petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zeena A. Kenway
DISTRICT 11
Zeena A. Kenway
△ correspondances : 130
△ points : 0
△ multicomptes : Iron J. Flickerman & Elishah Kenway
△ à Panem depuis le : 17/05/2014
△ humeur : en paix
△ âge du personnage : douze ans


can you save me?
statut:
relationships:


IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeDim 8 Juin - 10:24



THE STYLIST & THE SILLY LITTLE GIRL.


Mon cœur bat encore la chamade et j’ai du mal à réaliser que tout ceci est réellement en train de m’arriver. J’aimerai rester digne. En fait, j’aimerai surtout rester triste je crois, mais je me sens…euphorique. J’en viens même à me demander si quelqu’un n’a pas glissé quelque chose dans mon verre pour que e me sente bien, je sais que ce sont des choses qui se font, même si ça me paraît être une pratique absurde. Peut-être que Delysia s’en est chargée pour ne plus avoir à perpétuellement me consoler… Au fond, est-ce que ça importe beaucoup ? Je ne crois pas. Je vais simplement essayer de savourer ces précieux instants de détente.
Mon humeur finit tout de même par s’assombrir, lorsque je réalise que si je veux profiter de tous ces moments, c’est dans le but de tout raconter dans le détail à mes frères, Papa et mes amis quand je serai de retour au onze. Mais il n’y aura pas de retour au onze pour moi. Il n’y aura que l’Arène.  Il n’y aura que la mort. Alexiane ne veut pas que je raisonne comme ça, elle m’a déjà disputée à ce sujet, alors je vais éviter de m’avouer vaincue devant elle, mais je ne me fait pas d’illusions : je ne rentrerai chez moi qu’entre quatre planches.
J’essaye de m’arracher à mon chagrin en allant me placer une fois encore devant le miroir de ma chambre. Ma maison entière pourrait tenir dedans, c’est complètement absurde. Et ça me fait sentir petite et stupide. Alors je me concentre sur mon reflet.
J’ai du mal à me reconnaître dans ces vêtements chics et qui sentent bons. Moi aussi je sens bon. Je ne m’étais jamais vraiment rendue compte que ça n’était pas le cas avant aujourd’hui mais mon équipe de préparation me l’a fait comprendre en me savonnant plusieurs fois avec ce qui ressemblait à de la rage. Ils m’ont répété que ça n’était pas ma faute, se sont excusés de me faire pleurer, mais ils n’avaient pas le choix. Mon premier combat… En tout cas je l’ai ressenti comme ça. Mais ça valait le coup, la dame avait raison et Owain aussi.
Je suis jolie. Pas aussi jolie que Maman, que Delysia ou qu’Alexiane, mais je suis quand même pas mal dans mon genre.

J’attrape les pans du tissu pour tourner sur moi-même, essayant de ne jamais quitter trop longtemps mon reflet de ce regard légèrement maquillé que j’ai du mal à reconnaître. On dirait le vent qui passe dans un champ. Un champ d’herbes folles, parsemé de fleurs sauvages… C’est magnifique. Owain a fait un travail magnifique, juste pour moi. Juste pour moi… Ce n’est pas la première fois qu’on m’offre quelque chose et les cadeaux que les membres de ma famille ont pu m’offrir ont une valeur inestimables, mais cette tenue, dessinée juste pour moi… C’est spécial. Ca me fait sentir spéciale.
Je finis par m’immobiliser, un peu désorientée, et laisse échapper un petit éclat de rire intimidé et coupable. Je couvre ma bouche de mes mains et puis les abaisse lentement pour observer mon sourire. Maman ne m’en voudrait pas d’être heureuse. Papa non plus ne m’en voudrait pas… Il doit se faire un sang d’encre. Il est sûrement en train d’espérer que je n’ai pas trop peur, espérer que l’on s’occupe correctement de moi…
Est-ce qu’il m’a vue ? Est-ce qu’il m’a trouvé jolie ? Est-ce qu’il a trouvé que je ressemblais à maman ?
Est-ce qu’il est encore en vie…
Cette fois, je perds toute envie de sourire. Je ne l’ai pas revu depuis les Adieux et je m’inquiète. Je suis une stupide petite fille. Une stupide petite fille qui va bientôt mourir et s’admire dans une glace en se trouvant mignonne.
« C’est stupide… »
Et une voix me répond soudain, m’arrachant un hoquet de frayeur tandis que je fais volte face.  



"There is a time for everything
a time to be born and a time to die, a time to plant and a time to uproot, a time to kill and a time to heal, a time to weep and a time to laugh, a time to mourn and a time to dance, a time to search and a time to give up, a time to tear and a time to mend, a time to be silent and a time to speak, a time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace."


score:
 


Dernière édition par Zeena A. Kenway le Jeu 19 Juin - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeLun 9 Juin - 18:11

Le défilé du grand-cirque avait été une réussite. Pas du point de vue de tous les districts c'est vrai, Owain n'avait pas encore eu l'occasion de revoir Iron mais il n'en avait pas besoin pour savoir que son ami devait voir rouge avec les tenues plus que douteuses dont on avait paré ses tributs, mais hey ... Chacun voyait midi à sa porte, comme on dit. Et ce que voyait Owain, c'était qu'il était satisfait de son propre travail, et de l'accueil qui avait été fait à ses deux tributs. Ils revenaient de loin pourtant, on ne pouvait pas dire que le district onze attire déjà beaucoup les foules à la base, et on se désintéressait bien souvent des tributs les plus jeunes dont l'espérance de vie ne dépassaient généralement pas le bain de sang marquant le début des hostilités. Contrairement à Leevy qui avait toutes ses chances, d'autant plus que son volontariat dans un district peu habitué à cette pratique lui donnait déjà quelques points d'avance qu'il ne tiendrait ensuite qu'à lui de faire fructifier, s'il avait assez de jugeote pour cela, la petite Zeena avait donc très peu de chance de ressortir vivante des ces festivités. Autant être réaliste, agir autrement n'aiderait en rien les frêles épaules de la demoiselle.

Mais pour autant, le fait qu'elle ait peu de chances de s'en tirer ne signifiait pas qu'il fallait s'en occuper moins, et à vrai dire Owain avait toujours mis un point d'honneur à s'occuper de tous ses tributs avec la même ferveur, ne serait-ce que pour leur faire apprécier le court séjour qui serait le leur au Capitole. Tous n'avaient pas la chance de profiter du luxe de la Capitale, ils étaient des privilégiés parmi les habitants des districts. Après un copieux dîner en compagnie de Delysia, Alexiane et des deux tributs ces derniers avaient fini par se retirer dans leurs chambres, bientôt suivis d'Alexiane et les deux capitoliens avaient discuté un petit moment. Des autres tributs principalement, de ceux qui avaient leurs chances, de ceux qu'on avait déjà oublié avant même leur mort prochaine ... la routine en période de jeux, en somme. Ils avaient fini par prendre congé l'un de l'autre, après avoir épongé quelque peu l'alcool qu'il avait bu durant le repas par quelques macarons colorés, mais avant de regagner son atelier - qui devenait son principal lieu de vie durant les jeux - Owain avait tenu à s'entretenir un instant avec Zeena. Parce qu'il était fier d'elle à vrai dire, contrairement à ce qu'il avait d'abord craint la fillette avait su adopter une conduite exemplaire durant le défilé, donnant l'illusion d'être parfaitement heureuse d'être là et de pouvoir profiter de la capitale, contrairement à toutes ses petites camarades du onze qui elles n'avaient pas cette chance. Feint ou sincère, l'émerveillement dont elle avait fait preuve lui attirerait sans doute la sympathie de certains spectateurs, friands des petites choses mignonnes dans son genre.

Il avait frappé à la porte, et l'avait finalement ouverte sans attendre de réponse. Allons bon, quand bien même elle aurait été en train de se changer il n'y avait plus rien qu'il n'ait pas déjà vu désormais. Mais il n'en était rien. A vrai dire trop occupée à admirer son reflet dans le miroir la fillette ne semblait même pas l'avoir entendu entrer ; Il faut dire qu'elle ne devait pas avoir l'habitude de se contempler ainsi, propre comme un sou neuf et vêtue d'autre chose de guenilles trop grandes, trop sales et mal taillées. En plus d'être affreusement laides, mais on ne pouvait pas reprocher à ces gens là de manquer de style, après tout ce n'était pas dans leurs gênes. « C’est stupide … » Il avait froncé les sourcils, triturant machinalement le brin de jasmin attaché à la boutonnière de sa veste et s'était décidé à répondre d'un air gentiment taquin « De te trouver jolie en te regardant ? C'est tout vous, ça, les habitants des districts … confondre vantardise et réalisme. » Elle avait sursauté en l'entendant parler, lui confirmant donc qu'elle ne l'avait pas entendu arriver. Et bien que ne jugeant pas utile de s'excuser de l'intrusion dans la pièce, le styliste avait néanmoins adressé à Zeena un sourire rassurant. « Je venais simplement te féliciter personnellement, pour le défilé. Tu t'en es très bien sortie, et tu as fait honneur à ta tenue. » Surtout la tenue à vrai dire, parce que le destin de cette petite ne le préoccupait que moyennement à vrai dire, comme chaque tribut, chaque année. Mais Owain n'était pas non plus avare de compliments, lorsqu'il les estimait mérités, et il doutait qu'Alexiane ne soit d'humeur à en donner. « Je peux te donner un conseil, petite ? » Lui avait-il finalement demandé d'un ton mielleux, s'asseyant sans prendre la peine d'en demander la permission sur un des fauteuils mis à disposition dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Zeena A. Kenway
DISTRICT 11
Zeena A. Kenway
△ correspondances : 130
△ points : 0
△ multicomptes : Iron J. Flickerman & Elishah Kenway
△ à Panem depuis le : 17/05/2014
△ humeur : en paix
△ âge du personnage : douze ans


can you save me?
statut:
relationships:


IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeMar 10 Juin - 7:54



THE STYLIST & THE SILLY LITTLE GIRL.


« De te trouver jolie en te regardant ? C'est tout vous, ça, les habitants des districts … confondre vantardise et réalisme. »
Je l’observe et me mordille la lèvre, nerveuse et gênée, triturant mes doigts avant de me rendre compte que ça aussi ça doit me donner un air stupide de petite fille stupide. Alors je les dissimule rapidement dans mon dos, les faisant disparaître derrière les drapés qui me rendaient jolie et presque invulnérable il y a une seconde. Mon armure impénétrable de tissu… N’importe quoi. Et je ne sais même pas vraiment ce que ça veut dire vantardise.
« Je venais simplement te féliciter personnellement, pour le défilé. Tu t'en es très bien sortie, et tu as fait honneur à ta tenue » poursuit mon styliste pendant que je pique un fard et que mon regard scrute la pièce que j’ai examinée dans les moindres recoins lors de mon arrivée, à la recherche d’une trappe magique jusque là invisible derrière laquelle disparaître.  
Mais il n’y a rien derrière quoi me cacher et je ne dois pas laisser transparaitre mon angoisse. Delysia m’a bien expliqué comment me comporter en public. Elle m’a dit de toujours me tenir bien droite, de sourire et d’essayer vraiment fort de ne pas pleurer. Je dois penser courage. Comme le jour de la Moisson où, d’après mon hôtesse, je ne me suis finalement pas si mal débrouillée que ça, en comparaison de certains autres tributs. Ceci dit, ça ne me flatte pas et ça ne me fait pas sentir plus forte qu’eux…
Elle m’a dit de ne pas avoir le regard fuyant, parce que c’est un signe de faiblesse. Mais en même temps, elle me demande de continuer à avoir l’air d’être une adorable petite fille vulnérable parce que c’est bien pour attirer la sympathie des sponsors… Je n’y comprends plus rien. Et je n’aime pas regarder les gens dans les yeux, ça me met mal à l’aise. J’ai l’impression qu’ils se moquent de moi, me trouvent laide et ignorante… EN tout cas c’est le cas depuis que je suis au Capitole, parce qu’avant ça, je ne m’étais jamais trop questionnée sur l’image que je pouvais renvoyer. Mais j’ai encore un peu de temps devant moi pour apprendre et m’améliorer, pas vrai ?
En attendant, je souris, puisque c'est certainement ce que l'homme attend de moi après ce compliment. Je ne suis pas habituée à en recevoir de la part de parfaits étrangers, et à dire vrai : ça ne me plait pas tellement.  
« Je peux te donner un conseil, petite ? »
Encore un conseil précieux à emmagasiner. J’ai déjà la tête pleine de conseils, mais je ne me vois pas refuser ça à mon interlocuteur. Il s’est montré gentil avec moi, ma offert une superbe tenue qui m’a rendue un peu plus jolie et…et de toute manière, ce n’était pas vraiment une question qui attendait une réponse je crois.
Je vais tout de même lui en fournir une, parce que c’est la chose polie à faire. Les joues toujours en feu, le cœur battant, je hoche donc la tête, à défaut de me sentir capable de formuler une réponse à haute voix. Et comme il est allé s’asseoir, les mains toujours croisées dans mon dos, je m’approche pour aller m’installer au bord d’un des fauteuils à proximité du sien. Pour éviter de recommencer à triturer nerveusement, je m’assieds dessus, essayant de soutenir le regard de Monsieur Starkweather.



"There is a time for everything
a time to be born and a time to die, a time to plant and a time to uproot, a time to kill and a time to heal, a time to weep and a time to laugh, a time to mourn and a time to dance, a time to search and a time to give up, a time to tear and a time to mend, a time to be silent and a time to speak, a time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace."


score:
 


Dernière édition par Zeena A. Kenway le Jeu 19 Juin - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeMer 11 Juin - 18:27

Il trouvait ça un peu dommage en définitive, de se dire que cette petite avait tant de chance d'y rester et de ne pas revoir l'extérieur de l'arène autrement que les pieds devant. C'était la loi des jeux c'est vrai, dures mais justes, et surtout nécessaires pour que le spectacle soit à la hauteur de ce que les capitoliens attendaient d'une année sur l'autre ... Mais tout de même, c'était fort dommage que Zeena semble si mignonne et polie malgré son espérance de vie si réduite, quand son co-tribut bien plus capable de survivre possédait lui l'amabilité d'un chef pacificateur levé du pied gauche. Le hasard n'était pas toujours bien fait dirons-nous, mais c'était ainsi ... Owain passerait vite à autre chose de toute façon, comme chaque année, il ne fallait pas croire que cette année serait différente. Et comme chaque année il continuerait à poser sur les épaules des deux tributs ses espoirs d'habiller à nouveau un gagnant, et ce jusqu'à ce que les deux coups de canons fatidiques lui donnent définitivement tort. L'un comme l'autre avaient en tout cas rempli la première partie de leur contrat avec brio en faisant fort bonne impression lors du défilé. D'autant plus que juste après eux étaient passés les deux tributs du douze, habillés comme souvent avec si peu de style et de classe qu'Owain en aurait presque eu pitié d'eux, si cela n'arrangeait pas grandement ses affaires. Il fallait que Zeena et Leevy continuent sur cette lancée, c'était tout ce qu'on pouvait leur souhaiter ...

Et même si le styliste n'était que ça, un styliste et rien de plus, et donc pas aussi à même qu'un mentor de donner des conseils en terme de stratégie, il pensait travailler pour les jeux depuis assez longtemps maintenant pour savoir de quoi il parlait. Ce n'était pas toujours le cas, après tout les capitoliens étaient réputés pour adorer parler pour ne rien dire, mais dans ce cas précis Owain pensait parler intelligemment. Ce n'était pas une gamine pauvre de douze ans qui le contredirait, de toute façon. C'était peut-être aussi pour cela qu'elle lui semblait plus sympathique que Leevy d'ailleurs, mais passons. Il avait donc toute son attention, et elle semblait accepter silencieusement le conseil qu'il s'apprêtait à lui donner « Je ne sais pas si tu as eu l'occasion de parler seule à seule avec Alexiane, jusqu'à présent. Et si oui je ne sais pas ce qu'elle a pu te dire ... Mais si j'ai un conseil à te donner, n'attend pas après ton co-tribut pour te trouver un allié. » Peut-être qu'on le lui avait déjà dit, et dans ce cas là deux fois valait mieux qu'une, mais quoi qu'il en soit qu'on lui ait déjà dit ou non Owain était très sérieux. Il en voyait tous les ans des tributs comme Leevy, il était comme n'importe quel carrière qui se serait porté volontaire : il était là pour gagner, il était venu pour ça, et il ne laisserait rien ni personne se mettre entre lui et sa victoire. Y compris une gamine de douze ans qui le ralentirait plus qu'elle ne lui serait utile. Il ne ferait pas de quartier et si Zeena se laissait avoir par les éventuelles belles paroles qu'il pourrait essayer de lui servir, elle signerait son arrêt de mort encore plus vite que prévu. « Demain les entraînements vont commencer, profites-en pour jauger un peu les autres ... Y'a quelques bonnes pâtes qui se laisseront peut-être attendrir par ton âge. Mais reste aussi éloignée de Leevy que tu peux, peu importe ce qu'il te dit. » Y'avait toujours ce gosse du dix, celui du huit éventuellement ... ou cette petite du neuf, si son frère ne la persuadait pas déjà que n'opérer aucune alliance, allons bon ... Il n'en savait rien lui, si ce n'était que toute seule Zeena n'avait pas grandes chances de s'en tirer et que savoir se trouver quelqu'un pour la protéger - dans un premier temps, ensuite pas de quartier - ne serait pas du luxe.

Si elle pouvait éviter de mourir au bain de sang et survivre un jour ou deux, histoire de préserver l'honneur déjà peu glorieux du onze, ce n'était pas Owain qui serait contre. Après elle ferait bien ce qu'elle voudrait de son conseil, il ne pouvait pas l'obliger ... Mais il espérait qu'à défaut d'avoir la carrure elle aurait au moins l'intelligence d'une tribut avec du potentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Zeena A. Kenway
DISTRICT 11
Zeena A. Kenway
△ correspondances : 130
△ points : 0
△ multicomptes : Iron J. Flickerman & Elishah Kenway
△ à Panem depuis le : 17/05/2014
△ humeur : en paix
△ âge du personnage : douze ans


can you save me?
statut:
relationships:


IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeMer 11 Juin - 20:35



THE STYLIST & THE SILLY LITTLE GIRL.


« Je ne sais pas si tu as eu l'occasion de parler seule à seule avec Alexiane, jusqu'à présent. Et si oui je ne sais pas ce qu'elle a pu te dire ... Mais si j'ai un conseil à te donner, n'attend pas après ton co-tribut pour te trouver un allié. »
Mon cœur s’accélère un peu dans ma poitrine. Je n’aime pas vraiment ce que j’entends et me demande s’il est en train de me tester ou s’il est sérieux. Mais au fond, je sais parfaitement qu’il est sérieux, tout comme je sais que son conseil est bon. Même si j’ai conscience de ne pas être très intelligente et d’être encore jeune dans mes réflexions, je sais que Leevy ne veut pas devenir mon ami. Je ne suis pas née de la dernière pluie, comme le dit parfois Papa quand on essaye de lui cacher la vérité.
Mon co-tribut est un garçon spécial, je m’en suis rendu compte. Il me traite avec froideur, me parle comme si j’étais une moins que rien, quand il n’est pas en train de sourire avec un regard très déplaisant, sans me dire un mot… Il me regarde comme s’il allait me dévorer. D’ailleurs la dernière fois que j’ai fermé les yeux, j’ai rêvé qu’il me dévorait vivante.
Malgré tout, j’ai envie de croire qu’il fait tout ça pour paraître fort. J’ai envie de croire qu’il est aussi triste et déboussolé que moi, que sa famille lui manque et qu’il est en colère d’avoir été moissonné, tout simplement. J’ai envie de croire en lui et en nous. Il ne faut pas juger un livre par sa couverture. Ca c’est Maman qui le disait.

Je déglutis, nerveuse, mais garde le silence. Je ne sais honnêtement pas quoi répondre à ça. Je ne veux pas lui promettre de suivre son conseil, parce que ce serait renoncé à Leevy et je n’y suis pas encore préparée. Je veux lui laisser encore une chance et je ne veux pas passer pour une menteuse et décevoir mon styliste alors qu’il se montre si aimable avec moi. Ca n’a pas l’air de tellement le déranger que je me taise, parce qu’il finit par reprendre la parole sur le même ton.
« Demain les entraînements vont commencer, profites-en pour jauger un peu les autres ... Y'a quelques bonnes pâtes qui se laisseront peut-être attendrir par ton âge. Mais reste aussi éloignée de Leevy que tu peux, peu importe ce qu'il te dit. »
Et cette fois, je suis obligée de prendre la parole. Parce qu’il n’est pas un frère, il n’est pas mon ami, mais il vient de mon district, et ça veut dire quelque chose pour moi.
« Je sais qu’il n’a pas l’air très gentil et je crois que je l’agace, mais il est peut-être juste triste. A l’école, il y avait un garçon qui m’insultait souvent et m’a tapé dessus. Mon père m’a dit de me défendre et de lui mettre un  grand coup de pied…là où ça fait mal pour les garçons… »
Je rougis encore un peu plus en évoquant ce souvenir, mais tente de prendre sur moi. Je vais aller me battre dans une Arène dans peu de temps alors à côté, ce n’est pas la mer à boire.
« Mais moi, à la place, je suis resté gentille et je l’ai même défendu quand notre maitre l’a accusé à tort d’avoir volé la collation de midi de Rosana. Il ne m’a plus jamais tapé. Il venait même me chercher à l’école pour être sur que personne m’embêtait. Après j’ai dû arrêter d’y aller pour travailler dans les champs et il a dit que c’était dommage parce que je faisais des belles lettres d’écriture… »
J’espère que Monsieur Starkweather comprendra où je veux en venir avec ma petite histoire. J’espère surtout que Leevy pourrait avoir envie de faire un peu de chemin avec moi et de s’assurer que personne ne m’embêtera pendant ce temps…
« Parfois, les gens méchants le sont juste parce que personne ne leur a montré comment être gentils… »  


"There is a time for everything
a time to be born and a time to die, a time to plant and a time to uproot, a time to kill and a time to heal, a time to weep and a time to laugh, a time to mourn and a time to dance, a time to search and a time to give up, a time to tear and a time to mend, a time to be silent and a time to speak, a time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace."


score:
 


Dernière édition par Zeena A. Kenway le Jeu 19 Juin - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeMer 18 Juin - 16:53

Qu'on se le dise, Owain n'avait pas non plus énormément de temps à consacrer à ses tributs, d'autant plus que ce n'était absolument pas son rôle à lui ... Non, c'était plutôt celui des mentors et des hôtesses, et s'il y avait bien une chose que suivait Owain c'était le fait de vouloir que chacun reste à sa place et s'attèle à la tâche lui incombait. Mais d'une extrême à l'autre il essayait également de ne pas traiter les tributs comme du simple bétail ... même si en définitive c'était ce qu'ils étaient, n'ayons pas peur des mots. Le styliste avait plus pitié des habitants des districts qu'il ne les méprisait en définitive, c'était à la fois fort triste mais tout aussi nécessaire que tous n'aient pas la chance d'être né au Capitole et de pouvoir bénéficier de leur mode de vie si précieux et feutré. Alors à chaque tribut il souhaitait de réussir, à vrai dire, pour qu'il ou elle puisse profiter à son tour de ce que la capitale avait à lui offrir ... A chaque tribut oui, mais surtout aux siens, bien évidemment. Une infime partie de lui continuait donc sans doute d'espérer à un miracle en faveur de la jeune Zeena, et ce même si le sort n'avait que fort peu de chance de lui être favorable, et pour cette raison il se faisait presque un devoir de la mettre en garde contre les attitudes et les réactions déjà plus que douteuses de son co-tribut, qui assurément ne lui voudrait pas que du bien. C'était en tout cas le ressenti d'Owain, et il avait côtoyé assez de tributs au cours de ces dix-huit dernières années pour savoir à priori de quoi il parlait.

La fillette pour autant sembla rester dubitative, bien que ses attitudes et sa façon de se tenir laissent plutôt à penser qu'elle se sentait intimidée et avait peur de dire ou de faire quelque chose de déplaisant pour le styliste. Dodelinant légèrement la tête elle avait fini par ouvrir la bouche, pour prononcer Owain en était certain plus de mots en quelques secondes que durant toute leur première entrevue avant le défilé. « Je sais qu’il n’a pas l’air très gentil et je crois que je l’agace, mais il est peut-être juste triste. A l’école, il y avait un garçon qui m’insultait souvent et m’a tapé dessus. Mon père m’a dit de me défendre et de lui mettre un grand coup de pied … là où ça fait mal pour les garçons … » Allons bon, il aurait bien du se douter que cette petite avait tout ce qu'il fallait pour faire un bouc émissaire parfait dans la cour de récréation ... Quant à la solution du père, elle témoignait là encore des manières de rustres que semblaient partager tous les habitants des districts, mais après tout ils avaient tous été élevés de cette façon, aussi Owain décida de ne pas en tenir rigueur à cet homme qu'il ne rencontrerait de toute façon jamais. « Mais moi, à la place, je suis resté gentille et je l’ai même défendu quand notre maitre l’a accusé à tort d’avoir volé la collation de midi de Rosana. Il ne m’a plus jamais tapé. Il venait même me chercher à l’école pour être sur que personne m’embêtait. Après j’ai dû arrêter d’y aller pour travailler dans les champs et il a dit que c’était dommage parce que je faisais des belles lettres d’écriture … » Oh, mon dieu. Elle confondait l'attitude inquiétante de Leevy avec le faux dédain d'un gosse du même âge qu'elle, et qui en pinçait très certainement pour elle ... C'était tellement affligeant que le styliste resta dans un premier temps silencieux, ne sachant pas trop s'il valait mieux la laisser croire à ses illusions ou s'il brisait ses espoirs de petite fille tout de suite. Le temps qu'il se décide elle avait encore ajouté, la voix hésitante et les joues rougissantes « Parfois, les gens méchants le sont juste parce que personne ne leur a montré comment être gentils … » rappelant à nouveau au styliste qu'elle n'était qu'une enfant, avec donc un raisonnement d'enfant, au cas où il l'oublierait.

Mais il n'avait pas oublié, bien qu'il ne sache pas trop s'il devait considérer sa dernière parole comme de la naïveté ou comme de la bêtise. Cela pouvait être autant l'un que l'autre, de toute façon s'il y avait bien quelque chose qu'avait réalisé Owain avec les années c'était qu'on ne pouvait pas en demander trop à des personnes ayant reçu aussi peu d'éducations que les habitants des districts. Ce n'était pas leur faute au fond, le système était ainsi fait. « Mais toi tu l'es assurément un peu trop. » Gentille. Inutile de se voiler la face, elle était de toute évidence encore à un âge où l'on s'imaginait que la gentillesse était une évidence et qu'elle se cachait dans toutes les âmes, même les moins recommandables. Réalisant cependant qu'il avait parlé un peu rudement, il avait tenté de se radoucir avant de rajouter « Écoute, c'est très mignon de ta part de vouloir le défendre, vraiment, mais … Enfin tu fais comme tu veux, après tout. Mais Leevy a compris qu'il était là pour gagner, et il est assez grand pour avoir compris tout seul qu'il n'y aurait qu'un seul gagnant, et lui n'aura besoin de personne pour se débrouiller dans l'arène … Surtout pas d'une petite fille comme toi. » C'était un peu rude ? Un peu, sans doute, mais il était persuadé de lui dire cela pour son bien, après tout il avait envie qu'elle aille loin lui aussi, c'était l'honneur du district pour lequel il se démenait toute l'année qui était en jeu, il n'avait pas spécialement envie de se ridiculiser une année supplémentaire. « Tu as des frères et sœurs ? Ou des parents, tu as bien des parents ? » Il préférait poser la question, des gamins qu'on laissait grandir dans un orphelinat il y en avait des tas à Panem, disait-on, et contrairement au Capitole ou un enfant seul trouvait facilement une famille généreuse pour l'accueillir, dans les districts il ne semblait pas que cela soit courant, hm. « Bref, pense à tous ces gens que tu as envie de revoir. Si tu te laisses embobiner par Leevy crois-moi, tu ne les reverras jamais, parce qu'entre lui et toi ... Bon, soyons réalistes, peu de personnes parieraient sur toi, dans l'état actuel des choses. » Pas même Owain lui-même. Non, il trouvait Leevy bien plus antipathique que Zeena, mais s'il devait parier de l'argent ou même simplement sa fierté, entre les deux tributs le choix était vite fait, il faudrait être fou pour donner gagnante une petite de douze ans quand un grand gaillard volontaire comme Leevy lui faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
Zeena A. Kenway
DISTRICT 11
Zeena A. Kenway
△ correspondances : 130
△ points : 0
△ multicomptes : Iron J. Flickerman & Elishah Kenway
△ à Panem depuis le : 17/05/2014
△ humeur : en paix
△ âge du personnage : douze ans


can you save me?
statut:
relationships:


IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeJeu 19 Juin - 12:58



THE STYLIST & THE SILLY LITTLE GIRL.


Je comprends que j’ai fait une bêtise et que j’aurai mieux fait de me taire rien qu’en voyant l’expression de Monsieur Starkweather. Et sa remarque un peu piquante ne fait qu’accentuer encore un peu le rougissement de mes joues.
« Écoute, c'est très mignon de ta part de vouloir le défendre, vraiment, mais … Enfin tu fais comme tu veux, après tout. Mais Leevy a compris qu'il était là pour gagner, et il est assez grand pour avoir compris tout seul qu'il n'y aurait qu'un seul gagnant, et lui n'aura besoin de personne pour se débrouiller dans l'arène … Surtout pas d'une petite fille comme toi.  »
Je pourrai me vexer en entendant cette dernière remarque, mais je n’en fait rien. Je me sens juste totalement découragée, abattue. Je ne m’attends pas à survivre et je sais quel genre de poids je pourrai représenter pour Leevy ou n’importe qui d’autre, mais ce n’est pas agréable de se l’entendre dire de cette façon…
« Tu as des frères et sœurs ? Ou des parents, tu as bien des parents ? » J’ouvre la bouche pour lui répondre, mais je dois mettre trop de temps à son goût parce qu’il préfère finalement enchainer. « Bref, pense à tous ces gens que tu as envie de revoir. Si tu te laisses embobiner par Leevy crois-moi, tu ne les reverras jamais, parce qu'entre lui et toi ... Bon, soyons réalistes, peu de personnes parieraient sur toi, dans l'état actuel des choses. »
« Je ne me laisse pas embobiner. »

Il m’a fallut rassembler tout mon courage pour lui répondre ça en soutenant son regard et sans laisser à ma voix le droit de trembler. Une part de moi a envie de lui prouver que je ne suis pas qu’une imbécile qui va ralentir tout le monde dans l’Arène et se faire tuer dès les premières minutes de Jeux. Papa dit que j’ai parfois un caractère de cochon et Owain en a un petit aperçu. Je culpabilise toujours après coup mais dans l’instant, je n’ai pas envie de me démonter. Peut-être parce qu’il a évoqué ma famille justement, et mis le doigt sur mon désir le plus cher… Revoir les miens. Je ne veux pas que qui que ce soit doute de mon envie de les retrouver, même si je sais que ça ne se fera pas.
Et du coup, j’en profite aussi pour rebondir sur sa question précédente et lui parler de mon entourage du district onze, que j’ai du abandonner pour rejoindre le Capitole et participer malgré moi aux Hunger Games. Parce que c’est important. Ils sont importants. Peut-être pas pour cet homme, mais pour moi.
« Ma mère est morte pendant la rébellion. Elle était pas une rebelle, c’était une gentille femme qui faisait bien son travail. Elle s’est fait tirer dessus dans la poitrine en allant nous chercher à manger. Elle était enceinte de mon tout petit frère, Yavan. Papa lui avait dit qu’il irait mais il avait du travailler plus longtemps parce que les gens s’en fichaient du travaille à ce moment et que les récoltes allaient être perdues si personne s’en occupait. Elizabeth a dû découper son ventre pour faire sortir mon petit frère et le sauver, parce que maman, on pouvait pas la sauver. J’ai trois autres frères. Jezrah, Shem et Ezio. Quand maman est morte, Papa a été trop triste pour s’occuper de nous et c’est moi qui me suis occupé de tout ce qu’il fallait faire avec la voisine qui m’aidait. »
Je ne sais même pas comment je fais pour réussir à expliquer tout ça sans me mettre à pleurer. Parler de maman est difficile d’habitude. Je crois que je suis trop en colère pour penser à pleurer…
« Ce que je veux dire, c’est que je sais me débrouiller, Monsieur Starkweather. Je ne suis pas une idiote, même si je suis faible. C’est pour ça que je sais aussi que je ne retournerai pas chez moi, que je fasse confiance à Leevy ou pas. Je ne reverrai pas mes frères et je ne reverrai pas Papa non plus. C’est gentil de vous inquiéter et je vais sûrement suivre votre conseil, mais pas parce que vous m’avez demandé de le faire ou parce qu’Alexiane me l’a dit aussi. Je le ferai sûrement parce que Leevy me forcera à le faire. Je vais lui laisser une chance et si je vois qu’il la laisse passer, alors je suivrai vos conseils. »
Je déglutit et ma belle assurance me quitte pratiquement aussi rapidement qu’elle est venue. Je baisse les yeux et observe mes pieds, nus depuis que je me suis débarrassée de mes chaussures qui me faisaient un peu mal.      


"There is a time for everything
a time to be born and a time to die, a time to plant and a time to uproot, a time to kill and a time to heal, a time to weep and a time to laugh, a time to mourn and a time to dance, a time to search and a time to give up, a time to tear and a time to mend, a time to be silent and a time to speak, a time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace."


score:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeDim 22 Juin - 21:42

Owain n'avait pas spécialement de raison d'être ici. Dans le sens où il n'avait aucune obligation à l'être, ni aucune attente particulière vis-à-vis de Zeena ... Il ne se faisait pas beaucoup d'illusions quant à son sort, mais il avait tout de même envie de veiller à ce qu'elle survive un peu, mourir à la corne c'était toujours un gâchis certain. Et si certains tributs pas non plus costauds pourraient éventuellement compter sur l'appui - éphémère - de leur co-tribut, Owain n'avait aucun espoir quant aux intentions de Leevy. On ne pouvait pas vraiment le reprocher au blond dans un certain sens, il avait compris dès le départ les enjeux et les règles des hunger games, et il s'estimait - à tort ou à raison, nous verrions - assez capable pour ne pas vouloir créer d'alliances. Pour Owain c'était du gâchis stratégique, se faire des alliés permettait de survivre généralement plus longtemps, et d'avoir ensuite un adversaire à portée de main à éliminer, le moment venu. Mais enfin, Leevy n'était pas le genre de garçon à qui l'ont semblait pouvoir mettre quoi que ce soit dans le crâne, c'était bien dommage, et logiquement Owain avait donc reporté son attention sur Zeena. Il y avait peut-être encore moyen de faire quelque chose de cette petite, sait-on jamais. Il ne prenait pas de gants avec elle en tout cas, il n'était pas là pour ça et de toute façon dans son esprit si elle était en âge d'avoir l'opportunité d'être moissonnée alors elle était aussi en âge d'entendre tout ce qui pouvait lui être dit, plaisant ou non. Et il s'attendait presque à ce qu'elle ne moufte pas, mais pourtant à sa grande surprise elle avait fini par relever les yeux vers lui pour dire « Je ne me laisse pas embobiner. » d'un air à priori sûre d'elle. Aussi sûre d'elle que pouvait l'être une gamine de douze ans du moins. Maintenant il était intrigué, et pour cette raison il n'avait rien répondu, attendant simplement de voir si elle comptait développer sa pensée.

Il était un peu curieux à vrai dire, il était toujours curieux de la façon dont ces enfants réussissaient à survivre avant même de rentrer dans l'arène des jeux, tant leurs conditions de vie semblaient précaires ... Il s'imaginait toujours des choses horribles sur les enfants des districts, il les imaginait toujours orphelins, ou bien avec des parents ayant tellement de bouches à nourrir qu'ils ne savaient même plus comment s'occuper de leur progéniture, qui se retrouvait alors livrée à elle-même. Il n'était donc pas vraiment surpris lorsque Zeena lui délivra son récit « Ma mère est morte pendant la rébellion. Elle était pas une rebelle, c’était une gentille femme qui faisait bien son travail. Elle s’est fait tirer dessus dans la poitrine en allant nous chercher à manger. Elle était enceinte de mon tout petit frère, Yavan. Papa lui avait dit qu’il irait mais il avait du travailler plus longtemps parce que les gens s’en fichaient du travaille à ce moment et que les récoltes allaient être perdues si personne s’en occupait. Elizabeth a dû découper son ventre pour faire sortir mon petit frère et le sauver, parce que maman, on pouvait pas la sauver. J’ai trois autres frères. Jezrah, Shem et Ezio. Quand maman est morte, Papa a été trop triste pour s’occuper de nous et c’est moi qui me suis occupé de tout ce qu’il fallait faire avec la voisine qui m’aidait. » Voilà, il avait vu juste une fois encore. Une mère morte d'une de ces maladies horribles qui devaient trainer dans les districts, et un père incapable de s'occuper de ses enfants ... Le schéma classique, la misère à l'état pur, celle qui fascinait autant qu'elle répugnait les habitants de cette cage dorée qu'était le Capitole. « Ce que je veux dire, c’est que je sais me débrouiller, Monsieur Starkweather. Je ne suis pas une idiote, même si je suis faible. C’est pour ça que je sais aussi que je ne retournerai pas chez moi, que je fasse confiance à Leevy ou pas. Je ne reverrai pas mes frères et je ne reverrai pas Papa non plus. C’est gentil de vous inquiéter et je vais sûrement suivre votre conseil, mais pas parce que vous m’avez demandé de le faire ou parce qu’Alexiane me l’a dit aussi. Je le ferai sûrement parce que Leevy me forcera à le faire. Je vais lui laisser une chance et si je vois qu’il la laisse passer, alors je suivrai vos conseils. » Bon, elle allait peut-être un peu vite en besogne en disant qu'elle "laisserait une chance" à Leevy, parce que si y'en avait un des deux qui imposerait ses décisions et son bon vouloir à l'autre ça serait lui, logiquement, mais néanmoins un fin sourire s'était étiré sur le visage du styliste au fur et à mesure qu'elle parlait.

Il était satisfait, à vrai dire. Satisfait de voir qu'en appuyant sur les bons boutons - et il n'y avait pas eu besoin de trop chercher, ces gamins des districts étaient tous plus ou moins les mêmes et des tributs il en avait vu d'autres avant elle et un reverrait d'autres après elle - il avait réussi à la secouer un peu. Sans exagérer, elle avait l'air un peu plus volontaire et un peu moins terrifiée que lorsqu'il l'avait vue la première fois à l'habillage. « Bah voilà, je savais bien que tout n'était pas perdu. » Si elle pouvait montrer ce visage-là tout le temps à partir de maintenant ... D'ailleurs, autant battre le fer tant qu'il était encore chaud, aussi s'était-il empressé d'ajouter « Continue dans cette voie-là pour les entraînements, et tu réussiras peut-être à faire illusion. » Et ce ne serait pas du luxe, clairement. Bon, il ne fallait pas attendre d'Owain qu'il pleurniche sur le sort de la fillette, sa famille, son statut de tribut, sa mort probable ... C'était tout à fait normal pour lui, et au fond puisque tous les enfants des districts devaient avoir une vie plus ou moins similaire il se disait que cela devait sembler affreusement banal pour elle. Mais au moins, contrairement à ses petits camarades de district elle aurait eu l'immense honneur d'être connue du Capitole et adulée, alors c'était tout bénéf' ... Non ? « Bon, je vais te laisser tranquille ... Il faut que tu sois en forme pour le début des entrainements demain ! » Il avait repris son sourire blancheur extrême, quittant le canapé sur lequel il était assis pour se remettre debout, passant machinalement une main sur les plis de sa veste pour la remettre comme il fallait. Ses doigts glissant contre le brin de jasmin épinglé à sa boutonnière il avait eu un instant de flottement, avant de finalement détacher la fleur et de s'approcher de Zeena, pour la passer derrière son oreille. « Passe une bonne nuit. Et ne t'en fais pas, si tu te trouves jolie dans cette robe tu te trouveras aussi ravissante dans celle que j'ai prévu pour ton interview. Ta famille sera si contente de te voir aussi jolie. » Owain espérait bien qu'ils étaient fiers, il fallait forcément l'être quand un membre de sa famille avait l'opportunité de se battre pour la gloire et la fortune dans l'arène concoctée par les juges.
Revenir en haut Aller en bas
Zeena A. Kenway
DISTRICT 11
Zeena A. Kenway
△ correspondances : 130
△ points : 0
△ multicomptes : Iron J. Flickerman & Elishah Kenway
△ à Panem depuis le : 17/05/2014
△ humeur : en paix
△ âge du personnage : douze ans


can you save me?
statut:
relationships:


IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeLun 23 Juin - 11:07

[quote="Zeena A. Kenway"]


THE STYLIST & THE SILLY LITTLE GIRL.


Je n’aurai jamais dû lui parler de cette manière. Papa n’aime pas quand je deviens insolente et je crois que c’est ce que je viens de faire. Mon père se contenterait d’une mise en garde et d’un regard courroucé, mais que pourrais faire Monsieur Starkweather ? Au Capitole, la ligne à ne pas franchir pour me parait encore plus proche, presque trop facile à passer, c’est injuste. J’ai moins d’espace pour m’exprimer et agir et m’en plaindre serait certainement faire preuve d’impertinence. Je dois faire attention à tout ce que je fais à ce qui me semble... Je n’ai pas l’habitude de contrôler mes paroles et mes gestes, j’ai toujours agis à l’instinct et pratiquement rien ne me semble naturel ici. C’est assez perturbant. C’est angoissant. Et ça me fait sentir toute petite, insignifiante et maladroite.  
Mais contre toute attente, au lieu de me réprimander, le styliste qui se charge de nous a l’air de m’encourager à m’exprimer. C’est encore plus déstabilisant. Je relève les yeux vers lui, clairement perplexe. Je devrai faire quoi pendant les entrainements au juste ? Quelle voie est-ce que j’ai empruntée sans le vouloir ? Celle de l’insolence ? Ce chemin me donnerait un peu trop l’impression de me rapprocher de celui que Leevy est en train de tracer… Est-ce que c’est son exemple à lui que je suis censé suivre ? Delysia me conseillait plutôt de garder mon air fragile…
Je ne comprends décidément jamais rien de ce qu’on attend réellement de moi.
Mon district me manque. Les gens simples qui s’y trouvent me manquent… J’en ai déjà assez de devoir tout analyser. Je suis fatiguée.

« Bon, je vais te laisser tranquille ... Il faut que tu sois en forme pour le début des entrainements demain ! »
Je ne suis franchement pas mécontente de l’entendre me dire ça. Je vais enfin pouvoir m’isoler et arrêter de penser et de contrôler tous mes mouvements et attitudes. Mais pour le moment, je me redresse à mon tour pour ne pas paraitre impolie et raccompagner le styliste à la porte de ma chambre (j’ai encore du mal à réaliser que tout cet espace m’est dédié…).
« Passe une bonne nuit. Et ne t'en fais pas, si tu te trouves jolie dans cette robe tu te trouveras aussi ravissante dans celle que j'ai prévu pour ton interview. Ta famille sera si contente de te voir aussi jolie. »
Je rougie à nouveau malgré moi. Je me sens encore un peu idiote d’avoir été surprise en train de m’admirer dans la glace… Mais j’ai drôlement hâte de découvrir cette nouvelle tenue dont il parle. Je ne vois pas vraiment comment il compte surpasser celle-ci mais je lui fais confiance. Plus qu’à Leevy qui vient pourtant de chez moi, c’est étrange, non ?

Mais alors qu’il s’apprête à me laisser là et a déjà ouvert la porte pour s’échapper, je reprends la parole. Les mots jaillissent de ma bouche sans que je puisse les contrôler. C’est une vilaine manie de laquelle je ne pense pas être capable de me défaire avant ma mort prochaine… Sauf que c’est justement cette urgence de parler avant de ne plus en être capable qui me pousse à retenir Owain quelques secondes encore.  
« Je ne sais pas si c’est à vous de vous occuper de ça, Monsieur Starkweather, mais quand je serai morte, j’aimerai qu’on me remette la robe que je portais à la Moisson. Vos robes sont…elles sont vraiment très jolies mais…c’est Maman qui m’avait fait celle que je portais quand mon nom a été tiré au sort. Je ne veux pas qu’on m’enterre dans une robe du Capitole. »
Encore ma maudite langue insolente. Mais c’est réellement important pour moi et j’espère qu’il pourra le comprendre et ne se froissera pas trop.



"There is a time for everything
a time to be born and a time to die, a time to plant and a time to uproot, a time to kill and a time to heal, a time to weep and a time to laugh, a time to mourn and a time to dance, a time to search and a time to give up, a time to tear and a time to mend, a time to be silent and a time to speak, a time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace."


score:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitimeMar 8 Juil - 18:21

Nul doute que quelque soit l'issue de ces jeux et le nom du vainqueur la vie d'Owain n'en serait pas changée, et qu'il passerait rapidement à autre chose. Les jeux n'étaient pour lui qu'une distraction, et il n'avait pas besoin d'habiller des tributs, qui pour la plupart ne faisaient pas long feu dans l'arène, pour exercer son métier. Toutefois parmi les nombreux défauts et travers que possédait le styliste se cachait aussi quelques qualités, et celle de toujours faire les choses à fond et avec sérieux en faisait partie, aussi cela lui était égal que Zeena ait autant de chances de gagner que lui de rajeunir subitement de dix ans, il tenait à ce qu'elle soit aussi présentable que n'importe quel autre tribut, quelque soit ses chances de succès. Même s'il ne fallait pas espérer qu'il agissait ainsi par simple bonté d'âme ou empathie vis à vis des tributs, il pensait avant tout à sa réputation en tant que professionnel, et c'était on ne peut plus normal. Tout ce qu'il souhaitait de Zeena et de son co-tribut en définitive c'était qu'ils ne se rendent pas ridicule, ni lors des quelques jours qu'il leur restait à profiter du luxe capitolien, ni durant leurs exploits une fois dans l'arène ... Il fallait qu'ils pensent au district onze, ils en étaient les représentants, ils ne devaient pas couvrir leurs familles de ridicule après tout ? Et il en allait de même avec leur équipe de préparation, qui ne méritait pas elle non plus d'être la risée du Capitole.

Quoi qu'il en soit, maintenant qu'il avait dit à la fillette ce qu'il avait à lui dire il n'avait plus aucune raison de s'attarder ici inutilement, et à vrai dire il avait encore mille choses à faire ; Ces périodes de jeux étaient assez fastes qu'elles étaient épuisantes. Sans parler des dizaines de soirées auxquelles il fallait -à défaut d'être motivées par toutes- au moins se montrer pour se faire bien voir. Se relevant du fauteuil dans lequel il s'était installé il avait donc décidé de prendre congés, faisant tout de même l'effort de prodiguer à la jeune fille quelques paroles rassurantes destinées à la mettre en confiance pour la suite des évènements, chose qui ne pourrait être qu'à son avantage par la suite. Tournant la poignée de la porte il ne s'attendait pas à ce que la voix de Zeena se manifeste à nouveau, et il s'était arrêté dans son élan pour l'écouter « Je ne sais pas si c’est à vous de vous occuper de ça, Monsieur Starkweather, mais quand je serai morte, j’aimerai qu’on me remette la robe que je portais à la Moisson. Vos robes sont … elles sont vraiment très jolies mais … c’est Maman qui m’avait fait celle que je portais quand mon nom a été tiré au sort. Je ne veux pas qu’on m’enterre dans une robe du Capitole. » Fronçant légèrement les sourcils, il tenta cependant de reprendre un visage impassible tandis qu'il se retournait à nouveau vers elle. Il trouvait la demande assez incongrue, principalement parce qu'il ne comprenait pas comment on pouvait préférer se retrouver habillée d'une guenille plutôt que de n'importe quelle robe faite sur mesure et dans les matières nobles disponibles au Capitole ... Mais il avait depuis longtemps renoncé à comprendre comment fonctionnait l'esprit tortueux des habitants des districts.

Haussant vaguement les épaules il avait pris quelques secondes pour réfléchir, la scrutant de ses petits yeux, avant de tout de même finir par acquiescer d'un signe de tête. Après tout il ne se sentait pas concerné, peu importe la robe qui lui serait attribuée pour ce dernier voyage qui serait probablement le sien, il ne s'agirait pas d'une de ses créations ... Tout de même, il ne passait pas autant de temps à travailler pour qu'une de ses œuvres termine à six pieds sous terre. « J'y veillerai personnellement, petite Zeena. » qu'il avait tout de même fini par répondre, en esquissant un léger sourire de circonstance. Elle n'était pas obligée de savoir qu'il ne pouvait rien promettre, et que peut-être sa dernière volonté ne serait pas respectée, après tout ce n'était pas Owain qui tirait les ficelles ... Mais soit, il en toucherait peut-être un mot ou deux à quelqu'un de plus haut placé que lui, quelqu'un qui peut-être ferait preuve d'assez de compassion à l'égard de cette petite fille pour lui accorder ce souhait. Inclinant une dernière fois la tête en signe de salut il avait à nouveau tourné les talons, et disparu après avoir refermé la porte derrière lui, pour regagner ses quartiers.

sujet terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Vide
MessageSujet: Re: IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)   IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 4 :: 78th HG :: rps avant et pendant l'intrigue-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.