petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeLun 13 Juin - 21:50

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr_lljnexn48w1qziwtzo1_500

C’était encore une longue journée. Après avoir passé de longues heures dans ce 4X4, allongé ou assise à attendre que le temps passe un peu plus vite, n’ayant que de rares discutions avec mon kidnappeur si je pouvais le nommer ainsi ce dernier n’étant pas des plus bavard en ma présence. C’était parfois si froid et calme que j’en venais presque à me demander ce que je faisais ici, à attendre que le temps passe au lieu de courir de toutes mes forces chez moi retrouver mon père. Il y avait quelques choses de bon en Jared je le savais, j’en été totalement persuadée. Même si cela lui semblait dur parfois il se montrait toujours gentil et il ne m’avait jamais fait de mal. J’avais eu peur pendant un moment de me retrouver avec un monstre qui me torturerait. Mais le palais commençait à me manquer un peu et je demandais comment père aller, si il se demandait ou j’étais. Le connaissant j’étais presque sure que toutes ces troupes étaient à mon secours et qu’il avait engagé tout ce qui étais possible d’avoir pour retrouver sa fille unique. C’était un homme déterminé et le savoir malheur à cause de moi me rendait un peu triste, j’étais coupable de ne pas avoir fait mon possible pour le rejoindre mais quelques choses me retenait ici en dehors de ce garçon qui me donnait envie de reste, il y avait ce besoin de découvrir de comprendre et de voir. Je devais être folle pour risquer ma vie, je n’étais pas dupe je savais qu’un jour ou l’autre, j’allais lui servir me doutant bien qu’il n’avait pas décidé de me capture juste pour le plaisir d’avoir une petite blonde à l’arrière de sa voiture. Du moins cette idée me semblait logique, mais irait-il jusqu’à me condamner à mort ?

A cette pensée je frissonnais, une longue vague de froid parcourut mon corps en quelques secondes à peine, passant dans chaque parcelle lentement. Je ne voulais pas mourir, pas ainsi du moins, pas avant d’avoir connu ce qu’une fille de mon âge devrait peut-être déjà connaitre, l’amour. Cela me semblait très important et je voyais la façon avait laquelle mon père avait regardé maman pendant toutes ces années, je voulais cette chanson de le connaitre à mon tour. Je me revoyais au Capitole, dans mon palace, cacher derrière un mur à écouter mes parents et à les observer, cela semblait presque sorti d’un livre. Mon regard parcourut l’endroit où je me trouvais, une petite crypte, l’endroit été assez sombre et frais à mon gout, assez pour que mes jambes sente le froid à travers mon jeans désormais sale et un peu troué, le genre de vêtements que je n’aurais jamais porté. Etirant mes jambes je tentais de me lever, cela faisait des heures que j’attendais, Jared m’ayant ordonné de ne pas bouger pour notre sécurité. J’étais cachée, à attendre que l’homme qui avait décidé de mon sors revienne, cela sembler idiot non ? Peut-être que je n’étais pas loin de chez moi, je l’ignorais en réalité. Je savais juste que je me trouvais quelques pars dans le douzième district et ceci n’avait rien pour me rassurer. Sortant de ma cachette trop petite, je tirais sur mon corps pour le détendre puis fit quelques pas. Personne, cherchant à l’horizon je ne voyais rien sauf des murs en pierre un peu abîme et je n’avais aucune idée de l’âge de cette crypte. Prenant mon courage à deux mains je tentais de retrouver la sortie.

Par instinct je pris le chemin devant moi marchant le plus discrètement possible, ne souhaitant surtout pas attiré l’attention sur moi et tombé sur je ne sais quel homme étrange. En quelques secondes je vis la lumière du jour à mon plus grand bonheur. D’un geste rapide je me glissais dans le trou de la sortie ayant la chance de ne pas être très épaisse. Eblouie par la lumière du jour il me fallut quelques secondes pour me remettre de ceci. Une fois sorti je commençais à marcher me demandant ou pouvais se trouver Jared, jusqu’à ce que la réponse se présenta devant moi, n’imaginant pas une seconde qu’il s’agissait de son double, Julian « Je ne partais pas, j’avais juste besoin de sortir » je tentais un petit sourire mais quelques choses semblait différent en lui et je n’arrivais pas à savoir quoi … « Jared ? » tentais-je d’une voix plutôt douce.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeJeu 16 Juin - 16:01

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr15

Quitter la Plaque n'a pas été chose facile. Avec tout le boucan que son acolyte avait fait, Julian craignait de se faire pincer par des Pacificateurs qui auraient été attiré par le bruit. Les gens avaient accouru de partout, alarmés par les deux coups de feu qui résonnèrent dans la bâtisse du marché noir. Le point positif étant qu'il avait finalement retrouvé son frère, il ne restait plus qu'à se mettre à l'abri et prévoir leur voyage vers le District treize. Mais il leur avait fallu se faufiler clandestinement parmi la foule, parmi les simples habitants qui se connaissaient tous de vu en définitive. Julian savait que si les yeux d'un agent de la paix se posaient sur son visage, ils étaient fichus. Il a donc fallut qu'ils agissent vite, en toute discrétion et sans attirer l'attention de qui que ce soit. Il y avait aussi ce pauvre marchand qui avait été touché lors de la fusillade importunée. Et connaissant Jared, Julian savait qu'il lui serait difficile de l'écarter de la victime sans qu'il ne puisse lui apporter son aide. Il s'agissait pourtant là d'une bonne diversion; pendant que les gens se concentraient sur le blessé, ils pourront déguerpir en toute sécurité. Et c'est ce qu'ils firent.

Julian ne réalisa pas dans l'immédiat sur le fait que son double était seul à faire des emplettes, sachant qu'il avait une compagne de voyage sous les bras. Mais ce détail l'inquiéta rapidement... Où était-elle ? S'était-elle enfuie lors de leur voyage ? Avait-elle été interpellé par les chiens de garde du Capitole ? Il mettait toute sa confiance en son frère, mais s'il avait échoué cette tâche, toute leur mission était compromise.... Heureusement, ses appréhensions n'étaient nullement fondées. Il semblerait que la jeune prisonnière était saine et sauf, cachée près d'un lac dans une vieille cabane en bois. Il fut soulagé de l'apprendre, mais il s'interrogeait tout de même sur la fidélité de la jeune femme. Croyait-il qu'elle ne tenterait aucun geste pour se libérer de son emprisonnement ? Jared avait trop confiance en les gens, il leur donnait les yeux fermés. Légèrement inquiet, Julian proposa de se rendre sans tarder à cette cabane clandestine afin qu'il constate de ses yeux la présence de la fille de riches. Finalement, son frère lui indiqua le chemin et le pressa s'il le voulait à s'y rendre avant lui, puisqu'il avait quelques autres courses à accomplir avant la tomber de la nuit. Sachant cette fois qu'ils se retrouveraient, Julian acquiesça et suivit les instructions qu'on lui avait divulgué afin de trouver leur planque. Son sens de l'orientation aiguisé lui servit grandement dans cette quête, heureux de constater que leur cachette n'était pas si facile à dénicher si l'on n'avait pas les bonnes directions en main. Ils pourront au moins passer la nuit en toute quiétude.

Roulant à travers les sentiers avec son Jeep, Julian aperçut finalement parmi les arbres une vieille maison défraîchie probablement abandonnée depuis des années. Il arrêta le véhicule à l'abri de tout regard - il faut toujours être prudent même en plein milieu de nul part - et sauta sur le sol terreux. Mais alors qu'il s'approchait de la cabane, une tête blonde en sortie et il la vit ensuite engager une petite marche d'exploration. Alarmé par cette vision, Julian empressa le pas en sa direction, craintif qu'elle ne s'éloigne davantage et qu'elle décide de prendre jambes à son cou pour sauver sa peau. Leurs regards se croisèrent enfin et une lueur incongru apparu dans les prunelles de la demoiselle, comme si elle semblait soulagée de le voir. Il crut qu'elle lit dans ses pensées puisqu'elle insista sur le fait qu'elle ne s'enfuyait pas de leur cachette, mais avait simplement besoin d'air. Sceptique, Julian demeura de marbre alors qu'il atteignait finalement sa hauteur. « Et moi je suis le père Noël ! » déclara-t-il sarcastiquement, légèrement agacé qu'on le prenne pour un demeuré. Il tendit le bras sur le côté, en direction de la cabane, signe qu'il désirait se faire obéir dans les plus brefs délais avant que son autorité se fasse beaucoup plus rude. « Jared n'est pas là pour le moment, donc c'est moi qui fait les règles. Pour commencer, tu vas retourner dans cette crypte et y demeurer sagement. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeVen 17 Juin - 13:12

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr_lljnexn48w1qziwtzo1_500

J’ignorais réellement pourquoi je restais là à attendre que le temps passe alors que je pourrais repartir vivre ma vie tranquille au Capitole dans mon palace, entre mon père et tout ce que je désirais. Dans la crypte je réalisais une chose, le monde est très loin d’être comme je le pense. Je suis une chanceuse, je n’ai aucun courage, je ne suis personne au fond, je suis juste une gamine pourri gâtée qui n’aura jamais à survivre ou à se battre pour quelques choses, simplement à se présenter ou à claquer des doigts. Je me surpris à presque m’en vouloir d’être une sorte d’égoïste alors que des gens lutter pour ne pas mourir. Je me revoyais dans le capitole, ayant toutes sortes de nourriture et de boisson à table, jouissant de la richesse alors que d’autre se nourrissait d’écorce d’arbre ou de plantes. J’étais une privilégier, j’avais dix-sept ans et je savais déjà que les changes que je participe aux Hunger Games étaient plus que mince, bien que j’étais persuadée que je ne passerais pas la première journée. Alors que je regardais autour de moi, je me sentais totalement perdu sans la présence de Jared jamais je n’aurais pu tenir, même si je n’étais pas ennuyante et que je pouvais me passer de nourriture pendant quelques heures, je ne savais pas allumer un feu, ni chasser ou même utiliser une arme. Je savais juste courir plutôt bien même c’était mon seul talent. Et je n’avais pas spécialement de force, j’étais plutôt maigrichonne malgré la nourriture abondante, je n’étais pas très grande au fond je n’étais pas grand-chose.

Mon regard se perdit dans la verdure, je regardais n’ayant aucune idée de l’endroit où je me trouvais. Jamais je n’aurais pu retrouver mon chemin même si je le voulais. Cela faisait désormais plusieurs heures que Jared n’était pas là et étrangement le temps sembler long. Je me surpris à penser à lui, je n’avais pas réellement pensé à tout ça mais je réalisais que je l’aimais bien, il était gentil au fond et je savais qu’il ne me ferait pas de mal même si je n’avais pas de grande idée sur mon avenir. Une chose sur je n’étais pas prête à mourir mais personne ne l’étais du moins je le supposais ; j’étais encore jeune mais certains étaient bien plus jeune que moi. Je soupirais avant de fermer les yeux éblouis par la lumière du soleil. Je fis quelques pas tentant de me repérer mais je ne savais vraiment pas où regarder. Tout sembler se ressemblait et j’avais presque l’impression d’être au centre d’une immense sphère de fleurs et de plante.

Un bruit me fit sursauté, puis je fus rassuré en voyant Jared du moins celui que je prenais pour lui sans le savoir. Je soupirais doucement et le regardais dans les yeux rassurée. Peu à peu mon souffle repris une respiration normale. Mes yeux s’attardèrent dans les siens et il y avait quelques choses de vraiment différent mais je n’arrivais pas encore à savoir quoi. Il parla d’un ton sec et vraiment froid. J’étais prête à déposais ma main sur lui et je senti comme une onde glacial fonçait vers moi emmenant de lui. Jared n’était pas là, mon cerveau ne mit que quelques secondes à s’éclaircir sur la question « Ou est-il ? » un jumeau, je n’en avais jamais croisé réellement avant et c’était incroyable de voir à quel point ils étaient similaire sauf que l’homme devant moi était glacial, sombre et très impoli alors que Jared était un peu plus doux. Je me braquai directement « NON » lançais-je d’un ton ferme et d’un regard soutenue. Je refusais qu’il me parle comme ça « Je ne suis pas votre objet à qui vous parlez comme ça, je suis une personne alors non je ne retourne pas la bas » vu le visage et le regard qu’il me lança il semblait pas satisfait de ma réponse, je restais statique, cachant mes mains derrière mon dos ne voulant pas finir morte en quelques secondes. En réalité une seule chose me vint à l’esprit courir et chercher Jared pour comprendre et pour me sentir de nouveau en sécurité. En quelques secondes je le regardais, prenant mes jambes à mon coup et courant du mieux que je pouvais à travers les arbres et les herbes hautes n’ayant qu’un objectif trouver Jared.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeMar 21 Juin - 16:46

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr15

Malgré leur ressemblance flagrante et déboussolante, Julian et Jared n'avait que le physique de similaire. La même taille, la même musculature, le même visage, la même coiffure et la même couleur de yeux. Mais c'était tout ce qu'ils partageaient en somme. Car même si leurs prunelles arboraient tous les deux ce vert profond, leur différence se manifestait dans leur regard. Jared avait toujours eu cet air d'homme bienveillant, il dégageait beaucoup de confiance et de chaleur, mettant toujours les autres bien à l'aise lorsqu'ils le côtoyaient. Il a toujours eu le coeur sur le main, toujours prêt à aider quiconque en avait de besoin et cette humanité se reflétait au travers de ses iris. Il ne feraient jamais de mal à personne. Toutefois, concernant Julian, celui-ci imposait une toute autre impression sur les gens. Il avait une stature fière et autoritaire parfois, il imposait ses lois et son leadership. Il est loin d'être barbare ou sans coeur, mais il connait ce monde sur le bout de ses doigts et se méfie donc de tous et chacun au premier abord. Avec le temps, il est possible de gagner sa confiance, mais il lui faudra des preuves qu'il peut se fier à ces personnes. Au premier regard, il peut être intimidant, froid et caractériel - ce qui est probablement le cas -, il faut donc davantage de temps à un étranger pour apercevoir la douceur qui se tapit à l'intérieur de lui-même. Sa rage est telle face au Capitole et à ses règles qu'il mit il y a bien longtemps sa pitié derrière lui. Il ne se soucie guère d'offenser ces riches et ces gens superficiels, jamais il ne pourrait s'associer à l'un deux pour mener sa mission à terme. Son but est de ramener la paix à Panem, il ne peut donc se laisser distraire ou berner par la faciliter de manipulation que la dictature leur présente sur un plateau d'argent. De la pure hypocrisie.

Et il n'allait certainement pas mettre des gants blancs avec cette jeune fille simplement parce qu'il en avait la garde ou qu'elle était en quelque sorte leur "monnaie d'échange" avec la capitale. Jared l'avait sûrement flatter dans le sens du poil, il l'avait mis à son aise avec sa gentillesse et sa bonté habituelle, mais il ne fallait pas s'attendre que Julian fasse de même à son égard. Elle ne représentait absolument rien pour lui, il ne ressentait aucune pitié ou remord d'avoir orchestré ce kidnapping et il n'allait certainement pas créer un quelconque attachement avec cette dernière. Plutôt se tirer dans le pied, oui. Et il ne fallait pas le prendre pour un dupe ! Une prisonnière qui sort de sa prison signifiait qu'elle avait des idées de rebellions et qu'elle souhaitait sans aucun doute s'enfuir. Malgré qu'il était sûr et certain qu'elle ne survivrait jamais dans cette forêt. Il avait visité à quelques reprises le District douze et il savait ce qui se cachait entre ces arbres... Des créatures sauvages qui sortaient une fois la nuit tombée ou qui vous attaquaient prématurément simplement parce que vous vous êtes rapprocher un peu trop de leur tanière. Elle n'avait certainement pas l'instinct ou la connaissance pour y faire face. Pas qu'il s'en souciait, mais il avait besoin d'elle.

Sa voix, lorsqu'il se trouva face à la blondinette, se présenta rude et ferme, imposant son autorité sur sa prisonnière. Elle semblait visiblement confuse de la situation, s'attendant probablement à rencontrer ce gentil et si compréhensif Jared, mais elle réalisa rapidement qu'il ne s'agissait pas de lui, Julian le vit dans son regard inquiet. Elle demanda alors où était-il et comme seul réponse, le brunet soupira longuement, sentant sa patience être mise à l'épreuve. Répondre avec une question n'était pas un signe d'obéissance ! Et vint alors la négation. Face à cette témérité, Julian haussa bien haut les sourcils alors que son bras élevé s'abaissait le long de son corps immobile. Non ? Elle était audacieuse ou tout simplement trop stupide pour réaliser ce qu'elle venait de balancer ? Lorsque sa surprise s'estompa, Julian sentit l'agacement monté en lui, serrant durement la mâchoire. Elle était un être humain, certes, mais pour lui, pour leur mission, il ne s'agissait rien d'autre qu'un appât ! Pendant un long moment, leurs yeux demeurèrent ancrés bien profondément, Julian tentant de contrôler son agacement afin de ne pas lui crier après. Mais elle semblait paniquée. Ce qui n'envisageait rien de bon... Sans qu'il ne vit le coup venir, la blondinette tourna subitement les talons et engagea une course effrénée au travers des arbres. Stupéfait, l'homme prit un moment avant d'assimiler la situation et avant de finalement mettre ses jambes en mouvement. Sa prisonnière était en fuite ! Rah, les femmes ! Sans plus tarder, il actionna les muscles de ses jambes et engagea la poursuite. Mais c'est qu'elle pouvait courir vite cette petite ! Elle était déjà presque hors de portée de vu - sans mentionner la végétation qui diminuait considérablement son champ de vision -, mais il poursuivit sa course, convaincu qu'il était plus rapide par sa grandeur et son expérience. Il lui fallut tout de même quelques minutes avant d'arriver à la hauteur de la demoiselle en détresse, suffisamment longtemps pour qu'il sente sa respiration accélérée légèrement. Lorsqu'il fut assez près d'elle, Julian la saisit par la taille et la souleva du sol. Il la balança habilement sur son épaule, comme un vulgaire sac de pommes de terre et ralentit doucement la cadence. « C'était une très mauvaise idée, ma jolie » siffla-t-il d'un ton calme, mais tout de même agacé. Il tourna les talons et engagea un pas de marche vers leur campement, tenant fermement la blondinette sur son épaule afin qu'elle ne s'échappe pas une deuxième fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeSam 2 Juil - 9:12

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr_lljnexn48w1qziwtzo1_500

Je courrais de toutes mes forces, je ne sentais plus du tous mes pieds, ni mes jambes d’ailleurs. J’avais presque la sensation de voir le sol s’éloigner de moi et mon corps se soulever et voler dans les airs. Je n’étais pas du tout une bonne sportif, au contraire j’étais même pitoyable dans ce domaine, j’avais fait quelques cours de danse mais cela n’avait rien à voir avec la course ou j’étais assez nulle. Par chance j’étais plutôt fine et j’avais un bon souffle ce qui me permettait de tenir assez longtemps. Je fonçais à travers un endroit que je ne connaissais pas et un souvenir me vint en mémoire. Je n’étais qu’une petite fille de six ans, je grandissais doucement dans les plus belles maisons du capitole, je jouais avec l’un des enfants que j’avais pour ami. Dans mes souvenirs il s’appeler Sam, j’avais longtemps cru qu’il était mon frère ayant lui et moi une ressemble presque incroyable. Il avait lui aussi des cheveux blonds coupés cependant assez court, il était un peu plus grand que moi et assez musclé pour un gamin de notre âge, il était le fils d’un juge. Nous avions exactement les mêmes yeux bleus ce qui faisait notre ressemblance. Nous jouions souvent ensemble le mercredi, dans les couloirs du palais et ce jour-là il c’était mis en tête de me courir après. J’avais couru à travers les pièces tentant de garder un souffle constant. J’étais déjà tombé plusieurs fois quand j’avais décidé de me cacher sous une table pour reprendre ma respiration. Je ne devais pas avoir peur qu’il m’attrape, ce n’était que le jeu de deux enfants. Une fois remise j’avais repris ma course en rigolant jusqu’à ce que mon corps se soulève et qu’il me porte comme trophée comme une victoire. Je tentais cependant de rester concentrée sur ma route et ou je m’étais les pieds. Je ne voulais pas me perdre dans cette immense forêt et certaines racines sortait un peu de terre, vigilante je sautais par-dessus.

Pendant quelques secondes je le senti assez loin de moi, je tentais d’accélérais de toute mes forces mais ce fut peine perdu comme dans mes souvenirs mon corps se souleva et je senti mon corps contre le sien. J’avais envie de hurler mais cela ne servirait totalement à rien. Julian me faisait peur, il n’était pas Jared et je sentais qu’il pouvait me faire du mal même sans le vouloir spécialement. Je me débâti quelques secondes « Lâche moi » je n’avais aucune force comparée à lui, il devait s’entrainait plusieurs fois par jour pour avoir un corps sculpté comme celui-là, alors que moi je n’étais qu’une petite fille maigrichonne et j’avais perdu pas mal de poids depuis mon kidnapping. Je fini par me calmer doucement, en passant mes mains dans mes cheveux. Je repris mes esprits, il n’allait pas me tuer, il avait besoin de moi, peut-être pour un échange au capitole ou quelques choses comme ça. Ma vie avait changé en quelques temps et parfois mon père me manquait mais une part de moi ne voulait pas partir. Je tentais la discussion « Pourquoi tu fais ça ? Je ne t’ai jamais rien fait et on ne se connait même pas » je me demandais souvent pourquoi moi. Ce jour-là je marchais tranquillement chez moi quand il avait saisi mon corps et posé sa main sur ma bouche pour m’empêcher de parler. Il devait détester le capitole, je ne voyais que cette solution mais me détestait-il moi ? Il est vrai que j’avais une vie parfaite, j’avais plus de nourriture que personne, je vivais dans une maison magnifique ou je n’avais presque que à claquer des doigts pour avoir ce que je voulais et un père protecteur pour me servir de guide dans la vie « Tu peux me poser s’il te plait, je ne partirais pas. Tu es juste si froid avec moi alors que pour ta gouverne je n’ai jamais tenté de m’échapper, tu pourrais être plus gentil » c’était une revendication bien sûr, j’espère qu’il accepte une pseudo amitié ou quelques choses du genre. Mais surtout j’avais besoin de ne plus avoir peur de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeMer 6 Juil - 21:04

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr15

Lorsqu'il était question de révolution, Julian savait où il s'en allait et ne faisait preuve d'aucune faiblesse. Il connaissait son objectif et il allait tout mettre en oeuvre pour y parvenir. Cette jeune fille, aussi innocente fut-elle, représentait un gros maillon de son plan pour mener à la chute du Capitole et il n'allait certainement pas la laisser s'enfuir. Il paraissait peut-être sans coeur et cruel d'être aussi dictateur avec elle, mais il fallait ce qu'il fallait pour arriver à ses fins. Et de toute manière, si ce n'était que de lui, il ne l'aurait pas laissé seule au milieu de nul part sans aucune surveillance. Jared avait été trop doux avec elle, la chose à ne pas faire si l'on voulait se faire écouter et respecter. Elle était humaine, certes, mais pour la cause, ils ne devaient démontrer aucune pitié - sans pour autant oublier leur humanité, sans aucun doute. Alors lorsqu'il la vit s'enfuir pour sa vie aussi subitement, Julian comprit qu'avec elle, il devait établir les règles rapidement. Elle était téméraire et têtue, le genre de prisonnière que l'on ne souhaite pas avoir sous les bras, car elle pouvait engendrer toute sorte de problème. Il employa la manière forte et la trimbalait à présent sur son épaule sans aucune retenu. Sans aucune surprise, la demoiselle riposta et se débattit afin de se libérer de son emprise, mais Julian la tint fermement de son seul bras, convaincu qu'elle ne pouvait pas rivaliser avec sa force. Il continuait sa route à travers les arbres et les hautes herbes en direction du campement qu'avait choisi son frère. Ils avaient couru pendant un certain temps puisqu'ils se trouvaient plutôt loin de leur point de départ. Elle était franchement chanceuse que le leader avait un sens de l'orientation très aiguisé, ils auraient très bien pu se perdre et se faire intercepter par une bête sauvage. Il ne l'a considérait peut-être pas comme importante à ses yeux, mais il devait tout de même la garder en vie.

Finalement, sa prisonnière cessa de gigoter sur son épaule, probablement vaincu par sa tentative totalement inefficace. C'était déjà plus agréable de la transporter sans qu'elle ne rue de coups. Sans dire un mot, il laissa la demoiselle s'exclamer et ne prit même pas la peine de lui divulguer pourquoi il l'avait kidnappé. Enfin, ce serait plutôt stupide de lui dévoiler tout son plan, surtout si elle réessayait de s'enfuir à toutes jambes et qu'il la perde de vu. Elle pourrait très bien aller raconter tout ce qu'elle avait entendu au dirigeant du Capitole et leur plan tomberait à l'eau. Sa vie en serait peut-être même menacé... Bon d'accord, être aussi odieux à son égard n'était peut-être pas la meilleure solution. Lorsqu'elle réclama qu'il la dépose au sol, Julian ne put s'empêcher d'être légèrement éberlué par ses paroles. Elle n'avait pas voulu fuir, et puis quoi encore ? « Tu n'as jamais tenté de t'échapper ? Oh, et tu as couru comme une forcenée parce que tu avais une envie pressante de jouer à "attrape-moi si tu peux" ? » Reprenant le dessus de son irritation, il laissa échapper un long soupir lourd de sens. Il se résigna alors à faire preuve d'un peu plus de gentillesse, car être aussi désagréable ne les mènerait nul part. Il arrêta sa marche, attrapa la blondinette par les hanches et la déposa comme si elle ne pesait qu'une plume. Il plongea son regard autoritaire dans celui de la jeune femme et serra légèrement la mâchoire alors qu'il tentait de trouver quelque chose de... respectueux à lui dire. « D'accord, je serai plus... "gentil" avec toi. Mais plus de marathon dans les bois, c'est compris ? » insista-t-il d'une voix ferme, mais beaucoup plus douce qu'à son habitude. Il la contempla un instant, s'interrogeant sur la suite des évènements. Il s'était foutu dans de beaux draps cette fois-ci et il ne fallait faire aucune faute, à commencer par elle. Peut-être que s'il était plus sympathique à son égard, elle plaiderait pour leur cause ? ... Nah, fallait pas rêver. Il détourna finalement le regard et fit un geste vers l'avant. « Il faudrait regagner le campement rapidement, ce n'est pas sûr dans ces bois. » dit-il d'une voix plus posée alors qu'il l'incitait à engager le pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeDim 10 Juil - 12:58

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr_lljnexn48w1qziwtzo1_500

Décidément j'étais convaincu que Julian et moi n'étions pas ami et cela ne semblait pas arrivé de sitôt. Il avait une telle haine contre le capitole que je ne comprenais pas. J'étais comme tout habitant de cette partie de Panem une admiratrice de ce gouvernement. J'aimais le capitole même si parfois je me sentais un peu enfermé dans ce monde mais ce n'était pas le capitole qui m'enfermer, c'était mon père et ces règles, il m'avait toujours dit avoir de grande idée pour moi, j'étais presque sure qu'il me voyait déjà marié à un garçon du capitole, un homme assez bien qu'il aurait choisi pour moi, peut être le fils d'un juge ou quelques choses de ce genre-là. Il est vrai que j'avais d'autre envie et d'autre projet pour moi et pour mon avenir. Il était assez contrôlant et passer plus de temps à s'occuper de moi qu'à s'occuper réellement de ces affaires. J'étais presque sûr qu'il surveillé chacun de mes actes mais ce n'était pas tellement le souci de ma vie. J'avais parfois peur de me demander s’il me laisserait un jour faire mes choix seules mais je me doutais que je serais sous sa surveillance pendant longtemps et qu'il ferait tout ce qui est possible pour me garder en vie dans notre monde assez complexe. Je savais déjà que je n'avais pas à participer aux Hunger Games ce qui malgré tout était un soulagement de toute façon je n'aurais pas survécu une seule journée, je n'avais aucune notion de chasse, je ne courrais pas très bien, j'avais parfois peur de la solitude. Je n'étais pas faite pour ces jeux et je les détestais. Je lâchais doucement tout ça et tenter de rester calme sur l’épaule de Julian, il ne pouvait pas être sans cœur à ce point et j’avais envie de tenter d’être son ami ou du moins que cette tension s’efface entre lui et moi étant persuadé que nous valions mieux que ces disputes stupide.

Alors que je touchais le sol, je passais mes mains sur mon jeans histoire d’enlevé la poussière et toutes les brindilles d’herbes qui était resté attaché pendant ma course contre lui. De nouveau à pied j’aurais pu tenter une nouvelle course mais je savais déjà que c’était peine perdu si je voulais m’échapper ce ne serait pas comme ça « Si tu étais un peu plus agréable je n’aurais pas envie de te fuir, je ne suis pas ta chose » bien qu’au fond si, il avait un pouvoir sur moi et il devait sans doute savoir que j’avais un peu peur de lui. Je lui décrochai un petit sourire quand il se mit à parler avec son regard de grand chef, il y avait peut-être quelques choses de bon en lui, il fallait juste le trouver « Compris » lançais-je en hochant la tête doucement. Il se mit ensuite à marcher, et je ne suivis quelques temps sans rechigner réfléchissant à ce qui le pousser à agir, une haine contre le capitole c’était une chose sur et certaines, il devait y avoir plus que ça, une sorte de besoin de justice peut être « Julian » criais-je en courant pour arriver à sa hauteur. Pour la première fois je ne jouais pas avec lui et j’avais réellement envie de comprendre ce qui le poussait à me faire ça. Je pris une petite respiration avant de le regarder dans les yeux « Tu me dois me le dire, tu attends quoi de moi ? Tu veux me tuer ? » pour la première fois j’avais peur de mourir sans pouvoir faire quelques choses. Me sacrifier pour lui et pour ces idées, j’étais prête à comprendre et à l’aider peut être mais il me devait une explication sans laquelle tout ceci était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeMar 12 Juil - 16:26

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr15

S'il avait su qu'elle serait un tel boulet... Il aurait demandé à son frère de la surveiller à sa place et IL serait allé faire ses petites courses de dernière minute. Enfin, Jared semblait s'en tirer beaucoup mieux avec les gens en général lorsqu'il s'agissait de gentillesse et de délicatesse. Julian savait conduire une armée, former des jeunes sans expériences et élaborer des plans laborieux. Mais demandez-lui de s'asseoir tranquillement à une table et de faire la conversation à une inconnue pour la rassurer ou la mettre à l'aise et c'était l'échec immédiat. De toute manière, il n'était pas ici pour faire causette, ni pour se lier d'amitié avec une fille du Capitole - il en serait tout simplement malade pour tout dire -, mais bien pour la surveiller afin qu'elle ne s'échappe pas. Et même s'il ne la côtoyait que depuis quelques minutes, Julian était parvenu à cerner la jeune femme et il commençait à comprendre que son attitude hautaine et brusque n'arrangerait pas les choses. Loin de ses intentions de s'associer à cette fille, mais s'il voulait qu'elle soit coopérative, il devait faire quelques efforts pour que l'envie de s'enfuir à nouveau ne lui traverse pas l'esprit. C'était une tâche considérable pour lui, surtout que cet emprisonnement n'avait rien d'un jeu. Elle était peut-être la clé qui leur permettrait de mettre la révolution en marche ! Elle était peut-être le maillon manquant de toutes ces années d'acharnement à élaborer une rébellion contre le grand dictateur. Certes, à ses yeux, elle n'était qu'un objet, un outil pour son armée. Cependant, elle avait cette facilité alarmante à lui faire rappeler combien elle était humaine et bien vivante...

Julian fit preuve d'une gentillesse anormale à son égard et elle devait certainement se sentir choyé d'un tel traitement de faveur. Il acquiesçait à faire de preuve de plus de délicatesse à son égard simplement pour qu'elle se tienne tranquille. Un sentiment de satisfaction l'apaisa un moment alors qu'elle acceptait de ne plus rien tenter pour s'enfuir. Enfin. Et sans plus attendre, légèrement inquiet par ce qui pourrait se cacher dans ces bois, Julian engagea le pas vers leur campement, pressant Jules de faire de même. Cette dernière le suivit, mais prononça son nom en guise d'interpellation. Un léger soupir s'échappa d'entre ses lèvres, attendant qu'elle prenne de nouveau la parole. Qu'est-ce qu'elle pouvait être bavarde ! Il se doutait qu'elle allait poser une telle question, mais de là à ce qu'elle croit que la mort s'en suivrait... Il en fut légèrement confus. Il lui lança un regard de biais, les sourcils froncés. « Non » fut la seule réponse qui franchit ses lèvres. Elle n'était peut-être rien pour lui, qu'une simple monnaie d'échange, mais il était toujours conscient qu'elle était humaine. Oh, il avait déjà enlever la vie auparavant, mais il s'agissait de cas extrêmes, une question de survie. Or, elle n'était pas un danger pour sa vie. Pour le moment... Non, il n'avait pas l'intention de la tuer. Et s'il voulait que son plan fonctionne, elle devait rester en vie. « Dis-moi, as-tu déjà quitté le Capitole auparavant ? As-tu déjà visité les différents districts de Panem et dans quelles conditions vivent leurs habitants ? » questionna-t-il les dents de plus en plus serrées. Il demandait si elle était consciente de la misère dans laquelle tous les hommes en dehors de la capitale vivait. Il se demandait si elle savait que des hommes mouraient de famine tous les jours, si elle connaissait l'horrible sensation de voir ceux qu'elle aime mourir devant ses yeux, de devoir tuer pour sa survie. Il en doutait. Il avait déjà vécu la vie au Capitole pendant deux semaines et il en fut dégoûté... L'ignorance le dégoûtait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeSam 23 Juil - 23:37

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr_lljnexn48w1qziwtzo1_500

Je pense à tout ça, à toute cette noirceur dont parle les gens. Notre monde est tel si catastrophique que ça ? il est vrai que ma vision de la vie est un peu différente de celle des autres. Au capitole tout est si simple, j'ai toujours ce que je veux sans avoir à le réclamer, c'est parfois tellement bizarre que je me demande si ils ne lisent pas mes pensées. Ils sont fort c'est un fait, mais ils en ont aussi les moyens, dans mes souvenirs il n'est pas un jour ou la nourriture manquait à notre table, elle était toujours pleine et composé de délisse en tout genre, un régal pour les fins gourmets. Avec le sourire aux lèvres, je revoie tout ce que j'ai toujours vécu la bas, les bains chaud chaque matin afin de me détendre et de profiter de ma noblesse, mes envies réalisé, la douceur de la richesse. Il est vrai que je vis dans une sorte de compte de fée que je ne contrôle pas forcément, je n'ai jamais rien demandé à qui que ce soit, je suis née un jour dans une ville, dans un district et le destin à choisi de ma faire fille du capitole. J'ai un avenir tracé, la vie et la richesse. Mon père parle parfois de me marier avec quelques de bien, bien que je n'aurais sans doute pas l’occasion de le choisir mais il sera juger bon par mon père. C'est un homme bon et droit, sur protecteur je le voyais déjà me choisir un mari riche et digne de sa vie qui devrait sans doute passé des épreuves bien plus complexe que les Hunger Games. Je rêve de liberté, contrairement à d'autre qui pourrait me penser égoïste ma vie m'ennuie, ce n'est qu'une répétition de chose et j'ai un besoin d'évasion, de voir, de découvrir, de comprendre et de vivre simplement ma vie comme j'en ai envie. Au capitole les gens disent toujours que je suis une jeune femme parfaitement comme il faut, jolie, bien éduquée avec de bonne manière, douce et aimant les bonnes choses de la vie mais personne dans cette partie de Panem ne connait la vrai moi, celle qui se cache derrière tout ces mensonges. Celle qui est une jeune femme ayant besoin d'être enfin soit et de crier au monde sans exaspération.

Le visage de Julian se durcit encore plus à mes questions. Je le regardais un peu effrayé, il avait une tel cruauté et une soif de vengeance dans le regard que je ne savais jamais comment lui parler. Il me faisait peur et j'étais persuadée qu'il en était conscient. Et pourtant plus les minutes passaient moins je voyais de colère, je sentais plutôt le combat d'un homme pour les siens, il avait tant de courage là ou je ne valais rien. Jamais je ne serais capable de grande chose comme lui, une révolte ou même un kidnapping, à ces paroles sur les districts et leur condition de vie je réalisais que je n'étais vraiment rien, il savait des choses que j'ignorais mais je voulais apprendre et savoir. Mes yeux ne lâchèrent pas une seule seconde son regard " Non je l'ignore. Je sais ce que tu te dis, qu'est ce qu'une petite fille pourri gâtée comme elle connait de moi et de mon monde ? Et tu as raison, je ne sais rien mais je n'ai rien demandé à personne, je suis juste née et j'ai eu cette chance ou non d'être la bas mais je ne suis pas un monstre qui se fiche du malheur des autres " je détestais la souffrance presque autant que les Hunger Games d'ailleurs, tout ces choses me rendaient malade parfois et même après tant d'explication je ne comprenais pas. Ma vois était assez calme bien que sans doute tremblante face à un homme comme lui " Tu espère m'échanger contre quoi Julian ? Je ne suis pas une vulgaire marchandise, j'ai des sentiments et je suis humaine. Tu dis que j'ignore mais tu ignore aussi ma vie et elle est très loin de la perfection ... Ce n'est pas si simple et ça ne rend pas heureux de devoir être la fille parfaite que tout le monde attends, de ne pas être toi car tu dois être la personne qu'ils veulent. Je suis pas heureuse mais qu'est ce que ça t'apporte ? Tu me juge alors que tu es aussi ignorant que moi " je soupirais doucement. C'était la première fois que je parlais de ma vie la bas et des souffrances que je cachais derrière des apparences. Mon regard se baisa et je lâchais prise, je n'étais pas d'humeur à me battre avec lui c'était peine perdu. Retournant les talons,, je pris place sur une petite buchette qui trainait dans la foret alors que mes yeux se perdirent dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitimeMer 10 Aoû - 6:49

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Tumblr15

Il est difficile pour un habitant du Capitole de constater l'ampleur de la misère qui habite les douze différents districts de Panem à moins d'y vivre pendant un certain temps. Il est tout aussi difficile pour un habitant de district de savoir combien la vie au Capitole est douillet et confortable. Cependant, un gagnant des Hunger Games pourrait vous dicter les différences. Julian vécut toute son enfance parmi une famille aimante à moindre budget. Son père était fermier, donc ils vivaient de cette terre, de ces récoltes, et n'importe quel homme qui possède une ferme vous dirait combien il est rude de nourrir une famille. Sa mère était, quant à elle, infirmière. Une profession respectable et valorisante, mais qui ne rapporte guère plus. La nourriture se faisait souvent rare sur la table alors que la petite famille vivait dans une maison mal fabriquée, mal isolée, beaucoup trop petite également. Nombres d'enfants, de vieillards ou de simples habitants perdirent la vie au dépens du manque de vivres. Sans parler de la scierie... L'industrie du District Sept. Elle est dangereuse, mal entretenue et non-sécuritaire. D'incalculables habitants furent cruellement faucher ou encore écraser par un arbre géant avec le simple espoir d'apporter un peu d'argent à sa famille. Julian dut lui-même y travailler très jeune afin d'aider ses parents à faire vivre la maisonnée. Et puis arriva les Hunger Games. Deux semaines complètes à se prélasser dans une chambre luxueuse, à se goinfrer de plats gastronomiques et à se faire servir comme des rois. La plupart des Tributs demeurent émerveillés par cette abondance, mais Julian en fut... perturbé. Et bientôt un goût amer s'immisça en lui, un poison ravageur l'enflamma alors qu'il était témoin d'une injustice à faire rougir les coeurs de pierre. Il ne savait rien de la vie de chacun de ces habitants, mais il savait que pendant que ceux-ci jouissent d'une bonne soupe aux milles et un légumes et arômes inimaginables, un pauvre enfant affamé cherche désespérément un petit bout de pain moisi à se mettre sous la dent...

La mâchoire durement contractée à présent, Julian tentait d'écarter ces images de son esprit, celles du luxe et de l'ignorance des gens du Capitole. Il ne pouvait pas mettre tout le monde dans le même panier, certes, mais sa haine était démentielle. Dans une guerre, c'était noir ou blanc. Les nuances de gris ne faisaient qu'embrouiller l'esprit et nous écarter de notre chemin. Le regard fixe devant lui, le leader n'osait pas poser les yeux sur sa prisonnière, craignant de déverser tout son mépris sur cette dernière. Et elle sembla lire littéralement dans ses pensées, comme si elles s'écrivaient au fur et à mesure sur son visage. Julian demeura crispé alors qu'il écoutait d'une oreille attentive, mais tout de même réticente, la réponse de Jules. Malheureuse ? Que savait-elle du malheur. Que savait-elle de la complexité de ce monde. Certes, il pouvait peut-être être ignorant concernant sa vie, mais il en savait beaucoup plus sur Panem et ses injustices. Il devait reconnaître que cette histoire de kidnapping pouvait lui faire paraître comme un être de sang froid sans aucune notion d'humanité, mais c'était exactement ce qu'elle ne comprenait pas de la révolution en marche. Elle ne comprenait pas que des sacrifices devaient être accomplis - qui n'incluaient peut-être pas toujours la mort - et qu'elle possédait un rôle clé dans cette rébellion. Contre son gré.

Julian tourna enfin la tête vers la blondinette, le visage toujours quelque peu tendu, mais beaucoup moins menaçant. Il remarqua alors qu'elle s'était arrêtée pour s'asseoir sur un tronc coupé, grugé par le temps, affichant un air lasse. S'immobilisant à son tour, le brunet demeura un bref instant immobile à l'observer de son regard froncé, inconfortable dans cette situation. Qu'est-ce qu'il devait lui dire ? La consoler en lui disant que la chute du Capitole lui donnerait son bonheur ? Non, ça ne changerait rien, car de toute manière il ignorait si ça serait véritablement le cas. Et puis, peu importe, il pouvait bien s'en ficher de sa tristesse, des gens mourraient alors qu'elle se plaignait de sa perfection. « Je suis peut-être ignorant sur ton monde, sur ta vie, mais au moins je me bas pour ce qui me tient à coeur » déclara-t-il d'une voix sèche remplie de conviction. Elle est malheureuse, très bien, mais qu'a-t-elle accompli pour se sortir de sa "misère" ? S'est-elle battue pour ses principes et ses idéaux ? Julian fronça durement les sourcils, retrouvant alors son ton plus autoritaire. « Pour moi, tu es une marchandise. Pour moi, tu fais partie de ma quête vers la liberté. Je me fous que tu ne sois pas satisfaite de ta vie, je me fous de me faire tirer une balle entre les deux yeux pour t'avoir kidnapper, ce qui importe, c'est l'avenir. Ce qui importe, ce sont tous ces gens qui meurent de faim tous les jours, voilà ce qui est véritablement important ! » Il se laissait emporter. La cause lui montait de nouveau à la tête ce qui lui faisait hausser le ton inutilement. Julian prit une grande inspiration, serra brièvement la mâchoire tout en toisant Jules qui semblait si fragile sur son tronc d'arbre. « Lèves-toi, le campement est de ce côté » dit-il d'une voix détachée alors qu'il tournait les talons. Il lui était étrangement difficile de garder son calme face à cette fille... Face à une habitante du Capitole. Comment parvenait-elle à briser aussi facilement son impassibilité ? Il l'ignorait, mais c'était franchement agaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Vide
MessageSujet: Re: " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.   " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

" Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.