petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.
Le deal à ne pas rater :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros d’achat
Voir le deal

Partagez | 
 

 J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gemma K. Mubstin
DISTRICT 6
Gemma K. Mubstin
△ correspondances : 4141
△ points : 0
△ multicomptes : Ø
△ à Panem depuis le : 16/04/2012
△ humeur : Floue.
△ âge du personnage : Vingt-et-un
△ occupation : Danseuse.


can you save me?
statut: as free as the wind
relationships:


J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeLun 23 Juil - 23:19


© Avalon/furiedheart


Un nuage blanc s'approche. Brillant, velouté, il l'appelle. L'hypnotise. La matière duveteuse est bientôt à portée de main, et elle ne peut s'empêcher de passer ses doigts dedans. Une seconde, puis deux. Elle tire son bras vers l'arrière mais le nuage la retient. Quelque chose, là, contre sa paume. Froid comme du métal. Froid comme un couteau. Elle n'a pas le temps de crier que la lame lui entaille la main. Un dizaine d'autre coups lui succèdent. Ses doigts, son poignet, son bras. Puis son épaule. Son cou. Son ventre. Le nuage l'avale tout entière. Elle ne peut plus rien faire. Elle est prise au piège, immobile. Les lames continuent leur travail. Aucune parcelle de peau n'est laissée intacte. Elle n'est plus que souffrance. Elle n'est plus rien.

Gemma ouvrit brusquement les yeux. Du noir, partout. Elle soupira de soulagement. Étrangement, l'obscurité la rassurait. Le blanc lui rappelait son cauchemar et l'attaque qu'elle avait essuyée la veille. Plus jamais elle ne voulait revoir ces oiseaux de malheur.

Elle n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé depuis la veille au soir. Après sa pause lors du blizzard, elle avait repris sa route vers le Nord-Est, espérant atteindre la forêt tout en se rapprochant du lac. Qui savait quels dangers les montagnes pouvaient receler ? Elle préférait ne pas prendre de risques, et rester à proximité des quelques zones de l'arène qu'elle connaissait. Même si cela signifiait également de potentielles rencontres avec d'autres tributs. Ils se trouvaient dans l'Arène des soixante-seizièmes Hunger Games. Quoiqu'elle choisisse, elle n'était à l'abri d'aucune surprise.

Gemma leva les yeux vers le ciel à la recherche d'un soleil qui n'existait pas. Une heure pouvait s'être écoulée, ou bien dix, elle n'avait aucun moyen de le savoir. Peu importait au final. Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne devait pas rester ici. Les tributs dormaient encore, ou bien étaient-ils déjà en train de s'affairer. Dans les deux cas il n'était pas bon de rester immobile. Ainsi, elle s'extirpa rapidement de sa couverture de survie et la replia avant de la fourrer à l'intérieur de sa doudoune. Une fois debout et dépourvue de protection, le froid la frappa de plein fouet. Il lui fallait repartir maintenant avant de finir totalement congelée. Elle rabattit sa capuche et passa ses lunettes de vision nocturne, vérifia qu'elle n'oubliait rien et ne laissait aucune trace derrière elle, puis quitta sa piètre cachette au pied d'une falaise. Les premières minutes, elle put pleinement apprécier l'utilité de ses verres spéciaux. Malgré l'obscurité dans laquelle l'arène était plongée, elle y voyait presque comme en plein jour. Ce constat lui donnait confiance en elle. Malgré ses grandes lacunes en matière de combat, si elle pouvait approcher ses ennemis sans qu'ils ne la voient, alors elle pourrait peut-être sortir de ces Jeux en vie.
Peu à peu, son enthousiasme se tarit à mesure que son corps montrait des signes de faiblesses. La descente vers le lac fatiguait ses jambes et Gemma ne pensa bientôt plus à rien si ce n'est à la nourriture qui l'attendait dans la forêt. Cela ferait bientôt une journée qu'elle n'avait rien avalé ni bu. Elle avait pourtant tenté la veille de manger de la neige mais le résultat n'avait pas été concluant, cela n'avait que très peu étanché sa soif et les maux de ventre qui avaient suivi ne lui donnaient que très peu envie de recommencer.
Des plantes comestibles et un peu d'eau, voilà les seules choses dont elle rêvait pour le moment.

Elle aperçut bientôt les premiers arbres, marquant la frontière entre les deux zones de l'arène. Après tout ce temps perdu dans ces montagnes caillouteuses, Gemma atteignait enfin son but. Elle dut se retenir pour ne pas courir sous le couvert des arbres. Habituellement, les Juges profitaient qu'un tribut soit en confiance pour le mettre dans une situation périlleuse. Et à bien y penser, si l'on oubliait l'attaque des harfangs, Gemma n'avait quasiment rencontré aucun danger au cours de sa marche. Elle avait un mauvais pressentiment. Néanmoins, elle ne pouvait se permettre de rester indécise, ou les Juges serait véritablement dans l'obligation d'intervenir pour forcer sa décision. Jetant un regard en arrière, elle s'avança prudemment vers la forêt.

La végétation n'était pas aussi dense que ce qu'elle s'attendait à trouver mais ce n'était qu'un début. Peut-être qu'en s'enfonçant davantage, elle trouverait de nouvelles espèces. Certaines seraient forcément comestibles. Entre la banquise, le lac, et les montagnes, l'arène ne fournissait pour l'instant aucune nourriture. On devait obligatoirement pouvoir en trouver par ici.
Forte de ses convictions, Gemma progressait lentement, concentrant son attention sur les plantes qui l'entouraient dans l'espoir d'en reconnaître certaines.

Elle étudiait l'écorce d'un arbre quand elle entendit le premier craquement. Son cœur fit un bon dans sa poitrine. On venait de la repérer.
Sans réfléchir aux conséquences de son geste, elle prit la fuite immédiatement. Ses lunettes lui permettaient de courir malgré le manque de luminosité. Son adversaire, lui, serait surement gêné par l'irrégularité du terrain et les branchages invisibles qui barraient sa route. A moins qu'il ne possède lui aussi ces lunettes si précieuses. Gemma préféra ne pas y penser et continua à courir.
Cependant, elle avait beau ne pas ralentir, elle entendait toujours des bruits derrière elle. Une mutation ? Un autre tribut ? Elle commençait à paniquer quand elle réalisa que la luminosité augmentait. Le soleil allait peut-être faire son apparition, finalement. Ce qui n'était pas forcément une bonne chose. Si le jour pointait le bout de son nez, elle perdrait son seul avantage...
Avant d'avoir pu aller au bout de sa réflexion, Gemma réalisa qu'elle se trompait sur toute la ligne. Il ne faisait pas jour, non. Elle venait seulement d'atteindre la lisière de la forêt.
Et si elle ne voulait pas servir de cible aux carrières toujours situés près de la Corne, elle ne pouvait plus avancer.
La course était terminée. Elle était prise au piège.


Gemma ❖ You can't forget but you can move on
 


To know more about my life...*

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité



J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeMar 24 Juil - 21:55

L'état mental d'Iugo m'inquiétait sérieusement. Je ne le connaissais, certes pas, mais je pouvais bien affirmer qu'il n'était plus lui même. Il m'avait brièvement raconté la scène, l'histoire avec la petite tribut du sept. J'avais beau essayé de lui faire comprendre qu'elle allait mourir de toutes manières, il restait terriblement dévasté. Aucunes de mes paroles n'avaient sû le soulager de sa peine. Maintenant, il était seul au camp. Je ne savais pas si il dormait encore ou si il faisait mumuse, ou même si il était reparti. Moi, j'avais quitté notre camp de fortune assez tôt, après une petite nuit de sommeil qui ne m'avait pas vraiment redonné l'énergie que j'avais dépensé lors du premier jour. Je serais bien restée là-bas, à dormir un peu plus, mais mon estomac criait famine. Et si je ne me trouvais rien à me mettre sous la dent, j'allais probablement mourir. Et je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ce serait vraiment bête de mourir de faim alors que l'arène abrite 19 tributs qui ne rêvent que de me tuer. C'était stupide de penser ça, mais je préférais mourir assassinée, plutôt que mourir de faim.

Malheureusement, mes dons en chasse étaient minimes, si bien que depuis que j'étais parti, mon poignard n'avait touché aucun animal. Marchant sans savoir où aller, prenant le risque de me perdre sans même le savoir, je rageais et commençais à perdre patience. Mes deux armes dans les mains, je remarquais le changement de paysage progressivement, et compris que je quittais les montagnes vers la forêt. Mon dieu, depuis combien de temps marchais-je? Plutôt contente, persuadée que cette forêt abritait plus d'animal que les montagnes, je continuais mon chemin, quand un bruit me parvint aux oreilles. Me stoppant net, je cessais d'émettre le moindre son, pour localiser celui que je venais d'entendre. Animal, tribut ? Je n'en savais rien. Tournant la tête, j'entendis une tribut se mettre à courir. Ni une ni deux, je me mis à courir à mon tour, la poursuivant, bien décidée à l'avoir. Avec un peu de chance, elle avait de la nourriture. J’espérais qu’elle en avait, comme ça, je ne rentrerais pas les mains vides.

Cette petite course poursuite continua jusqu'à la lisière de la forêt, près du lac semi-gelé où se situait le corne. Voyant le tribut s'arrêter, je compris qu'elle ne souhaitait pas continuer, de peur de croiser les carrière qui faisait planque à la Corne. Désormais derrière elle, je me mis à ricaner en brandissant mon poignard. « Dis-moi, t'aurais pas quelque chose à manger par hasard ? » demandais-je, la voix confiante, bien qu'un peu essoufflée. Je ne savais pas qui elle était, je ne savais même plus de quel district elle venait, tout ce que je me souvenais, c'était de son attitude pro-capitole lors de l'interview. Quelle bonne surprise ! Cessant de ricaner, je m'approchais d'elle le pas lent et menaçant, le manche de mon poignard presque incrusté dans ma paume. « Bah alors, on a perdue sa langue ? Il me semblait pourtant que tu l'avais bien pendue pendant l'interview. » Mon attitude me dégouttait moi-même. Mais c'était le seul moyen que j'avais trouvé pour ne pas me laisser déborder par les émotions. Mon dieu, je me sentais affreusement mal. Doucement, je continuais de m'approcher, et lorsque je fus à quelques mètres d'elle, je la jaugea d'un regard menaçant, remarquant qu'elle ne semblait pas avoir d'armes. Sans même essayer d'en savoir d'avantage, je chargeais.
Revenir en haut Aller en bas
Gemma K. Mubstin
DISTRICT 6
Gemma K. Mubstin
△ correspondances : 4141
△ points : 0
△ multicomptes : Ø
△ à Panem depuis le : 16/04/2012
△ humeur : Floue.
△ âge du personnage : Vingt-et-un
△ occupation : Danseuse.


can you save me?
statut: as free as the wind
relationships:


J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeMer 25 Juil - 22:37


© Avalon/furiedheart


Un regard à droite. Un regard à gauche. Peut-être pouvait-elle se remettre à courir parallèlement au lac. Cela surprendrait son adversaire qui la croyait surement au pied du mur, vulnérable. Ce qu'elle était. Non. Elle ne devait pas penser de cette façon. Il y avait une solution, une échappatoire. Il le fallait. Ce n'était pas parce que la situation lui était défavorable maintenant qu'elle le resterait infiniment. Elle essayait de s'en convaincre mais ce n'était pas chose aisée. Puisque cela ne lui laissait qu'une possibilité : se battre. Cette simple idée suffisait à la faire trembler. Elle n'était pas prête.

Luttant contre la panique, Gemma se retourna lentement pour jauger le tribut qui l'avait suivie. Un hoquet de surprise s'échappa de ses lèvres lorsqu'elle reconnut la fille du douze. Contrairement à celui de la blondasse, son nom lui revint immédiatement. Frenchie. Ce n'était pas un hasard. Certains tributs se distinguaient du lot, de par un comportement particulier ou un talent notable. Dans le cas de Frenchie, les deux entraient en ligne de compte. Son onze à l'entrainement la décrétait comme la favorite de cette édition. Malgré cela, elle avait conservé une attitude des plus banales. Quels secrets cachait-elle ? Peut-être ce combat fournirait-il une réponse à cette question. Mais à quel prix...

Gemma ne parvenait pas à rester concentrée sur la situation, sur le danger mortel qu'elle courait en ce moment-même. Les yeux fixés sur la lame que Frenchie brandissait de plus en plus haut, elle perdait pied. « Dis-moi, t'aurais pas quelque chose à manger par hasard ? » La voix de son adversaire la prit au dépourvu. Elle s'attendait à recevoir un coup fatal, inévitable, et voilà que l'autre fille entamait une conversation ? Soudain, Gemma prit conscience de l'absurdité de son comportement. Elle était partie pour résister le plus longtemps possible, le temps de trouver une porte de sortie, et voilà qu'elle baissait les yeux à la première difficulté. Il lui fallait rester digne. Puiser dans son courage, si tant est qu'elle en possédait déjà. Elle ne se faisait pas d'illusions, jamais elle ne pourrait tuer ou même blesser Frenchie dans ces circonstances. Mais résister et attendre, elle pouvait y arriver, non ?
Le temps de réfléchir à une réponse, la tribut du douze avait déjà repris la parole. « Bah alors, on a perdue sa langue ? Il me semblait pourtant que tu l'avais bien pendue pendant l'interview. » Han. Ainsi, ce qu'elle avait dit face à Caesar ne lui avait pas plu ? Quelle surprise. Gemma n'était pas naïve, elle avait su dès le départ que son discours ne serait pas apprécié par tous. Si Frenchie pensait la déstabiliser ainsi, c'était raté. On se moquait d'elle depuis tant d'années que les méchancetés de ce genre ne la touchaient plus. Si seulement elle savait manier le sarcasme... Malheureusement, aucune pique efficace ne lui venait en tête.

Elle n'eut cependant guère le temps de ruminer sa frustration, car Frenchie venait de prendre les devants et se dirigeait à présent droit vers elle, son poignard brandit au-dessus de sa tête.
Gemma recommença à paniquer. Que devait-elle faire ? Si elle restait là à ne rien faire, elle mourrait. Peut-être aurait-elle pu tenter une contre-attaque si elle avait eu une arme en sa possession. Et si elle savait comment faire, aussi. En l'état, elle ne pouvait qu'esquiver. Mais il lui fallait attendre le dernier moment, sinon il suffirait à son adversaire de dévier sa trajectoire.
Gemma observa donc Frenchie foncer vers elle. Son appréhension gonflait de seconde en seconde, et elle ne put bientôt plus contenir sa peur. La fille du douze se trouvait encore à trois bons mètres quand Gemma, n'y tenant plus, s'écarta sur le côté. La lame lui effleura l'épaule. Sentant venir une seconde attaque, elle se baissa et se décala de nouveau. Cette tactique ne fonctionnerait pas éternellement, elle le savait ; son adversaire était bien plus douée qu'elle. Malheureusement, alors que celle-ci continuait ses assauts, Gemma n'avait d'autre solution que de reculer, esquiver, toujours. Parfois, cela ne suffisait pas, et le poignard entrait en contact avec sa doudoune. La protection que celle-ci offrait avait beau être toute relative, elle était celle qui la tenait en vie pour le moment.
Néanmoins, ce qui devait arriver arriva, et le pied de Gemma glissa sur une racine. Elle chuta sur les fesses et le temps qu'elle se redresse pour la regarder dans les yeux, Frenchie était déjà au-dessus d'elle. Elle voulut supplier, faire appel à la pitié de la jeune tribut, mais sa dignité l'en empêchait. Rester forte, jusqu'au bout. Telle était l'attitude à adopter. Le Capitole n'aimait pas les jérémiades. Elle devait lui faire honneur.


Spoiler:
 


Gemma ❖ You can't forget but you can move on
 


To know more about my life...*

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité



J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeLun 30 Juil - 15:45

Je ne savais pas vraiment ce que je faisais. C'était comme si mon corps était possédé par un quelconque esprit tueur qui se faisait plaisir à se jeter sur tous les autres tribut que je pouvais croiser. Je n'aimais pas ça. Ce n'était pas moi, ca ne me ressemblait pas, et j'en avais presque honte. Le fille du 6 que je venais d'attaquer devait me prendre pour une folle dingue, un monstre qui n'aurait aucun scrupule à lui ôter la vie, mais c'était tout le contraire. Je n'étais pas une folle dingue, je n'étais pas un monstre, et j'aurais des scrupules à la tuer, et je m'en voudrais si cela arriverait. Je le regretterais amèrement, mais continuerais d’avancer, car c'est comme ça que ca doit se passer. Car c'est la dure loi des jeux. Car ce démon qui m'habite depuis la fin du compte à rebours n'est autre que mon instinct de survie.

J'avais donc foncé vers cette Gemma, en brandissant mon poignard. Un coup. Deux coups. Plusieurs coups qui n’atteignirent jamais mon adversaire, qui se contentaient de parfois rayer sa belle doudoune. L'avais-je sous-estimé ou étais-ce moi qui, à cause de la fatigue, avait perdue en précision ? Peu importait. Le plus important était que j'allais pouvoir en terminer. Cette pauvre femme venait de trébucher sur une branche. Et sans la moindre hésitation, je m'étais jetée sur elle, faisant en sorte de la tenir contre le sol enneigé. Elle me faisait de la peine. Elle allait mourir bêtement. Elle aurait pû s'en sortir si seulement cette racine n'avait pas été là. Je sentais mon cœur battre, et je me demandais comment elle devait se sentir, en me voyant brandir mon couteau, en le voyant se rapprocher de son corps. Je ne pouvais pas le savoir, tellement son visage était dénudé de toutes émotions. J'aimerais avoir cette même capacité, faire en sorte que personne ne sache ce que je pense, cacher mes émotions. J'essayais parfois, mais ce n'était jamais très concluant. Même en cet instant, je ne réussissais pas à cacher ma peur, ma colère ou même mon dégoût à l'idée de devoir la tuer. J'étais sur elle, mon poignard en l'air. Mon bras s'abaissait doucement, et se planta dans sa doudoune, à l'endroit de son cœur. Je m'attendais à un cri, à quelque chose qui prouverait sa douleur, mais rien. Juste une petite grimace. La doudoune trop épaisse, mon arme l'avait à peine traversée. « Merde ! » Je lâchais un grognement avant de serrer les dents. Gemma en profita pour me pousser sur le côté. J'avais l'impression de revivre ma confrontation avec Loa-Skann, l'action était pratiquement la même, et ca m'agaçait, car il avait réussi à s'en sortir. Me relevant d'un bond, je cherchais à droite et à gauche la silhouette de mon adversaire, mais ne vis personne. Au lieu de ça, une douleur naissant à l'arrière de mon crâne, provoquée par un coup violent qui me fit tomber dans la neige. Derrière moi, Gemma venait de me frapper, avec un vulgaire bâton de vois.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gemma K. Mubstin
DISTRICT 6
Gemma K. Mubstin
△ correspondances : 4141
△ points : 0
△ multicomptes : Ø
△ à Panem depuis le : 16/04/2012
△ humeur : Floue.
△ âge du personnage : Vingt-et-un
△ occupation : Danseuse.


can you save me?
statut: as free as the wind
relationships:


J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeVen 3 Aoû - 21:05


© Avalon/furiedheart


La lame se rapprochait inexorablement. Gemma avait beau la fixer de son regard le plus dur, rien n'y faisait. L'arme progressait toujours à la même vitesse vers son cœur, son pauvre et innocent cœur. Allait-elle mourir ainsi ? Par cette main molle mais cruelle ? Oui, cruelle, on ne pouvait qualifier autrement une personne qui prenait ainsi son temps pour donner la mort. Gemma était coincée, elle le savait. Depuis que Frenchie l'avait plaquée au sol, elle essayait par tous les moyens de trouver une faille dans sa défense, un appui mal encré, n'importe quoi qui lui permettrait de se défaire de cette étreinte. Le tout le plus discrètement possible. Elle ne devait pas se débattre. C'était quelque chose qu'elle avait retenu de sa précédente confrontation avec un tribut, la blondasse. Bouger dans tous les sens alors que l'on se sait prisonnière n'améliore en rien sa situation, au contraire, cela encourage son adversaire à une plus grande méfiance. Il lui fallait d'abord réfléchir. Profiter de ce répit avant le coup fatal pour trouver l'échappatoire qu'elle recherchait avec tant d'ardeur depuis le début de leur échange. Car non, elle n'avait pas perdu espoir. Elle se refusait à renoncer à la seule chose qui l'empêchait de sombrer dans la panique. Solution. Sortie. Fuite. Elle ne devait pas perdre le Nord. Elle pouvait s'en sortir.

Pourtant, le temps s'écoulait, et aucun miracle ne se profilait à l'horizon. La prise de Frenchie était toujours aussi forte et son poignard, de plus en plus proche. Gemma n'avait pas le courage de baisser le menton au moment où la lame sortit de son champ de vision. Ses yeux se levèrent d'eux même vers ceux de son ennemie. Elle n'était pas courageuse, elle n'était pas forte, aucune réplique cinglante ne lui venait à l'esprit. La seule chose qu'elle pouvait faire était de fixer les yeux de celle qui mettrait bientôt fin à ses jours. Accrocher son regard et ne plus le lâcher. Peut-être la déconcentrerait-elle ? Gemma accompagnait ce souhait de prières inaudibles. Elle ne voulait pas mourir, c'était là son vœu le plus cher. Mais cela dépassait ça. Elle ne pouvait pas mourir. Tout simplement. C'était impossible. La mort était une issue inenvisageable. Elle en prenait conscience maintenant. Dans d'autres circonstances, elle aurait craqué, crié, hurlé, frappé de toutes ses forces sur le sol. Mais elle avait choisi de rester maitresse d'elle-même. En perdant le contrôle, elle signerait son acte de décès. Alors qu'il restait une chance pour qu'en restant impassible, elle s'en sorte. Une maigre chance, certes. Mais une chance quand même.

La lame entra finalement en contact avec sa doudoune. La respiration de Gemma se fit plus saccadée, ses lèvres commencèrent à trembler. Elle ne pouvait rien faire pour empêcher son corps de réagir ainsi. Alors elle se concentrait sur son regard. Lui, au moins, ne devait pas flancher.
Son cœur battait de plus en plus vite et Gemma craignait qu'il ne vienne de lui-même s'offrir au poignard tant il semblait à deux doigts de déchirer sa poitrine.

Puis, brusquement, la situation se renversa. Sans qu'elle n'en comprenne véritablement la raison, l'arme était incapable d'atteindre son cœur. « Merde ! » s'exclama Frenchie. Gemma ne réalisait pas. Elle ne comprenait pas Frenchie. Pourquoi avoir donné tant de lenteur à son geste si elle ne parvenait pas, au final, à franchir ses vêtements ? Et surtout, au lieu de jurer, pourquoi ne réitérait-elle pas son coup plus rapidement pour l'achever ? Néanmoins, elle avait beau ne pas comprendre les réactions de l'autre tribut, une lumière s'était allumée dans son esprit. Son instinct lui criait que c'était l'instant qu'elle avait tant attendu. L'occasion de se sauver.

Son corps réagit tout seul. Gemma parvint à repousser Frenchie sur le côté, profitant de son moment d'absence. Une seconde désorientée par le couvert des arbres qu'elle apercevait désormais au-dessus, Gemma se releva cependant rapidement et courut vers l'arbre le plus proche. Elle ne disposait pas de beaucoup de temps avant que Frenchie ne se mette à la chercher et à l'attaquer. Il lui fallait de nouveau chercher une solution. Mais cette fois, alors que la mort quittait ses principales préoccupations, de nombreuses idées affluaient vers son esprit. La plupart étaient stupides ou irréalisables mais il était soulageant d'avoir le choix, de ne pas dépendre d'un miracle. Alors Gemma n'eut pas à s'interroger trop longtemps et se baissa pour ramasser quelque chose au pied du tronc près duquel elle se tenait. Une branche. Ni trop fragile, ni trop lourde, elle pourrait remplacer les armes qu'elle n'avait pas. A condition de s'en servir au bon moment. Elle ne savait pas manier le bâton, s'engager dans un combat comportait trop de risques. Elle allait devoir user de l'effet de surprise.

Heureusement, Frenchie ne la voyait pas, pas encore.
Sa cachette n'était pas assez bonne, elle devait agir. C'était maintenant ou jamais.
Gemma fit un pas sur le côté puis se dirigea vers son adversaire. Avant que celle-ci n'ait pu reconnaître le bruit de ses pas, elle brandit son arme improvisée puis l'abattit sur le crâne de la fille du douze. En la voyant s'effondrer au sol, Gemma ne put retenir un large sourire. Se savoir capable de blesser la détentrice du plus haut score aux entrainements provoquait en elle une fierté intense. « La neige est bonne ? » s'entendit-elle dire, portée par la satisfaction.
Elle craignait néanmoins que Frenchie ne se relève, et s'approcha d'elle pour lui porter un second coup.


Gemma ❖ You can't forget but you can move on
 


To know more about my life...*

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité



J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeDim 5 Aoû - 16:11

Je faisais n'importe quoi. Tout comme je faisais n'importe quoi depuis le début de ces jeux. Je ne réfléchissais pas assez, me contentant de foncer tête baissée en priant pour que rien ne m'arrive. Je me croyais forte, mais il n'en était rien. Je n'étais pas forte. J'avais plusieurs essayé de tuer, mais plusieurs fois mes victimes s'étaient échappées avant. Hier, c'était Loa-Skann et Glamoria que j'avais raté, et aujourd'hui, c'était Gemma qui s'échapperait sûrement, vu comme c'était parti. Mais si seulement il n'y avait que ça. L'ironie était à son comble, tellement qu'elle m'en donnerait presque envie de tuer. Les autres s'en sortent toujours lorsque j'essaye de leur ôter la vie, mais j'échoue quand je souhaite en sauver une. Denahi. Son visage suffoquant dans l'eau glacée me hantait depuis que le coup de canon annonçant sa mort avait ressenti. Denahi. Que j'avais essayé de sauver en vain. L'inverse se produisait à chaque fois que je souhaitais quelque chose. Et je souhaitais vivre … combien de temps encore ?

Là, face contre terre, j'avais l'impression qu'un compte à rebours flottait au dessus de ma tête. Le seul problème avec ce compte à rebours, c'était qu'il n'indiquait rien. Juste les 'tics tacs' insupportables. Combien de temps me restait-il avait de mourir ? Les secondes passaient à mesure que le sang coulait le long de ma chevelure. Cette Gemma ne m'avait pas raté. Mon corps tremblait. J'étais à bout de force. Ce n'était que le deuxième jours, mais je n'en pouvais déjà plus. Participer à ces jeux était la chose la plus traumatisante que je ne ferais jamais. En une journée, j'avais vu des choses que je ne pensais pas pouvoir exister. Des choses cruelles. Des choses que même avec toute la bonne volontés du monde, je ne pourrais oublier.

« La neige est bonne ? » Son ton … il ne me plaisait pas. Et il n'y avait pas mieux pour me mettre en colère que la provocation. Elle m'avait fait mal, et il était hors-de-question que je la laisse s'en tirer comme ça. Contrôlant mes tremblements, je serrais le manche de mon poignard comme si il s'agissait de ma pauvre vie, après tout, c'était elle qui était en jeu non ? Serrant la mâchoire, je me retournais avec vivacité. Ne laissant pas le temps à Gemma d'analyser mon mouvement, je saisis sa branche avec ma main libre et la tirais vers moi. Je vis le corps de Gemma se rapprocher de moi dans une chute qu'elle même ne pourrait contrôler. Mais ce n'est pas sur moi que cette dernière tomberais. Oh non. Mais plutôt sur mon poignard. Si je n'avais pas assez de force pour le lui planter, c'est elle qui irait se planter tout de seule. Plaçant ce dernier juste au dessus de mon ventre, je l'entendis perforer son blouson qui l'avait protégé de ma première attaque, et le gémissement douloureux qu'elle lâchais par la suite me confirma qu'il avait atteint la peau. Lui adressant un regard haineux, je me redressa doucement sans la quitter des yeux. « Vois par toi-même ! » La mâchoire toujours serrée, je retirais le poignard tâché de son sang et la laissa s'étaler contre le sol. Me relevant, je lâchais un soupir. Elle ne bougeais pas, pourtant, je doutais qu'elle soit morte. Saisissant sa branche, je l’abattais sur le crâne de mon adversaire. Œil pour œil, coups pour coups.
Revenir en haut Aller en bas
Gemma K. Mubstin
DISTRICT 6
Gemma K. Mubstin
△ correspondances : 4141
△ points : 0
△ multicomptes : Ø
△ à Panem depuis le : 16/04/2012
△ humeur : Floue.
△ âge du personnage : Vingt-et-un
△ occupation : Danseuse.


can you save me?
statut: as free as the wind
relationships:


J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitimeDim 12 Aoû - 1:08


© Avalon/furiedheart


C'était ahurissant comme le temps s'écoulait chaotiquement dans ces Jeux. Quand Gemma songeait que cela faisait déjà trois jours qu'elle luttait pour sa survie, cela sonnait étrangement à ses oreilles. Depuis le top départ, tout n'avait été qu'un enchainement de combats. Contre les autres tributs, contre l'arène, contre elle-même. Lorsque l'un d'eux se terminait, il fallait déjà se concentrer sur le suivant. Qui allait soudain l'attaquer par derrière ? Quelle mutation surgirait de derrière un arbre ? Tant de doutes qui habitaient son cerveau jour et nuit et ne lui laissaient aucun répit. Elle ne comptait pas en jours, cette mesure était bien trop lâche, bien trop vide de sens. Elle comptait en secondes, en mètres, en frissons. L'arène prenait peu à peu possession de son esprit en modifiant sa façon de voir, de sentir, de penser. Sa vie ne se résumait plus qu'à cette terre enneigée, inhospitalière. Elle n'arrivait plus à songer à sa vie d'avant. Pas parce qu'elle en était incapable, elle n'en était pas au stade de l'amnésie, mais parce qu'elle n'en voyait pas l'intérêt. Le moindre souvenir lui paraissait futile, inapproprié dans cet environnement. Sa famille n'avait pas sa place ici. C'était comme de réfléchir à des problèmes de maths en se faisant agresser. Décalé et inutile.
Gemma s'était accommodée malgré elle à ce tourbillon de dangers, cette vigilance constante, sans quoi elle serait déjà morte. Pourtant, en cet instant, la fierté l'aveuglait. Elle oubliait qui se trouvait en face d'elle, et tout ce que sa prudence pouvait lui chuchoter. Rien n'avait plus d'importance sinon ce bâton dans sa main et ce qu'elle allait en faire. Elle allait tuer cette fille, cette fille qui avait osé décrocher un douze. Elle allait mettre fin à ses jours et lui faire sentir sa défaite jusqu'à ce que son corps cesse de remuer.

La chute fut rude, aussi bien mentalement que physiquement. Entièrement dévouée à ses projets cruels, elle ne vit rien du mouvement de Frenchie. Même lorsque celle-ci tira sur son arme improvisée, elle n'eut aucune réaction. C'était tellement... inattendu. Elle la croyait assommée, ou blessée gravement. Certainement pas capable d'une riposte. Elle ne prit conscience de son erreur qu'une fois affalée sur Frenchie, le poignard enfoncé dans son ventre. Le temps sembla alors se figer. Plusieurs minutes semblèrent s'écouler, au cours desquelles les images de ce qu'il venait de se passer défilèrent à vitesse grand V, comme si son cerveau cherchait à se faire pardonner son absence en rattrapant son retard. Cet afflux de sensations ne put cependant rien contre la vague de souffrance qui la submergea. Elle songea un instant que pire douleur n'existait pas mais le destin vint rapidement lui démontrer l'inverse quand Frenchie retira brusquement son couteau et se redressa pour la laisser s'affaler à terre. Gemma ne put rien faire. « Vois par toi-même ! » La neige était froide, humide, avec un goût presque métallique. Un examen plus poussé serait néanmoins une perte de temps. Aussi son attention se concentra-t-elle sur sa blessure. La douleur avait beau être forte, et bien qu'elle sente déjà ses vêtements imprégnés de sang, elle n'était pas mortelle. Cela tenait autant de l'espoir que de l'intuition. Elle ne se sentait nullement partir vers une destination inconnue, ni même s'engourdir. Elle avait simplement mal. Mais cela, Frenchie n'avait pas forcément besoin de le savoir.

Après tant de temps gaspillé dans cette lutte, Gemma entrevoyait enfin sa porte de sortie. Le coup qu'elle avait reçu était bien placé, du moins, c'était ce qu'un observateur extérieur devait s'imaginer. Il avait de grandes chances d'être mortel. Mais là encore, impossible de l'affirmer avec certitude. La doudoune empêchait de juger de la profondeur de la plaie, ni même de l'endroit précis où l'arme avait perforé la peau. Seule Gemma savait ce qu'il en était. Et malgré le fait qu'elle soit en vie, elle ne se sentait pas vraiment la force de relancer le combat, même en usant une nouvelle fois de l'effet de surprise. La solution à laquelle elle pensait était nettement plus... reposante. Elle ne bougea pas. Et fit la morte.

Cette stratégie avait beau paraître intéressante sur le papier, en pratique, elle comportait quelques failles. Comme le coup de canon, qu'elle avait totalement oublié. Ses yeux restaient fermés pour entretenir l'illusion et elle ne vit donc pas Frenchie approcher, son bâton en main. Le plus dur, lorsque le coup survint, fut de ne pas laisser éclater sa peine. Elle eut un sursaut malgré tout, et cligna plusieurs fois des paupières. Mais Frenchie pourrait toujours croire à un réflexe moteur, comme pour les quelques larmes qui coulaient le long de ses joues. Sa blessure à la tête ne serait pas non plus trop grave, mais elle lui laisserait une belle bosse, c'était certain. Passées les premières secondes suivant le choc, il lui fut plus facile de rester immobile.
Il ne restait plus qu'à attendre et prier très fort pour que Frenchie se laisse convaincre.


Gemma ❖ You can't forget but you can move on
 


To know more about my life...*

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Vide
MessageSujet: Re: J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie   J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

J2 ❖ Time to fight – feat. Frenchie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 2 :: 76th HG :: rps avant et pendant les jeux-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.