petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
-63%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
219 € 599 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Vide
MessageSujet: ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )   ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Icon_minitimeMer 12 Juin - 20:02


lucky ones
❝ boy and girl meet by the great design
Nous avions maintenant une histoire a raconter. Lux était là, devant moi. Les rideaux étaient tirés, la lumière tamisée. Le temps était devenu obsolète dans la pièce, tout comme ce qu'il y avait en dehors. C'était lui, moi, et les mots qu'il avait barbouillé sur son torse. Veux-tu. Ça impliquait que cette fois, le choix était mien; J'étais plus qu'une nunuche qu'on baise et c'est tout. J'avais du pouvoir, l'espace d'un instant. Je pouvais, si j'en avais vraiment envie, secouer la tête de gauche à droite, partir - Vivre une vie différente, celle d'une louve solitaire ou celle de la femme d'un homme x -  mais je préférais lui dire oui, quitte à suivre le chemin qu'on avait déjà tout tracé pour nous, juste pour être avec lui. Noah Lux Kingsley, a moi pour la vie et a personne d'autre, avec un peu d'espoir.

Je ne peux pas m'empêcher de sourire alors qu'un frisson me parcours la colonne, que mon ventre se rempli de papillons et que mon cerveau, à son contraire, se vide de toute logique. Lyme-Neska Skenandore-Kinglsey, c'est certes long, mais putain, ça sonne presque bien. Je n'ose pas avancer – j'oublie presque de respirer, aussi. J'avais parlé de chandelles, de chocolat; Il s'en était rappelé. Il avait fait attention à mes dires, pour vrai. Peut-être que je comptai, au final? Peut-être que tout cela était le fruit de mon imagination? J'aurais pu me pincer, et faire disparaître ce songe si merveilleux, mais je ne fis rien. Je préférais vivre ce rêve, si rêve c'était, à son plein potentiel. Donc, j'approche lentement, un peu incertaine; Lux non plus ne semble pas des plus à l'aise. Il me connait trop. Il doit s'attendre à une réponse négative; Je prendrai tellement de plaisir à voir son visage se déconfire. Du chocolat. Des chandelles. J'avais dis tout cela pour rire, pour faire comme dans ces histoires d'amour épique; Je n'avais jamais vraiment aimé le chocolat. Il avait essayé. Assez près maintenant, je glisse les doigts sur son torse. Il aurait pu prendre un crayon marron, ou faire un truc à l'oral, mais non. Sous mes digitales, c'est la vrai texture du chocolat qui durci après avoir été fondu. Il s'était donné. D'un coup de main, je floue le « m'épouser » levant directement les yeux vers lui. Ok. Je dis, bêtement, ne cherchant pas une formule plus convenable ou claire. Il sait, de toute façon.

Plus rien existe, il n'y a que lui, moi, et cette idée; Il y a un an, presque tout juste, nous étions dans la même pièce. J'étais encore plus enthousiaste; J'imaginais déjà cette demande et la robe que je porterais le jour J. Ce jour là il me brisait le cœur, il m'achevait sans même s'en rendre compte, trop prit par ses pensées égoïstes.    J'inspirai, le regardant; Un par un, on réparait les pots cassés. Quelque chose voulait que l'on soit ensemble malgré les tempêtes. Lux, depuis toujours, avait été mon poison et mon antidote; Mon ennemi juré et mon meilleur allié. Ce moment devait avoir été écrit pour nous; Le destin l'avait voulu. Sur mon bassin, je sens sa main se poser. Il s'imagine sûrement une nuit – ou peu importe le moment de la journée – de folie. Je ne le repousse pas, cette fois, malgré son corps salit; Je ne peux pas, de toute façon; C'est comme si j'avais avalé un aimant. Quelque chose me pousse vers lui, m'attire comme si je le découvrait pour la première fois. Il ne dit rien et moi non plus, mais j'ai envie d'être près de lui, si près qu'on ne pourrait plus distinguer qui est qui. Nous devions fusionner. Du sucre. C'est tout ce que j'ai en tête. Nos doigts s'entrelacent, je vole. Mon esprit, étrangement, est vierge de fantasmes tordus; Pas de feu, ni de souffrance, que du sucre et des arc-en-ciel. Je pouffe, mes organes chatouillés par des ses sentiments qui s'affolent.  Il y a des mois que j'ai mis cartes sur table, que l'on joue aux petits fiancés parfait sans vraiment l'être. On avait mit tout ce temps à se pardonner, à arrêter de se détester sans trop savoir pourquoi. Aujourd'hui, tous ses efforts étaient récompensés par une accalmie; le début de quelque chose de nouveau.vDu sucre Je poussai la porte de dos, traînant Lux. Un flash de lumière le temps de passer le corridor; Nous marchions vers le paradis.


J'éponge l'eau qui perle au pointes de mes cheveux d'un coup de serviette. Fuck me, Lux a gagné; J'avais pourtant dit que nous allions nous comporter comme des enfants sage jusqu'à notre mariage.  Je soupire. Qui nous aurait cru, de toute façon? J'ai ma petite réputation déjà, et Lux... Il y en avait eut une autre, au moins. Je supprime vite cette idée de mes pensées. Je n'ai même pas envie d'imaginer ce qu'il a pu faire, à se promener dans tout les districts de Panem. Je ne me fâcherai pas aujourd'hui.  En quelques mouvements, je m'habille, encore humide. Il doit avoir fait de ses... Derrière moi, quelques pas. Il est là; Mon esprit s’éclaircit.  Tu sais que, le chocolat, c'était une blague, hein? Je me retourne, attrapant un de ses pantalons qui traînait là, tel un cadavre oublié. Kingsley me prenait déjà pour sa femme de ménage. Bel effort, tout de même. Je souris, je ne sais faire que ça, à présent. Merci. Je lui donne son bas; je ne le lance même pas. Je suis douce, d'un coup; Comme si  un an de ma vie c'était effacé. La princesse du deux est de retour, l'espace d'un instant, ses blessures de guerre sont effacées.

finally, you and me, are the lucky ones this time ❞
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Vide
MessageSujet: Re: ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )   ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Icon_minitimeSam 3 Aoû - 14:53


Je plonge mon index dans le petit récipient, appréciant le contact chaud et doux du chocolat. Riche sucrerie que je n'aurais pu me procurer dans mon district d'origine. Glissant doucement mon doigt à l'intérieur de ma bouche, j'hésite un instant à nettoyer le bol avec ma langue. Non, Lux, pas aujourd'hui. Aucune erreur ne sera tolérée en ce jour. Je repose l'objet à regret et commence à retirer mes vêtements un à un. Dans le miroir de la chambre de Lyme j'aperçois mon reflet et frissonne. Ma peau est pâle sous cette lumière grise, mon visage maladif. Plusieurs cicatrices laissent leurs marques sur mon torses, vaguement bleutées. Ma carrure seule permet à mon corps de relever tout ça. Ces années à me battre, à lutter contre la vie se reflètent sur mon épiderme, comme ancrées en moi. Mon pantalon de toile tombe à mes pieds, bientôt suivit de mon caleçon. Nu. Complètement nu. Je reste ainsi, debout, me dévisageant moi même. Ces ampoules blanches sont vraiment à chier, je le répète, m'adressant presque au zombie en face de moi. Sans même prendre la peine de me rhabiller j'emprunte les escaliers en direction de la cuisine. Papa et maman Skenandore étant absents aujourd'hui, j'ai la maison pour moi tout seul. Pour bébé Skenandore et moi, pardon.
Les bougies ne sont pas difficiles à trouver et quelques minutes plus tard je suis de retour en haut, les installant à divers endroits de la pièce. Et la lumière fut. C'est tamisé, presque romantique. Bien plus doux que la blancheur des anciennes lampes. Comment pouvait-elle les supporter ? Une fois allumées elle rendait la chambre aussi hospitalière que la salle d'attente d'hôpital. À part pour satisfaire les fantasmes pervers d'infirmières de l'un de ces anciens amis, je ne voyais pas. Les flammes vacillent, incertaines. Ça me plaît bien. Les lueurs dorées se reflètent sur les murs et sur les draps. J'attrape alors le bol rempli de chocolat fondu encore tiède et commence à tracer des lettres sur mon torse. Veux tu m'épouser ? Trois mots tant attendus. La vraie histoire, celle qu'on pourrait un jour raconter à nos gamins. Pour la première fois de ma vie j'en avais envie. J’oubliais mon nom, mon statut, mon enfance, j'oubliais même les Jeux. Je ponctuais la phrase d'un magnifique point d'interrogation et léchait mon doigt avec plaisir. Le reste de chocolat durcissait lentement au fond du bol et je le raclait du bout de l'ongle. C'était bon putain. Avec un peu de chance Lyme accepterai de venir nettoyer tout ça à coup de langues. Hahah. En parlant de la future madame Skenandore-Kingsley, elle n'allait pas tarder. Veillant à ne pas effacer les mots par maladresse, j'allais me poser sur son lit, de profil avec une main sous la nuque. Les plis des draps s'amoncelaient le long de mes jambes, cachant presque mon sexe. Presque.

Soudain, des bruits retentirent en bas. Une porte s'ouvrit, quelqu'un était rentré. Le gag aurait été que ce soit son père qui rentre dans la pièce. Mais non. La personne qui pousse la porte a de longs cheveux bruns flottant sur ses épaules. Je souris narquoisement alors qu'elle s'arrête à quelques pas du lit. Je la vois intégrer l'information, découvrir la surprise. Du chocolat et des chandelles, comme elle me l'avait demandé. Je n'avais rien oublié. Rien. Le temps s'arrête alors que ses lèvres s'étirent en un sourire. Heureuse, c'est ce qu'elle est. Pas de coups bas cette fois, pas de mensonges. Lorsqu'elle s'approche enfin, un seul mot s'échappe de sa bouche. "Ok". Ses doigts glissent sur mon torse, s'attardant sur le mot m'épouser.  Je l'attrape par la main et l'attire contre moi, tombant sur le dos. Elle se fiche de voir le chocolat maculer ses vêtements. Mes doigts jouent sur ses hanches, menaçant de descendre un peu plus bas. J'ai envie d'elle. De ses lèvres, de son corps. J'ai besoin de sentir sa peau contre la mienne, nos deux corps se tordant au même rythme.




Quelques gouttes d'eau ruisselaient de mes boucles blondes, tombant sur mes épaules. J'aimais la tournure qu'avait pris la situation. Notre première partie de jambe en l'air en temps que fiancés. Mémorable. La serviette enroulée autour de ma taille, j'enfile mon haut. "Hé, Lyme, j'suis content que t'ais pas tenu. Ça m'aurais fait chier de devoir te laisser sur le côté sous prétexte qu'aucun mec n'a officialisé tout ça." je lance, recherchant d'un œil distrait mon pantalon. Tu sais que, le chocolat, c'était une blague, hein? Bel effort, tout de même. Merci. Je tourne la tête, elle me sourit. Mon bas et dans ses mains, et contre toutes attentes, elle me le donne. Donne. Sans violence. Lyme est comme un chat : douce un instant puis mortelle un autre. "Je voulais faire les choses bien. Par contre dans mon idée, c'était pas la douche qui effaçait tout ça. J'suis presque déçu." Narquois, toujours. Un demi-sourire est plaqué sur mes lèvres tandis que je remonte mon pantalon. Elle aussi s'est habillée et le tissus colle à sa peau humide. Je m'approche, ma main trouvant instinctivement sa place sur ses hanches, et dépose un baiser sur son front. "Content que ça t'ai fait plaisir, c'était le but." M'éloignant d'elle, je vais chercher une cigarette dans mon paquet et l'allume. Je me sens bien. Avec une toute autre personne j'aurais considéré mon geste comme une preuve de faiblesse, mais pas avec Lyme. Le jeu était fini, nous étions tout les deux gagnants. La fumée s'échappe de ma bouche. Ô douce nicotine, envahie mes poumons. "On a la maison pour nous ce soir. Je sais pas où sont passés tes parents mais c'est ce qu'ils m'ont dit. Y'a moyen de se faire manger ? J'ai un peu la dalle. Et puis maintenant que tu es ma fiancée ta place est dans la cuisine." Je rigoles, évidemment, et marche dans sa direction. C'est compliqué de se dire qu'il y a un an je quittais Viha. Enfin, Viha me quittait, à vous de choisir. J'ai l'impression que mille ans se sont écoulés entre ces deux moments.


PS : j'aime te piquer tes codes :lit:et j'aime pas me relire What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Vide
MessageSujet: Re: ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )   ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Icon_minitimeLun 9 Sep - 18:04


lucky ones
❝ boy and girl meet by the great design
J'ai dix-sept ans, et dans quelques mois, j'aurais deux anneaux au doigt. D'un coup, ça me parait étrange.  Trop longtemps, cette idée avait eut des airs d'utopie, de rêve si loin de la réalité qu'il ne valait même pas la peine d'être imaginés ou encore, de cauchemar pur et simple, ayant vécu trop de relations horribles, auxquelles je refusais toujours de penser. Pourtant, le métal tiède caressait maintenant mon annulaire gauche, et mon futur mari, soudainement plus doux qu'un agneau venait poser ses mains sur mes hanches délicates. Il m'embrasse sur le front et me parle, alors que je m’envole encore pour d'autres cieux. Jamais je n'aurais pensé qu'il était possible de ressentir tant de chose, des sentiments si légers, dans les districts de Panem; A mes yeux, tout avait toujours été gris, rude et dur. Certes, j'avais parfois eut l'impression d'aimer, de m'emplir de joie après des rencontres plus qu'amicales, mais je réalisais maintenant que ces sentiments passés n'avaient rien d'heureux. Ils n'étaient que violents, enragés, blessants. Je m'étais crue adulte trop vite, les copiant, alors que je n'avais aucune idée de l'impact de mes actions, des sensations qui aurait du y être attachés. Je m'étais exposée trop vite, puis tout aussi rapidement, fermée, cherchant à me protéger de sentiments trop vrais, et de celui qui me les procurait depuis des années. Aujourd'hui, malgré tout, j'étais prête à me laisser aller. Il voulait mon bien, me l'avait confirmé en sortant le grand jeu pour cette demande. Nous étions enfin quelque chose, un truc bien, et j'en étais des plus heureuses. Je voulais être près de lui, comme cela, pour toujours; Sa peau était trop douce, sa voix si calme - Il fini par s’éloigner, tout de même, me brisant un peu. J'avais envie de sentir son touché sur moi des années, mais il préfère la compagnie d'une cigarette.

Je suis jalouse d'un peu de tabac.

Mon futur mari, clope au bec, m'explique vaguement l'absence de mes parents, en se rapprochant de nouveau. Je souris légèrement, sans penser; Je n'y arrive plus, de toute façon. Lux est là, il est beau, et pour la première fois, je peux dire qu'il est vraiment a moi. Ces dernières pensées résonnes partout en moi, et mon sang se met à pulser à un rythme différent, amoureux, vrai. Oubliant l'odeur acre de sa cigarette, je vais me coller à lui, volant de sa chaleur. « Maman voyait de la famille, je pense, et papa doit être au quartier général. Ils choisissent son nouveau coéquipier aujourd'hui. » Mon nez contre son cou, j'inspire de son parfum – il me fait fondre comme une glace en plein soleil. « Je serais prête à parier que le nouveau recruteur va être beau, fort, et a moi. Faut bien que tu gagnes un truc, à m'épouser comme ça. » Du bout des doigts, j’attaque son torse, souriante, avant de passer à son dernier sujet, monsieur vouant un sandwich et une femme bien à l'ordre. Je lève le regard pour ne voir que lui, sous un angle différent, même pas frustrée, alors que l'adolescente que j'étais lui aurait griffé le visage il y a quelques mois. « tu sais que j'ai faillit y aller l'espace d'une seconde? » Je dis, supprimant un rire. C'est vrai, j'ai faillit, moi, Lyme-Neska Skenandore, me bouger le cul pour Lux Kingsley, sans un s'il-vous-plait ni autre politesse; Comme quoi je changeais, je devenais plus adulte, et bizarrement maternelle - « puis je me suis dit que... une femme doit faire chier son homme, sinon, bah ça sert à rien. » – mais pas trop, comme je ne devais pas dépayser mon homme. J'allais être une femme-princesse, et ça, Lux devait en être conscient depuis longtemps.

Ne sachant pas trop quoi faire – autre que rester là, collé à lui, pendant des jours – je pose mon regard sur mon anneau doré, une fois de plus. Il m’obsède, et vaux tant déjà à mes yeux, alors qu'il y a peu de temps, je le voyais comme une grosse blague. C'est la seule chose à quoi je pense, lorsque Lux ne hante pas mon esprit. La date, la robe, les invités - Qui sera assit où, lors de la réception. Mon cœur bondit à ces idées. « Tu crois qu'on devrait inviter toutes tes exs au mariage? J'aimerais bien voir leurs têtes. » Je dis, sans vraiment le penser – Je veux seulement parler de cet événement heureux, encore et encore, pour le rendre plus réel, plus près de nous qu'il ne l'est déjà. Bientôt tous saurons que cet homme est a moi pour toujours, et nous aurons enfin le droit d'être heureux, de recommencer tout à zéro, en nous mettant à croire, nous aussi, à cette grande mascarade que tous avaient avalé sans poser de questions. On ne parlerait plus de cette Viha. Mes anciens amis seraient envoyés aux oubliettes pour de bon. Lux aurait enfin la famille dont il avait toujours rêvé; J'allais avoir l'homme que j'avais toujours voulu. Plus personne n'aurait mal, sauf peut-être nos victimes anonymes, qui se faisaient de plus en plus rares, depuis le printemps. Mon mari et moi allions vivre un mensonge parfait, et ça ne m'effrayait même pas, au contraire; J'avais hâte de vivre cette fausse vie, avec lui. « Le prochain, on le garde hein? » Je demandai, voulant sourire mais n'osant pas trop, attendant sa réaction, sachant qu'un évènement du genre pouvait bien vite se pointer.
finally, you and me, are the lucky ones this time ❞


Dernière édition par Lyme-Neska Skenandore le Lun 9 Sep - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caesar Flickerman
MAITRE DU JEU
Caesar Flickerman
△ correspondances : 2122
△ points : 472
△ à Panem depuis le : 20/04/2011
△ humeur : joueuse
△ âge du personnage : cinquante-quatre ans
△ occupation : interviewer et personnalité préférée des capitoliens



▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Vide
MessageSujet: Re: ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )   ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Icon_minitimeLun 9 Sep - 18:04

Le membre 'Lyme-Neska Skenandore' a effectué l'action suivante : ~ lancer de dés

'dé enceinte' : 3
Revenir en haut Aller en bas
http://mockingjay.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé



▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Vide
MessageSujet: Re: ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )   ▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. ) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

▲ LYMUX - ( sweet like vanilla. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 3 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.