans la merde. Tous, sauf peut-être Noa P. Wayne.


Get off of my back - Noa.  Tumblr_nxb3myg8VH1qit1g9o4_400  Get off of my back - Noa.  Tumblr_nxb3myg8VH1qit1g9o5_400
The kids of tomorrow don't need today
when they live in the sins of yesterday
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Get off of my back - Noa.  Vide
MessageSujet: Re: Get off of my back - Noa.    Get off of my back - Noa.  Icon_minitimeDim 6 Déc - 12:33



Noa & Robin

Seuls ses yeux sont intactes. Ils n'ont pas changés. Ses joues sont creuses, ses cotes ressortent dangereusement, des cernes violette ornent son regard vague. Ses lèvres sont particulièrement blanche, et sa bouche toujours très sèches, oui, la maladie ne lui laisse que peu de salive et peu de répit. Les médecins du capitole ne viennent plus le voir, Noa ne les laissent plus le soigner. Il accepte son sort funeste.
Il est assis sur le lit de leur chambre. Gaelle est allongée , lui tourne le dos. Elle fait semblant de dormir. Encore. Il se relève péniblement lui jette un dernier regard, puis quitte la pièce. Il prend sa canne, descend les interminables escaliers de sa maison. Dans la cuisine quelques pièces l'attendent, posés sur la table, une indication indirecte de Gaëlle pour lui dire d'aller chercher le pain. Il les attrape, mets un blouson chaud et respire une bouchée de sa bonbonne d'oxygène. Enfin, il quitte sa sinistre demeure.
Il marche dans le village des vainqueurs le cœur lourd. Ce village fantomatique ou seul d'eux d'entre eux on eu « la chance » de pouvoir y habiter. Il s'attarde quelque instant sur la maison de sa mentor. Elle aussi, comme Gaëlle refuse de lui adresser la parole. Depuis très longtemps, Noa ne s'est jamais autant sentit seul. Il essaye de quitter le village plus précipitamment, mais ses efforts le rendent ridicule. Il s'appuie contre la barrière qui déterminent les habitations des vainqueurs et recrache ses poumons. Il déglutit difficilement, essayant de reprendre son souffle. Il est pathétique.
Il se sent pathétique.

Et alors qu'il aperçoit la mine plus loin, il décide d'aller voir Jaqen. Celui ci a toujours des petites pilules à dépanner, grâce à son joli trafic avec l’hôpital du douze. Il travaillait à la mine depuis quelques années et c'était un des seul à bien vouloir accepter passer du temps avec Noa. Les deux jeunes garçons se connaissaient de l'école et avaient toujours eues une relation sympathique. Et Noa avait besoin de cet relation en ce moment.

Alors qu'il se rapproche de la mine de plus en plus, il sent les chuchotement sur son passage. Il se retient de tousser pour ne pas aggraver la situation. Il avait oublié son statut et l'impact que cela pouvait avoir sur les gens de la mine. Noa baisse les yeux au sol pour éviter de penser aux gens qui l'entourent. Il n'est pas à sa place. Ou du moins il ne l'est plus...
Il sait pertinemment que si les choses avait été différentes, le petit gamin de la veine serait parmi eux et regarderait le vainqueur avec une envie furieuse de lui éclater la mâchoire.
Soudain, on lui fonce dessus. Il vacille et essaye de regarder d’où vient l'attaque. Il a déjà la tête qui tourne et lorsque le poing du gars atteint sa mâchoire, Noa tombe à terre et crache du sang.
Son sang bouillonne dans ses veines, il sent ses poings se serrer et lorsqu'il essaye de voir qui est l'auteur de l'agression, un autre mec lui tombe dessus. Ils sont si proche qu'ils pourraient s'embrasser.

Il essaye de se relever et de relever le gars qui lui est tombé dessus. Il lui rappelle vaguement quelqu'un. Il semble qu'il le connaît.
La grosse brute vocifére des insultes. Noa aimerait retrouver sa force de garçon en bonne santé, lui foutre un gros coup dans les côtes et lui casser le nez. Mais pour l'instant son plus gros combat, c'est de lui faire face.
Mais c'est ridicule. Il n'a plus rien d'un vainqueur. C'est juste un pauvre malade, en manque de médicaments tranquillisant. Il regarde le gros colosse en essayant de se tenir droit. La haine qui commençait à le ronger sérieusement, disparaît pour laisser place à une extrême fatigue. "Bravo."
Il lui tourne le dos et essaye de continuer son chemin comme si de rien n'était. Mais une main sur son épaule le rattrape de justesse. Il gueule. Noa ne comprend pas ce qu'il dit. Il tente de se débarrasser de la main du gars pour partir, mais la grosse brute le retient toujours. Le coup part tout seul. Comme si ce n'était pas lui qui l'avait envoyé : Noa jette la tête en arrière et explose le nez de son adversaire avec un magnifique coup de tête. Un cercle se forme entre eux et Noa, peu à peu désolé de son geste, cherche désespérément du regard, la personne qui lui était tombé dessus. Un ennemi ou un allié ? Il se sentit de retour dans les fameux Hunger Games. La foule aussi pathétique que le capitole.  


Revenir en haut Aller en bas
 

Get off of my back - Noa.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 5 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.