petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 i needed you. (oron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



i needed you. (oron) Vide
MessageSujet: i needed you. (oron)   i needed you. (oron) Icon_minitimeLun 20 Mai - 22:58


where were you ?
REAPING FOR THE 77th HUNGER GAMES

« Je suis là. » a dit la voix, et l'inconnu s'est écarté. Et tu as su. Tu l'as su sans le savoir, sans en avoir la certitude. Quelque chose en toi s'est rallumée. Tu t'es retournée et c'était déjà trop tard pour voir son visage. Il s'en était allé. Il t'avait soutenue, t'avait empêchée de vaciller, s'était signalé, et il était parti. Comme un voleur. Comme un fantôme. Comme le souvenir éphémère d'un frère.
Tu avais fait le nécessaire pour sortir de la foule et quitter la grand-place. Tu étais désormais dans la rue principale qui amenait à la grand-place, et devant toi, une silhouette s'éloignait. Tu étais trop loin, tu forçais sur tes bras et tes béquilles pour aller vite. Pour le rattraper. Parce que tu avais peur que le spectre s'évapore. Que ça n'ait été qu'une hallucination. Qu'une manifestation de ton inconscient, qui t'aurait fait entendre ce que tu voulais entendre, soit la voix d'Oron, qui serait revenu. Alors, peut-être étais-tu folle, peut-être suivais-tu la mauvaise personne, mais tu voulais en avoir le cœur net. Là bas, sur la grand-place, les paroles de Reah Gordon couvriraient ce que tu pourrais vouloir dire, ou les mots des tributs. Même si tu hurlais.
Tu le voyais s'éloigner, et tu repensais à sa mort, au moment où tu l'avais appris, lorsque tu t'étais élancée hors de la maison, que tu étais tombée, que tu avais mordu la poussière, pleuré, hurlé à la mort. On te l'avait enlevé trop tôt, tu t'étais retrouvée seule trop vite, alors que tu n'y étais pas préparée. Ça faisait dix ans. Dix ans de trop que tu étais séparée de ton jumeau, que tu avais cru mort et enterré.

Et il était en train de partir. De nouveau. Après t'avoir dit qu'il était là.

« ORON !, tu hurlas, la voix pleine de sanglots qui ne voulaient pas couler sur tes joues, te nouaient la gorge, alors que tu étais prête à pleurer. ORON !, insistais-tu, pour le faire se retourner, pour l'arrêter au moins. »

Tu n'avançais plus, toi. Les béquilles plantées dans le sol, les bras tremblants, la vue brouillée par des larmes qui ne voulaient pas couler, les joues rouges, les yeux rouges, la gorge nouée. Mi-femme, mi-ferraille.

« T'as pas le droit de t'en aller !, l'appelas-tu encore. Reviens, bougre d'âne, sinon, j'te frappe avec mes béquilles !, la menace était fausse. Mais tu voulais qu'il revienne. Qu'il se retourne. Qu'on te rende ton frère qui t'avait tant manqué. »



gif ©ComicStrip
Revenir en haut Aller en bas
Invité



i needed you. (oron) Vide
MessageSujet: Re: i needed you. (oron)   i needed you. (oron) Icon_minitimeMer 10 Juil - 4:08

Lâche. Couard. Peureux.
Lâche. Comme dix ans plus tôt.

Dix ans plus tôt, il était mort. Là, il était bien vivant. Et pourtant, il avait préféré fuir plutôt qu'affronter sa sœur. Affronter celle qu'il surveillait à distance depuis tant d'années, sans pouvoir l'approcher. Revenir au Six était une façon de revivre tout ce qu'il avait raté; voir sa sœur était une chose à laquelle il ne savait toujours pas prêt. Mais Oron avait bousculé ses habitudes en s'approchant d'elle. Puis, en fuyant. L'homme avait bousculé les personnes assemblées pour s'enfuir dans les rues, sans porter attention aux cris de sa sœur. Aux cris de Remy qui s'était précipitée derrière lui, aussi rapidement qu'elle le pouvait sur ses béquilles. Des larmes commençaient à perler à ses yeux, un sanglot se formait dans sa gorge. Il l'aimait trop pour la mettre en danger, il l'aimait trop pour qu'elle le voit et que des Pacificateurs s'en prennent à elle une nouvelle fois. Oron Silveroak était mort et il aurait dû le rester.

Le bruit de n'avait pas cessé, et lorsqu'il s'arrêta, lui-même cessa également de marcher. Remy parlait dans son dos et lui respirait trop fort. Il allait pleurer. Les larmes commençaient déjà à couler, à se perdre dans sa barbe mal rasée. Il avait vieilli. Il aurait du rester mort. Lentement, Oron prit une inspiration. La plus longue du monde, probablement, et un sanglot, pourtant mêlé d'un rire, secoua ses épaules lorsqu'il entendit la menace de sa sœur. Finalement, il se retourna. Le frapper avec ses béquilles... tu parles d'une menace (quoique, un coup de béquille, ça ne faisait pas du bien). Il abaissa son capuchon. La regarda comme si c'était la première fois qu'il la voyait. S'avança jusqu'à elle. Elle aussi avait vieilli, mais pas changé. À peine. Lui aussi avait changé, mais il était impossible qu'elle ne le reconnaisse pas. Malgré le nez de travers, les cicatrices qui guérissaient encore, les ecchymoses, la pâleur de son teint, la dureté de son visage. Parce qe dans ses yeux, il restait Oron, de toute façon. Il ne remercierait jamais assez Morea de l'avoir tenu au courant de la situation de sa sœur. Il arriva à sa hauteur et une seule phrase réussit à franchir sa gorge nouée : « C'est uniquement parce que j'ai peur de tes béquilles. »

Et il la serra dans ses bras. Comme il rêvait de le faire depuis dix ans.


Dernière édition par Oron Silveroak le Lun 30 Sep - 17:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



i needed you. (oron) Vide
MessageSujet: Re: i needed you. (oron)   i needed you. (oron) Icon_minitimeMer 10 Juil - 19:49

Il était là. Il était de retour. On t'avait rendu un frère injustement arraché à ton affection. Tout se bousculait dans ta tête et tu ne comprenais pas. Tu te fichais bien de comprendre, à cet instant même, alors qu'il se retournait vers toi et abaissait son capuchon. Il n'était plus le même, et en même temps c'était encore lui. Alors qu'il s'approchait, tu distinguais de mieux en mieux les détails changés de son visage, à travers tes larmes qui s'étaient mises à couler alors que tu le reconnaissais. C'était Oron. C'était ton frère. Ton jumeau. L'autre partie de toi-même. Ils se regardaient, se retrouvaient. Il t'avait tellement manqué. Savoir qu'il n'était pas mort était un soulagement pour toi, à cet instant présent. Tu n'avais pas été capable de mettre en doute ce que le Capitole avait dit, et maintenant, il était là. Devant toi. Tout en barbe, en voix nouée, en déglutissements, en muscles. « C'est uniquement parce que j'ai peur de tes béquilles. » Et à travers tes sanglots nerveux, un éclat de rire se fraya un chemin. C'était lui, vraiment, pour se moquer de tes béquilles.

Tu n'eus pas le temps de répondre. Tu n'avais rien à répondre. Il ne te laissa pas le temps, de toute façon, te serrant dans ses bras. Son corps fort, musclé, contre le tien frêle (et encore, à force d'utiliser des béquilles, tes bras s'étaient musclés). Et toi, tu te blotissais contre lui, lâchant tes béquilles qui churent dans un bruit sourd de cliquetis, à vos pieds. Il te tenait, il ne te laisserait pas tomber. Et de toute façon, tu venais d'enserrer sa nuque, toujours sanglotante.
Il était vivant.
Oron était vivant.

Tu n'avais pas encore percuté.

En même temps, ça faisait dix ans que tu le croyais mort. Dix ans que tu lui écrivais des lettres que tu n'envoyais pas. Dix ans que tu vivais sans lui, si ça pouvait s'appeler vivre. Tu t'accrochais à lui, comme un noyé à une bouée. Parce que, quoi que tu dises, quoi que tu affirmes, quoi que tu racontes à ceux que tu croisais, il était ton phare, ton port d'attache. Tu avais besoin de lui. Il le savait. Tu le savais. Et, tes bras passés autour de sa nuque, ta tête au creux de son cou, tu pleurais encore. De joie ? De peur ? De tout ce temps à croire qu'il ne reviendrait jamais ? Tu ne savais pas. Tu pleurais.
Tu avais essayé de ne pas pleurer, mais les émotions te submergeaient.

Il était là.

Les sanglots passaient, doucement. Plus rapidement que ces longues années à survivre sans lui, pour sûr. Mais relativement lentement. Tu ne voulais pas le lâcher. Parce que tu avais peur que ça soit un sale rêve. Peur de te réveiller et de le perdre à nouveau.

Il t'avait manqué.
Tu ne lui dirais pas.
Il le savait, sans aucun doute.

Tu ne voulais pas qu'il te lâche. Tu voulais rester dans ses bras, rattraper tout ce temps perdu, ce temps à le croire mort. Tu laissais passer les secondes, les minutes, sans rien dire, simplement à te réhabituer à son odeur, sa chaleur, sa barbe qui râpait la joue. Dix ans, c'est long. En dix ans, on peut oublier beaucoup de choses d'une personne.

« Tu… Tu pars pas, hein ?, hasardais-tu, craignant que ces mots-mêmes ne le renvoient sur le chemin qu'il avait pris. Parce que sinon… ben… j'te frappe avec mes béquilles ? »

Comique de répétition. La menace avait marché une fois.

« Et puis va falloir que tu me portes. Je peux plus marcher, là. »

Tes béquilles étaient par terre. Tu t'en foutais. Ta béquille humaine était de retour. Et tu comptais bien le retenir. L'empêcher de partir là où il avait voulu retourner. L'empêcher de disparaître de nouveau. Tu n'avais pas encore compris comment il avait pu survivre. Tu t'en fichais. On t'avait rendu ton frère. Il était vivant. Vivant. Et il était là. Pour toi. À te serrer dans ses bras. Comme avant. Ou peut-être pas justement, comme s'il avait failli la perdre à jamais, plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



i needed you. (oron) Vide
MessageSujet: Re: i needed you. (oron)   i needed you. (oron) Icon_minitimeLun 15 Juil - 5:12

Ils pleuraient.

Les sanglots de Remy, ses larmes, n'ont pu que faire faiblir ce barrage déjà faible qui empêchait ses propres larmes de couler. Ses épaules tressaillaient, ses larmes coulaient sur ses joues. Enfin. Oron avait souvent pleuré, en dix ans; sur chacune des lettres que chapardait Rea, sur tous ses souvenirs. De douleur, de peine, de colère. Il avait pleuré à chaque fois qu'il avait repoussé Morea, il avait pleuré à chaque nuit. Et pourtant jamais autant que maintenant, alors qu'il serrait enfin sa sœur entre ses bras. Sa sœur. Sa moitié. Il mit son nez dans les cheveux de sa sœur, ses larmes trempant les mèches d'un blond éteint.
Qu'il l'aimait.
Un rire étranglé, étouffé. Il ne la lâcha pas quand elle parla. Pourquoi la lâcher quand il connaissait le moindre de ses traits? Peu importe qu'ils aient vieilli. Qu'elle soit fatiguée. Il n'avait pas besoin de la voir pour savoir – ils n'avaient même pas besoin de parler. « Promis. »

Il ne partirait plus.

Finalement, Oron la relâcha et se pencha pour attraper les deux béquilles, d'une main, les lui tendant. « Je veux bien te porter, mais toi, tu portes ça. » Chose dite, chose faite. D'une main les béquilles, l'autre sur sa nuque, il la prit dans ses bras. Elle était si... frêle. Elle ne devait pas manger beaucoup plus que du temps où il était décédé. Morea devait parfois venir lui porter quelques choses, mais... il devait lui dire, d'ailleurs. Morea. Remy. Lui avouer. Son coup de tête n'avait pas été prémédité et les deux blondes étaient prises au dépourvu. Normalement, Morea devait passer chez Remy après la Moisson, elle le lui avait dit... elle serait mise devant le fait accompli. Il la porta jusque chez elle – chez eux. Leur maison. Passa par la porte arrière, prudemment, longea tous les murs pour s'y rendre, cherchant l'ombre au lieu du soleil. Tout le monde était à la Moisson, personne ici, mais on n'est jamais assez prudent.
La maison était la même. Ou presque. Elle était vieille. Eux aussi. Il inspira longuement. Il avait encore envie de pleurer. Il referma la porte derrière eux d'un petit coup de pied. « Où est-ce que je te dépose? »


Dernière édition par Oron Silveroak le Lun 30 Sep - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



i needed you. (oron) Vide
MessageSujet: Re: i needed you. (oron)   i needed you. (oron) Icon_minitimeMar 16 Juil - 14:38

Docile, heureuse, confiance, Remy prit ses béquilles d'une main, s'accrocha à la nuque de son frère de l'autre, et fut transportée doucement jusqu'à leur maison. Celle où ils avaient grandi. Celle où leurs parents étaient morts. Celle où Remy avait passait dix ans, toute seule, en ressassant les souvenirs des défunts. Et de celui qu'elle croyait mort, aussi. Mais il était là, vivant, et il la portait dans ses bras. Ils entrèrent par la porte de derrière. Oron était méfiant, comme il l'avait toujours été. Paranoïaque, avait souvent commenté Remy. Mais maintenant, elle se doutait bien qu'il y avait une raison. Il était passé pour mort pendant 10 ans, l'avait peut-être même été cliniquement. S'il venait à réapparaître, on lui demanderait des comptes, sans aucun doute.

Il ne lui avait pas demandé s'il y aurait quelqu'un. Comme s'il savait que Remy était seule. En même temps, stérile comme elle était, elle aurait pu difficilement donner naissance à un bambin, même si elle avait presque adopté Lux. Mais elle avait renoncé parce qu'elle n'en avait pas la force ni le courage.
La porte refermée, Oron lui demanda où elle voulait que le carrosse la dépose. Elle aurait bien aimé rester dans ses bras encore un bout de temps, mais elle concevait que ça pouvait devenir fatigant pour les muscles du dos d'Oron. Oh, pas qu'elle soit très lourde, simplement qu'il n'était pas non plus archi-baraqué, et que donc, elle préférait lui faciliter la tâche. « Le vieux canapé, s'il te plaît. Et que ça saute ! »

Il était là. Il ne partirait plus.
Mais où avait-il bien pu passer ces dix ans ? Sa peau était trop claire pour qu'il soit resté dehors à l'air libre. Il avait été à l'ombre. Emprisonné ? Peut-être l'avaient-ils torturé ? Qui "ils" ? Le Capitole, les rebelles, elle n'en savait rien. Une fois assise sur le canapé, elle appuya ses béquilles sur le bord pour pouvoir les récupérer lorsque l'envie lui viendrait, et elle le regarda.
Le regarda vraiment.

Il avait l'air fatigué. Pâle. À la limite de la maigreur. Elle essaya de sourire, et les larmes se remirent à perler aux coins de ses yeux. Il était là, mais pour combien de temps ? Il lui avait promis de rester, mais s'il n'était pas revenu plus tôt, c'est qu'il avait dû être retenu. Mais par quoi ? Pour quoi ? Par qui ? Avait-il une famille ? Des… Elle secoua la tête, refusant de poser ces questions pour le moment. Il lui dirait si c'était le cas. Elle ne voulait pas le brusquer. Elle ne l'avait plus vu depuis dix ans, et même si ça avait paru facile de lui parler de nouveau, elle ne savait plus quoi dire, plus quoi demander… S'il était encore capable de savoir à quoi elle pensait -ou au moins de le sentir- ça l'arrangeait.

Et puis, elle essaya, quand même, de briser le silence qui s'était de nouveau installé : « T'étais où ? » Elle avait demandé ça, simplement, d'une voix douce. Une de celles qui ne veut pas froisser, mais qui s'interroge. Une de celles qui veut simplement savoir, qui n'accuse pas, qui veut juste comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



i needed you. (oron) Vide
MessageSujet: Re: i needed you. (oron)   i needed you. (oron) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

i needed you. (oron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 3 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.