petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best Vide
MessageSujet: AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best   AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best Icon_minitimeLun 17 Mar - 10:07

« À toute ! » J'ouvris la porte d'entrée et sortis de la maison en m'étirant de partout. C'était plaisant que le temps commence enfin à s'améliorer dans la région, mais il ne fallait pas se leurrer, les températures ainsi que le vent nous jouaient encore des tours si l'on oubliait de sortir correctement vêtus. Quand je regardais la chienne de ma femme qui me suivait gentiment au pas pour sa promenade, par contre, je me disais que j'aurais bien voulu être une bête poilue qui n'avait pas besoin de superposer 3 couches d'habits, moi aussi. Pas besoin de s'embêter à choisir quoi se mettre sur le dos, que tu viennes du Capitole ou du douze, c'était quand même le pied, non ? Moi qui détestais être trop couvert de tissus, j'aurais facilement pu m’accommoder d'être un chat, je pense. Pas un chien parce que je n'aimais pas trop avoir un maître à qui obéir... mais les félins avait ce côté fascinant de pouvoir faire chier leur monde, puis se faire pardonner en un rien de temps en venant simplement offrir des câlins aux personnes en question quelques minutes plus tard. Ca me décrivait bien, tiens. Insupportable à mes heures perdues, mais je crois qu'on m'appréciait quand même... quoi que Jaime allait peut-être pas laisser passer le fait que je l'aie appelé au téléphone pour rien dire, avant-hier soir. Enfin... hier matin, plutôt. Mais j'arrivais pas à dormir, c'est pas de ma faute. Puis je suis sûr qu'il était réveillé, de toute manière. Et les Schizophrènes ne dorment pas à trois heures du matin, c'est bien connu, allons ! Hé, comment ça, 'je cherchais à me justifier d'une blague de mauvais goût' ?!

Bref ! Tout ça pour dire que pendant que je me déplaçais seul, j'avais toujours l'esprit qui divaguait à gauche et à droite. C'était une habitude acquise avec le temps, car je n'avais pas tellement eu d'autre choix que celui de me parler à moi-même pour me faire un peu de compagnie, lorsque je vivais encore au Capitole. Je ne saurais pas vous dire si je préférais la compagnie des gens ou plutôt l'isolement de manière générale, mais j'avais remarqué que depuis mon retour au district, il y a un mois maintenant, j'étais incapable de rester trop longtemps au milieu d'autres personnes de mon entourage. Un instinct venant d'en-dedans me poussait systématiquement à partir, au bout d'un moment, à couper le contact avec le reste du monde parce que j'étais tout simplement épuisé par la présence d'autrui. Les regards posés sur moi, les discussions, les gestes de mes interlocuteurs... c'était un réflexe encore trop ancré dans mon esprit : j'analysais tout, tout le temps, sans relâches. Le moindre mot, la moindre position du corps, impossible de dire à mon cerveau d'arrêter ça, car c'est ce qu'il avait apprit à faire au Capitole pour me maintenir en vie dans cet univers médiatique cruel. Connaître l'ennemi pour réagir de manière appropriée. Il fallait que j'adapte mon masque en permanence et que je calcule toujours l'impact de mes actions en fonction de celles des autres, là-bas... faculté que j'avais travaillée pendant presque quinze ans, maintenant et qui était définitivement intériorisée. Or, pour démonter une manière de fonctionner qui datait d'il y a si longtemps, vous vous doutiez bien qu'il me faudrait sans doute plus que quelques semaines. D'ailleurs, je n'étais pas certain de la façon dont mon comportement tantôt hyper-sociable, tantôt évitant, était prit par les gens. Je ne leur avais jamais expliqué clairement d'où une telle rigidité pouvait bien venir, mais je crois qu'ils ne m'en voulaient pas d'être aléatoire dans mes réactions. N'étant pas bête, je me doutais néanmoins que les rebelles se méfiaient forcément de moi et me considéraient comme un individu à surveiller de près, mais presque aucun d'entre-eux n'avait osé me faire de remarque à ce sujet jusqu'à présent, vu que j'étais le compagnon de leur ancienne cheffe. De toute façon, leur avis ne comptait pas à mes yeux. J'avais confiance en moi, je savais ce que j'étais et ce que je n'étais pas. Je connaissais mes forces et mes faiblesses, alors ce n'est pas à mon âge qu'on allait me faire la morale sur mon comportement. Fallait juste que je prenne du recul régulièrement pour pas commencer à faire de la parano, n'interprétez pas ça autrement.

Alors que j'approchais d'un petit pont de bois qui partait vers la forêt, Neige ( notez que j'ai jamais compris pourquoi Lilas avait donné le nom du président à son chien ) s'arrêta subitement et dressa les oreilles, fixant un point entre les arbres. Automatiquement, je fronçais les sourcils et sortis de mes pensées pour porter une main à ma botte afin d'en retirer un couteau. Si un pacificateur me voyait avec ça, j'étais un homme mort, mais bref... y'avait personne dans les alentours pour le moment. « Qu'est-ce que t'as vu ? » L'animal tourna brièvement la tête vers moi, puis traça son chemin à grandes foulées pour disparaître entre les buissons, à mon grand dam. C'était plutôt bizarre venant d'elle, ce n'était pas le genre à désobéir, mais je restais tout de même sur mes gardes en suivant ses pas, prêt à attaquer en cas de besoin. Un gros aboiement se fit entendre. Je me mis à courir sans pour autant me presser. Si c'est ce que je pensais, la chienne avait juste trouvé un animal mort ou dieu sait quel objet qu'elle voulait me montrer. J'allais peut-être même la voir revenir vers moi avec quelque chose dans sa gueule et la queue battant joyeusement l'air, tiens.

Mais elle ne revint pas. Et lorsque je me fus suffisamment approché pour discerner ce qui se passait ici, je me bloquais quelques instants face à la scène qui s'offrait à moi. Non pas que ça me rendait méfiant de voir une personne blessée, mais on n'était jamais trop prudent, surtout pas quand on connaissait les techniques qu'utilisent certaines personnes pour essayer de vous égorger lorsque vous avez le dos tourné. Merci, Hunger Games, je sens encore la lame entre mes côte quand j'y repense. « Hey, ça va, sweetheart ? Qu'est-ce qui t'es arrivé ? » Je ne sais pas pourquoi on demandait toujours aux gens s'ils allaient bien, même lorsqu'ils étaient à moitié vidés de leur sang, mais bon. Quitte à le faire, autant y ajouter un de mes surnoms affectifs automatiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best Vide
MessageSujet: Re: AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best   AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best Icon_minitimeLun 7 Avr - 22:34

Night will fall and the dark will rise when a good man goes to war. Demons run but count the cost; the battle's won but the child is lost.
« Reste ici. Tu sais aussi bien que moi que c'est dangereux. » J'avais tourné les talons sans même prendre la peine de te regarder et j'avais quitté la maison sans même hésiter. Je voulais t'offrir un repas autre que du pain sec et des restes de fruits écrasés même si je devais défier une fois de plus les lois fixées par le Capitole. Et toi, à part me faire la morale sur les dangers de ma future escapade, tu n'avais rien trouvé d'autre à faire pour m'y en empêcher. J'avais donc claqué la porte en te laissant seule dans ce piteux endroit que tu arrives encore à appeler « maison » et j'étais partie en direction de la forêt pour espérer tomber sur une proie qui comblerait notre faim à toute les deux.
J'avais parcouru presque toute la forêt sans avoir pu récolter ne serait-ce qu'un lapin ; le froid et la neige n'étaient pas en ma faveur et je commençais presque à me demander si je n'allais pas devoir rentrer les mains vides. Et pourtant, au moment où je m'y attendais le moins, la vue d'un chevreuil me redonna une once d'espoir. Arc de fortune dans une main, flèche dans l'autre, j'avais tenté de le tuer en un seul coup pour éviter à cette bestiole d'agoniser - ce qui aurait fait remonter à la surface de mauvais souvenirs - et pour me permettre de partir le plus vite possible d'ici. Malheureusement, au moment où j'avais tiré la flèche, un bruit sourd avait soudainement retentit dans la forêt et les arbres s'étaient anormalement mis à bouger malgré l'absence du vent, ce qui avait permis au chevreuil de se sauver. J'étais restée immobile pendant plusieurs secondes, tétanisée par le bruit qui semblait se rapprocher vers moi et machinalement j'avais levé les yeux au ciel pour apercevoir un vaisseau du Capitole non loin de l'endroit où je me trouvais. Dans un élan de panique - et d'un effroyable courage - je m'étais mis à courir dans la direction opposée sans me préoccuper de l'endroit où j'arriverais. Je n'avais qu'une envie ; ne pas me faire avoir par ces chiens. J'avais alors couru pendant je ne sais combien de minutes avant de m'arrêter au milieu de nulle part perdant alors tout mes repères - bien que je n'en avais jamais vraiment eu - ce qui m'avait donné l'impression d'avoir quitté la forêt et semé le vaisseau. J'avais alors fermé les yeux et soufflé un bon coup pour oublier ce qu'il venait de se passer... En vain. Le bruit redevant audible, j'avais était contrainte de revenir à la réalité ; je ne les avaient pas semés. Au contraire j'étais plus que visible et donc en danger. Je m'étais mise à reculer, soudainement prise par un début de crise d'angoisse, et j'étais tombée, je ne sais comment et tout en dévalant une pente, j'avais essayé de me protéger la tête pour ne pas me fracturer le crâne et mourir comme une pauvre chose au milieu de nulle part, même si je préférais cela aux tortures que je pouvais recevoir du Capitole en guise d'exemple pour les autres Rebelles. La chute étant terminée, j'avais rampé jusque près d'un arbre pour m'y appuyer avant de m’apercevoir que quelque chose m'était rentré dans la jambe et que mon sang s'évadait à la vitesse de la lumière. Tout en attrapant cet objet, je l'avais tiré d'un seul coup et balancé au loin en hurlant de douleur, avant d'arracher un bout de mon maillot pour serrer l'endroit de la plaie au maximum. Les yeux levés vers le ciel, j'avais cherché le vaisseau mais il avait vraisemblablement disparu pour mon plus grand plaisir. Mais étant incapable de bouger, je m'étais demandé ce qu'il adviendrait de moi tout en fermant petit à petit les yeux pour rejoindre les bras de Morphée et pour échapper à la douleur qui se faisait de plus en plus intense...


***  


Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là, adossée contre ce maudit arbre et si ma blessure s'est aggravée ou non. La douleur est toujours présente, mes bras et mon visage sont emplis de plusieurs égratignures où se forment petit à petit des croûtes et mes paupières me semblent anormalement lourdes et je peine à ouvrir les yeux.. Pourtant, j'entends du bruit au loin et celui-ci me fait oublier l'effort que je dois fournir pour distinguer ce qu'il y a autour de moi. Et quand enfin ma vue n'est plus trouble, j'aperçois un chien qui s'approche lentement de moi pour me renifler là où le sang a coulé. Mais.. Qu'es-ce qu'il fout là au juste ce chien ? J'essaye de me redresser pour pouvoir repousser l'animal si celui-ci essaye de se servir de ma chair comme d'un encas. Soudain, derrière cette bestiole se dresse une silhouette et mon cœur se met à battre tellement fort que j'ai l'impression qu'il ne va pas tarder à sortir de ma poitrine. Un pacificateur ? Peut-être mais je n'ai pas envie de tirer ma révérence comme ça, pas ici ni maintenant. Jamais.
« Hey, ça va, sweetheart ? Qu'est-ce qui t'es arrivé ? » La pression retombe quand je l'entends me demander si je vais bien. Un peu bizarre d'ailleurs, puisque je suis couverte de sang et de blessures en tout genre. Je lève les yeux en direction de la personne qui vient de me parler et je reste figée face au visage que je découvre. Il ne m'est pas inconnu, au contraire je me souviens de ce visage qui n'a pas cessé d’apparaître sur mon écran il y a plusieurs années. J'essaye de reculer, de ne pas le laisser m'approcher. Même s'il n'a pas l'air méchant, je ne peut pas lui accorder ma confiance sous prétexte qu'il essaye de savoir si j'ai besoin d'aide. Ma jambe commence à atrocement me lancer et je laisse échapper un juron ; je ne peut définitivement toujours pas bouger, je suis coincée ici avec l'un de ces gagnants chanceux des jeux, qui pourrait en un instant me livrer au Capitole, après tout je ne peut pas me défendre, je ne peut plus rien faire. « J'ai... L'air d'aller bien pour toi ? » Un peu sec, je l'avoue mais je ne peut pas avoir l'air fragile et en détresse... Même si pour le coup c'est un peu raté. Je pose ma tête contre l'arbre et appuie sur la blessure de ma jambe en croyant que la douleur peut s'estomper. Je le regarde, les yeux à moitié fermés en me demandant ce qu'il va faire. M'aider ? Ou me nuire ?... Tu vois j'aurais du t'écouter. Rester auprès de toi et me sentir inutile. Peut-être c'est ce que je suis au fond..
    


mon tyty d'amour, désolée pour la qualité du rp et si celui-ci ne te donne pas d'inspiration.. je m'excuse vraiment choco... ♥
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
 

AILEEN - Okay, imma help you, because, write this down: Ty' is the best

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 3 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.