petites annonces à ne pas rater
✤ TOURNEE DU VAINQUEUR les jeux sont désormais terminés, place à la tournée du vainqueur qui met à l'honneur andro graham ! plus d'informations ici.
✤ INTRIGUES panem ne cesse de changer avec de nombreux événements inouïs. découvrez le volume 6.
✤ MISES À JOUR une nouvelle règle a été instaurée. merci de prendre connaissance de celle-ci ainsi que les autres nouveautés !
✤ MISSIONS ET QUÊTES toutes les missions ont été lancées ! rendez-vous dans ce sujet pour toutes les découvrir.
✤ SCENARIOS voici quelques scénarios qui n'attendent que vous:
rebelles. liam hemsworth
pacificateurs. boyd holbrook
district 13. cobie smulders & chris hemsworth
vainqueurs. gemma arterton & elle fanning
d'autres scénarios gagnants de la loterie à venir !

 

fermeture du forum
le forum ferme ses portes après six ans d'existence.
merci pour tout, on vous aime.

Partagez | 
 

 GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeDim 20 Nov - 16:47

La plaie de ma main droite a commencé à cicatriser, ne formant maintenant qu'un trait en relief en plein au milieu de ma paume. Mon père m'a proposé de faire disparaître cette blessure disgracieuse, mais je n'en ai pas envie. C'est un rappel de la conversation que j'ai eu quelques jours plus tôt avec Freya, un rappel pour me dire que je ne suis pas seul. Je ne sais pas si notre rencontre a été bénéfique ou non, mais à vrai dire, je m'en fiche un peu. Je ne me souviens même plus de la moitié des mots que j'ai prononcé, mais je me rappelle que j'avais pleuré toutes les larmes de mon corps et que je me sentais bien mieux à présent. Toujours est-il qu'aujourd'hui est l'un de mes rares jours de congé, et que je me dois d'en profiter, même si l'absence de travail me déboussole un peu. J'ai banni pendant longtemps les loisirs et l'amusement, mais ce manque constant de relâchement me détruit de jour en jour. C'est donc pourquoi j'ai choisi de passer cette journée à me promener aux alentours du lac. Je n'ai jamais eu des bonnes idées pour faire passer le temps. C'était toujours Tate qui s'occupait de trouver un passe-temps, et il était doué pour ça. Maintenant que je suis seul, mes loisirs restants ne sont que nager seul ou me promener. Seul, bien évidemment. Les jeunes filles qui tentaient de m'accompagner auparavant se sont lassées de ma marche rapide, et je m'en réjouis. Elles sont toutes écervelées de toute façon. Aucune ne voulait nager parce que ça allait détruire leurs coiffures, ou je ne sais quoi. J'ai assez bien connu la superficialité avec mes soeurs, et ça serait me trahir que de traîner avec des personnes leur ressemblant. Vêtu d'un tee-shirt sale que je n'ai pas eu le temps d'aller laver à la fontaine et d'un short de mon père, je me rends tranquillement au lac, prenant soin d'éviter toute présence humaine. Depuis ma discussion avec Freya, mes émotions sont à vif et je crains de ne pas pouvoir garder ma contenance intacte face à n'importe qui.

Le lac est un petit coin calme. Très peu de gens s'y rendent à cause d'une légende urbaine faisant état d'une espèce de monstre sous-marin qui tuerait les gens. Et après plus que deux ans à nager dans ledit lac, je peux vous assurer qu'aucun monstre ne traîne. L'île en plein milieu est facile à atteindre et plusieurs arbres fruitiers se développent ici, mais la qualité des fruits est exécrable. Arrivé au rivage, j'ôte mon tee-shirt que je lance au sol. Je garde mon short et m'enfonce dans l'eau glacée, qui contraste avec la chaleur étouffante de l'air. Je me demande si les autres savent nager dans le district 11. J'ai déjà vu quelques personnes se diriger vers le fleuve, mais ça devait être pour laver le linge, pas pour nager. Les gens du district ont-ils seulement le temps de s'amuser? On trime tous et on est tous logés à la même enseigne. Je soupire et passe de l'eau froide sur ma nuque, ce qui m'arrache un frisson. Il faut que je fasse quelques longueurs, et que je vérifie combien de temps je peux rester sous l'eau en apnée. J'enchaîne donc les allers-retours entre l'île et le rivage sans m'arrêter. Nager me libère des soucis et soulage mon dos douloureux. Et puis dans l'eau, je vais bien plus vite que sur la terre ferme, et mes bras forts et musclés me sont plus utiles ici que dans les champs. L'eau est trouble et m'empêche de voir si il y a des poissons. Je devrais peut-être économiser pour acheter un filet, histoire de pêcher. Si il n'y a pas de poissons ici, il doit bien en avoir au fleuve. Je m'assois sur la terre ferme, à côté de mon tee-shirt et je reprends ma respiration en m'essuyant les yeux. Etre mouillé en pleine chaleur est désagréable, c'est pourquoi je retourne rapidement dans l'eau, prend une grande respiration et plonge la tête la première dans l'eau. Mon corps remonte vite en surface, mais je garde la tête sous l'eau, comptant les secondes.

Plus le temps passe et plus ma vision s'habitude à l'eau trouble et je constate avec dépit qu'il n'y a pas de poissons aux alentours. Alors que j'atteins la fin de l'air que j'ai retenu dans mes poumons, je sens des mains fines tenter de m'arracher à l'eau. Je relève la tête de l'eau, essuie mes yeux et regarde la personne qui vient de m'interrompre en plein effort, et lorsque je reconnais la personne je me sens brusquement mal à l'aise. C'est Freya. Je fronce les sourcils, inspire profondément et cache mon torse avec pudeur, puisque ce dernier est rougi par l'eau glacée et que je n'ai pas eu le temps d'appliquer de la pommade pour mes nombreuses cicatrices dues au travail dans les champs de blé que j'effectuais avant d'être affecté au champ de coton. Je me lève et j'attrape mon tee-shirt que j'enfile. « Qu'est ce que tu fiches ici? » je demande avec un ton sec. « Je croyais que ta journée de congé, c'était pas aujourd'hui. » j'ajoute en essuyant mes mains contre mon short. De toute façon, je n'ai pas envie d'écouter la réponse. Pourquoi est-ce qu'elle m'a sortit de l'eau, si ce n'est pour être encore plus énervante? En faite, je ne sais pas vraiment si elle est réellement énervante, ou si il y a autre chose que je n'arrive pas à pointer. Peu importe. Je soupire et passe une main dans mes cheveux, ôtant un peu la terre sale retenue entre deux mèches.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeDim 20 Nov - 17:41

Je m'active du plus vite que je peux. A frotter le sol, les meubles, enlever la poussière et essayer de faire ressembler la pièce à quelque chose de décent. C'est difficile, car même récurée du sol au plafond, son aspect a toujours l'air misérable. Mais au moins, je me sens mieux. Le ménage m'essouffle mais au moins, cela me permet de ne pas penser. C'est un travail comme un autre. En ce jour de congé, je n'ai rien d'autre à faire que m'occuper de la maison, même si cela me dérange fortement. Je n'aime pas agir comme une vulgaire femme au foyer, je dois l'avouer, car plus jeune, je rêvais à des choses plus grandes. Maintenant, je suis réaliste, je sais que ce sera ma vie jusqu'à la fin vu l'état de notre société. Une fois que tout fut parfaitement propre, je nettoie mes instruments précautionneusement et jette un coup d'œil au soleil, au dehors. Même pas midi ! Un soupir s'échappe de ma bouche, alors que je vais jeter un coup d'œil dans la chambre de mon petit frère. Il reste chez une femme qui s'occupe de plusieurs enfants, pendant la journée. Je suis complètement seule. Une autre fille inviterait forcément ses amies, mais moi, je n'en ai aucunes. Rapidement, je me dirige vers la porte d'entrée et commence à marcher dans les allées de mon quartier du district. Des petites maisons pratiquement délabrées, c'est là où je dois vivre. Nous sommes pauvres, et habitués à l'être. Cela ne veut pas dire que nous l'acceptons totalement. J'ai du mal à marcher, à m'activer tous les jours avec la faim qui me tiraille le ventre, mais il faut que j'attende le soir pour avoir un repas « digne ». Et encore. Mon ventre gargouille et je le masse quelques instants avant de penser qu'il faudrait que je me trouve quelque chose à faire, pour m'occuper. La réponse est assez simple. Ce que j'aime le plus faire au monde, et qui heureusement, est complètement gratuit et ne nécessite aucun instrument. La course.

Je connais cette partie du district comme ma poche, alors je commence à courir dans les chemins, jusqu'à m'éloigner un peu des habitations. Mon souffle est calme, régulier, j'ai tellement l'habitude de courir que mon cœur ne s'emballe pas rapidement, comme auparavant. Je ne cours pas vite, pour l'instant, j'essaie de m'échauffer un petit peu, de trouver un rythme constant. Certaines personnes qui me voient courir ici assez régulièrement me font des saluts et je leur réponds d'un signe de la main, sans sourire. Je n'ignore pas les gens, mais je ne suis pas particulièrement sympathiques avec eux. Je reconnais néanmoins des gens proches de Tate alors je me force, respectueuse. Bientôt, plus de vie humaine aux alentours, et je me surprends à entre les chants des oiseaux. J'adore la nature, la compagnie des animaux plus que celle des humains. Malheureusement, je n'ai aucun talent musical alors je ne tente pas de répondre à leurs chants. Ils ne me parlent pas particulièrement, de toute façon. Je commence à accélérer et à piquer un sprint, qui me fait m'arrêter en bordure du lac. Je n'observe pas l'eau, essayant de reprendre mon souffle, et me dis que je ferais mieux de boire un peu. Ma gorge est asséchée et après une telle course, cela ne me fera que du bien. Je tourne la tête vers l'étendue d'eau et vois un homme, de dos, qui rentre à l'intérieur et qui ne ressort pas la tête. Graham. Pas difficile de le reconnaître. Je m'approche et me dis que je ferais mieux de boire et de repartir en courant, mais je trouve que le temps qu'il reste sous l'eau est étonnamment important, surtout qu'il ne bouge pas. Et s'il était en train de se noyer ?

Je m'approche du bord et essaie de l'attraper sans aller dans l'eau, et je me rends compte qu'il n'est pas du tout inconscient. Je le lâche et il se cache le torse. Je fronce les sourcils, je sais à quoi ça ressemble, un torse d'homme, et ce ne serait pas en voir un de plus qui me gênerait. Il sort rapidement de l'eau et remet son t-shirt alors que je détourne la tête -ce n'est pas parce que ça ne me dérange pas que ce serait parfaitement normal de le regarder fixement- et qu'il me demande ce que je fais ici. Je ne sais pas trop quoi répondre. IL doit penser que je suis là à cause de lui, que je l'ai suivi, je ne sais pas trop quoi encore. Surtout qu'il n'y a pas vraiment beaucoup de gens qui viennent ici, sauf parfois pour laver leurs vêtements.

« Tu as mal cru. » dis-je en croisant les bras. Il est encore tout mouillé et ses vêtements lui collent au corps, et même si oui, j'ai dit un peu plus tôt que cela ne me dérangeait pas trop, cette situation me rend étrangement mal à l'aise. « Je te suivais, bien évidemment. Tu sais comme mon obsession pour toi et ton corps d'Apollon est sans limites, je n'ai pas pu résister à la tentation de te voir trempé des pieds à la tête avec tes muscles saillants » Je lui lance un sourire ironique et tire sur mon t-shirt qui est lui même trempé, de sueur. Je ne sais pas nager, mais j'aurais bien voulu me baigner en m'accrochant au bord quelques minutes après une telle course.

« ça te prend tous les jours l'envie de te suicider en te noyant ? » Je plisse les yeux. Je doute que c'était vraiment son intention, mais j'ai bien envie d'entendre ce qu'il va me répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeDim 20 Nov - 18:50

Mon tee-shirt colle à la peau humide de mon torse et c'est désagréable. Je fronce les sourcils alors qu'elle commence à parler, tentant de comprendre si elle se fiche de moi ou non. Et la réponse est bien évidemment que oui, elle se fiche de moi, et qu'elle le fait de la manière la plus adorable possible. Enfin, je veux dire, de la manière la plus stupide. J'enlève les derniers graviers que l'eau a déposer dans mes cheveux et je soupire. « Je savais que tu ne pouvais pas passer une seconde sans penser à moi. » je dis théâtralement, rentrant dans son jeu. « Je peux te comprendre, si j'étais une fille et qu'un homme comme moi était à moitié nu dans l'eau du lac, je lui sauterais dessus et je le marierais. » j'ajoute en retirant mon tee-shirt encore une fois. Je sais que mon comportement est stupide, mais la sensation est nouvelle et grisante. « Pour répondre à ta question, ça doit bien être la sixième fois depuis le début de la semaine, et je crois bien que nous sommes samedi, ce qui donne un total d'une fois par jour. C'est dommage que je reste en vie, malgré tous mes efforts pour mourir. » C'est une presque vérité que je viens de dire. Quelques temps après la mort de Tate, j'avais bien essayé de passer à l'acte, sans succès. Je suppose que je suis trop un lâche pour réussir à mourir. Je soupire derechef. « Ca s'appelle de l'apnée. » je lance. « J'essaye juste de retenir ma respiration le plus longtemps sous l'eau. Ne me demande pas pourquoi. Je trouve juste ça amusant. » J'essuie une goutte d'eau sale qui coule le long de ma nuque, toisant Freya. Je ne dirais pas que je suis petit, mais elle ne fait que quelques centimètres de moins que moi, mais son visage mature compense largement cette différence de taille.

« Tu sais nager ? » je demande à tout hasard. Les gamins du district 11 ne disposent pas de cours de nage. Je viens à peine de m'en rendre compte mais, ils ne disposent d'aucune sorte de cours, et ce sont leurs parents qui leur enseignent les rudiments - écrire, lire, compter. C'est seul que j'ai appris à nager, d'abord en barbotant près du bord puis en me risquant à m'éloigner du rivage. Je ne pense pas que beaucoup de gens sont capables de nager, à part les habitants du district quatre. Je me gratte l'avant-bras et constate qu'un moustique vient de me piquer. Rien d'étonnant. Le lac humidifie l'air et la chaleur est parfaite pour la reproduction des insectes. Je soupire et gratte un peu plus fort. Mon short glisse sur mes hanches et pue un peu à cause de l'eau stagnante. « T'aimerais apprendre ? » je lance sans avoir prêter attention à sa réponse. L'idée de voir Freya à moitié nue et ruisselante d'eau vient alors me frapper et je me sens rougir. Je passe une main sur mon front et plaque mes cheveux humides en arrière. J'aurais aimé pouvoir me couper les cheveux, mais ce n'est pas ma préoccupation principale. J'ose un sourire en coin et me rue vers elle avant qu'elle ne puisse esquisser un mouvement. Je la porte sur mon dos - elle est étonnamment légère - et m'enfonce dans l'eau avant qu'elle ne réagisse. Alors que je commence à ne plus avoir pied, je la dépose dans l'eau et je nage vers l'île, attendant sa réaction. Les oreilles dans l'eau, je n'entends rien et je parviens rapidement sur le rivage. Je me retourne et scrute l'eau. Et bizarrement, je ne retrouve pas Freya.

D'un seul coup, l'adrénaline afflue dans mes veines et je replonge dans l'eau sans avoir penser à reprendre ma respiration. Je nage aussi vite que je peux. Même si je n'ai pas tellement d'affection pour Freya, sa mort m’achèverait et j'aurais deux décès sur la conscience. Là où je l'ai déposé, je plonge et tente de m'habituer à la vision en eau trouble. Je la retrouve bien vite, et la ramène sur la rive en tentant de ne pas la noyer sans m'en rendre compte. Je la dépose à terre et j'ôte ses cheveux mouillés de son visage et je vérifie si elle respire encore. Et heureusement, elle est toujours vivante. Je la force à recracher l'eau qu'elle a dû avaler et je tapote gentiment sa joue pour qu'elle redevienne consciente. Lorsque ses yeux s'ouvrent, je soupire de soulagement. « Je suis désolé. » j'articule difficilement. « J'avais cru comprendre que tu savais...» je dis avec dépit. Je me sens à présent idiot, mais en bonus cruel. Elle a dû répondre non quand je lui ai demandé si elle savait nager. Et je ne l'ai pas écouté. Je me confonds en excuses, pour la première fois depuis longtemps, sincères.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeDim 20 Nov - 19:26

De toutes les possibilités que j'avais envisagé, je ne pensais pas qu'il allait rentrer dans le jeu. Je le regarde, en haussant les deux sourcils, en train de faire son petit numéro. C'est plutôt divertissant, je dois l'avouer. Je ponctue mon regard d'un petit rire sarcastique et l'observe enlever son t-shirt. Oui, j'aurais pu m'adonner à la contemplation de son torse musclé si je n'avais pas repéré de ça et là les blessures surement provoquées par son ancien travail. J'essaie de détourner le regard mais je n'y arrive pas, alors, je dois avoir surement l'air fascinée par ce que je suis en train de voir. Dans les phrases suivantes, j'ai l'impression qu'il n'est qu'à moitié en train de rire. Aucune idée de ce qui me donne cette impression, mais cela me rend mal à l'aise. Pour ma part, je n'ai jamais vraiment pensé au suicide. Autant vivre en essayant d'aider ceux que l'on connait que de gâcher ce qui nous a été donné. Je ne suis pas dans une situation si pesante que ça. De l'apnée ? Je n'ai jamais entendu parler de cette activité qui m'a l'air plus débile qu'autre chose. Dans la vie quotidienne, cela ne sert à rien du tout. Peut-être dans les jeux, par contre. Intérieurement, j'espère qu'il n'aura jamais à utiliser cette .. compétence originale. Il me demande si je sais nager, et sans répondre, je regarde l'étendue d'eau. Non je ne sais pas, et je suppose que mon regard lui en donne la réponse. Si je me fais choisir pour les jeux et que je me retrouve dans une arène avec de l'eau, je suis tout simplement fichue. J'essaie de ne pas penser à cette possibilité. Mon regard reste fixé sur le lac si bien que je n'entends pas vraiment la question qu'il me pose. Je n'ai pas vraiment le temps d'apprendre à nager. Mais serait-ce une grande perte de temps ? Ce n'est pas si désagréable, d'être dans l'eau. Peut-être que cela me serait profitable. Soudain, je me sens soulevée et mon visage prend une tournure effrayée.

Je ne sais pas vraiment ce qu'il se passe. Un pacificateur ? Je me retrouve dans l'eau , portée, un peu dépassée par les évènements. Et puis, je me retrouve seule. Je n'ai même pas la présence d'esprit de bouger les bras et je me sens m'enfoncer. C'est peut-être la fin, là. Dans un lac. Dans mon district. Je trouve ça tout simplement stupide, et je n'ai même pas le courage d'essayer de me sortir de là. Je ferme les yeux, et je me laisse happer. C'est étonnamment calme. Je ne sais pas exactement combien de temps passe, mais j'ai l'impression d'être dans un autre monde. Mon corps est glacé, tellement glacé que je ne ressens absolument rien et que je me laisse à penser à Tate. Son sourire, son visage est devant moi. Et alors que je tends les bras pour le toucher, je sens des bras m'attraper encore une fois et cette vision s'efface. L'air humide supplante l'eau froide et je me retrouve à terre, je pense. Je me sens lourde, ma tête est engourdie. Je tousse, recrache l'eau que j'ai avalé, mais n'ouvre pas les yeux. Je me sens étrangement déçue. Chose que je ne devrais absolument pas ressentir. J'ouvre les yeux mais ma vision est trouble. J'entends quelque chose mais je n'arrive pas à distinguer les mots. « Tate ? » Je tends le bras et pose ma main sur le visage de Graham, reconnaissant bien vite les traits de l'homme qui m'exaspère tellement. Je le pousse soudain violemment en arrière et essaie de me lever, sans succès. Mes mains s'enfoncent dans la terre mouillée et se salissent, alors que mes pieds -un nu, un chaussé, j'ai du perdre une chaussure dans l'eau- essaient d'avoir une prise sur le sol. Je tousse de plus belle, et prends de grandes inspirations alors que le monde tourne autour de moi. Après quelques secondes, je me lève rapidement et fais quelques pas en tanguant. Je suis trempée, frigorifiée et en plus je n'ai plus qu'une chaussure. Mon visage est mouillé alors je ne sais pas si les larmes coulent de mes yeux ou pas, mais en tout cas, mes épaules tressautent comme si j'essayais de retenir des sanglots. Je suis dos à Graham, celui que je déteste intensément en ce moment là, et je me retourne. Mon visage est habité par un rictus de colère, de rage, et je reste quelques instants la bouche ouverte sans savoir quoi dire.

« Je te déteste ! » Je crie, mais à part lui, seuls les oiseaux m'entendent. Il n'y a vraiment personne aux alentours. Je suis bien loin de ma voix neutre et calme d'habitude. Je commence à faire les cent pas en agitant les bras dans un dialogue pratiquement incompréhensible, qui semble vouloir le traiter de tous les noms. Après une minute, je me retourne vers lui et me tire nerveusement les cheveux. « Tu es tellement stupide ! Ça t'arrive vraiment de réfléchir avant de faire n'importe quoi ? » Je ne sais pas si je suis plus énervée contre lui de m'avoir mise dans l'eau, ou contre moi de m'être laissée couler sans essayer de me débattre. Toutes les émotions possibles se bousculent dans ma tête et je me surprends à m'accroupir et à me cacher le visage avec mes mains. Ma gorge est serrée et je prends de petites respirations rapides. Cela fait un bon bout de temps que je ne m'étais pas mise dans un état pareil. Je reste quelques minutes dans cette position à sangloter avant d'arrêter subitement, de m'essuyer le visage et de me relever. Le visage dénué de toute expression, et le corps parfaitement calme. J'écarte les mèches de cheveux qui collent à mon visage et l'observe.

« Tu aurais du me laisser couler. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeDim 20 Nov - 20:54

Je me sens réellement mal. Mon visage doit être livide et j'ai l'impression d'être aussi stupide que mes soeurs. Idiot, idiot, idiot, chuchote une fois dans ma tête comme une litanie douceâtre. J'avale ma salive difficilement - et en bonus, ma piqûre de moustique me démange de plus en plus - et tente un pas vers Freya, alors de dos, recroquevillée sur elle-même, les épaules agitées de sanglots. Cette scène me rappelle douloureusement notre conversation où j'ai fini assis en plein milieu du chemin, sanglotant comme un gamin. Elle semble vraiment en colère, et bizarrement, ça me rassure. J'ai réellement eu peur qu'elle ne s'en sorte pas. Je fixe son dos, les lèvres pincées, n'osant rien dire. Je n'ai jamais été bon à réconforter quelqu'un, et je doute que tenter de m'excuser une nouvelle fois l'apaise. Je soupire et croise les bras sur mon torse. Si j'avais su que ça prendrait cette tournure, je n'aurais jamais pris part à son petit jeu et je ne l'aurais jamais emmenée dans l'eau, car en plus d'avoir exacerbé sa haine contre moi, j'ai tenté de lui faire partager un moment. Certes, pas un moment agréable, mais un moment quand même. Je ne fais rien, je ne dis rien, attendant simplement qu'elle arrête de pleurer. Je trouve ça pas terrible quelqu'un qui pleure. Je me pince le bras pour vérifier que ce n'est pas un rêve, ou en l'occurrence, un cauchemar. Mais c'est bien réel et je me sens encore plus comme un idiot. Que cela soit clair, je n'ai jamais voulu que les évènements ne prennent cette tournure. Je pense que pendant un instant, je me suis cru avec Tate. Ma gorge se serre. Freya arrête de pleurer, s’essuie le visage et se retourne sans aucune expression, comme figée. Et cette petite phrase qu'elle vient de prononcer, plus que toutes les autres, me mets terriblement hors de moi.

« Ah oui? Te laisser couler, comme un lâche ? » je renifle avec dédain, les mains tremblantes de dégoût. « Te laisser couler, et puis replonger pour trouver ton corps et l'enterrer ? » Je serre les poings et mes ongles rentrent dans mes paumes. Je m'avance vers elle, les mâchoires serrées. « Tu m'as pris pour qui ? » Je sens tout mon visage déformé par la colère. « De toute façon, tu sais très bien que même si j'avais voulu, je n'aurais pas pu. Mais si tu me le demandes si gentiment, je peux te couler pour de vrai ? » Bien évidemment, c'est ironique. J'attrape mon tee-shirt, bien qu'humide à certains endroits, et je le lance à Freya sans un mot. Je ne sais même pas si elle l'attrape, mais ça serait idiot de sa part de rester trempée alors qu'un vent frais se lève. Je regarde ses pieds et me rends compte qu'il lui manque une chaussure. Les vêtements coûtent particulièrement chers dans notre district, en faite, comme à peu près tout, et je me sens mal de lui avoir fait gâché quelque chose qui vaut autant et qu'elle a dû avoir du mal à se procurer. Je ne pense pas qu'elle l'ait perdue en plein milieu du lac. Sa chaussure doit être pas loin du rivage. Je m'enfonce dans l'eau, me mets à genoux et cherche de mes mains là où sa chaussure a bien pu atterrir. Au bout d'une recherche de quelques instants, je mets la main sur ce qui me semble être l'un des doubles de la paire qu'elle portait un quart d'heure auparavant. Je sors de l'eau et l'envoie à ses pieds. Je tords les coins de mon short pour le sécher au maximum et j'ose un regard à Freya. « Au cas où tu ne l'auras pas encore compris, je suis désolé, Brisbane. »

J'insiste bien sur son nom de famille. « Et si un jour tu as besoin de quelqu'un pour t'apprendre à nager, je suis là. » j'ajoute. Je ne sais pas si je l'ai dit ironiquement ou pas. Tout est un peu confus pour moi. Je suis bien content qu'elle soit toujours en vie, mais je suis dégoûté par ce qu'elle ose me dire. « Tu peux garder mon tee-shirt, le déchirer, faire tout ce que tu veux avec. » je chuchote, comme pour moi-même. Je sais très bien que je vais avoir du mal à justifier le fait de revenir à la maison torse nu, mais je m'en fiche. Je n'aurais qu'à affirmer l'avoir perdu en nageant: mon père est assez crédule pour s'en auto-persuader. « Maintenant, si tu permets, j'aimerais bien pouvoir nager en paix, puisque tu ne souhaites pas réellement apprendre à barboter immédiatement. » Je fixe l'îlot et je me demande si je ne devrais pas plutôt la traîner là bas et la laisser à son triste sort à se nourrir de fruits dégoûtants. « Et si tu pouvais éviter de parler de ce qui vient de se passer, je pense que ça serait parfait pour chacun d'entre nous. J'ai ma fierté à préserver, ainsi qu'une réputation. »



Dernière édition par Graham St. William le Lun 21 Nov - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeDim 20 Nov - 21:49

Sa réaction me surprend, et cela se voit quelques instants sur mon visage, avant que je me contrôle. Je ne pensais pas qu'il se mettrait en colère. A vrai dire, j'imaginais qu'il viendrait me réconforter, ou quelque chose dans ce genre. Je l'aurais repoussé, bien entendu, mais l'intention m'aurait touchée, dans un sens. Mais non, je le vois, à son visage, à son corps, il est en colère. En réalité, je ne le vois jamais en colère, à part quand je lui adresse la parole. Ça veut tout dire. Il me parle et je n'ose pas le regarder. Il s'avance vers moi et dans un sens, je me sens coupable. Moi. C'est bien un événement à marquer d'une pierre blanche. Il me jette son t-shirt et je le rattrape avant de l'enfiler. Son odeur m'entoure et cela me rend triste. Si j'avais eu le choix je ne l'aurais pas mis mais j'ai vraiment froid et n'ai pas envie de tomber malade. Quoi que, vu mon état, ça arrivera surement. Mon corps n'est pas si résistant que ça. Des jours de paie que je ne pourrai pas récupérer. J'essaie de ne pas y penser parce que je sais que si ça tourne trop dans mon esprit, je me remettrai en colère. Je l'entend repartir vers l'eau alors que j'observe le sol et je devine qu'il va chercher ma chaussure, qui arrive à mes pieds quelques minutes plus tard. Je la prends entre mes mains et vide l'eau qui est à l'intérieur. Il s'excuse encore une fois et je serre les dents. La manière dont il prononce mon nom de famille .. J'ai l'impression qu'un mur s'est mis entre nous. Brisbane. C'est tellement .. commun. J'aurais préféré qu'il utilise Freya. Il continue de parler, alors que j'avais imaginé qu'il partirait tout simplement. Je ne retiens pas vraiment ce qu'il dit, à part le fait qu'il faut que je le laisse tranquille, avant qu'il dise sa dernière phrase. Je soupire en souriant doucement. C'est toujours la même chose, au final, avec les gens.

« Quelle partie faut-il que j'omette ? Celle où tu me met dans l'eau ou celle où tu me sauves ? » Je bouge un peu pour me mettre le plus au soleil possible. Il faut que je sèche, et vite. « C'est vrai que ça devient grave, maintenant. Deux fois que tu gâches ton précieux temps à me parler. Les gens vont commencer à chuchoter. Pauvre de toi. » Je ne vois absolument pas de quoi il pourrait avoir honte. Après tout, bon, ce n'était pas très malin de me mettre dans le lac, mais comme il l'a déjà dit, il ne savait pas que je ne savais pas nager. Après, il ne m'a pas laissé me noyer et m'a ramené sur le rivage, m'a donné son t shirt et en plus a récupéré ma chaussure. Peut-être que ce dont il a honte, c'est de s'être occupé de moi. De continuer mon jeu. De ne pas me laisser me débrouiller toute seule. En temps normal, j'aurais eu honte qu'il s'occupe de moi comme cela, même si ce n'était pratiquement rien. Mais là, cela ne me fait pas cet effet là. Ça me semble plus naturel qu'avec les autres gens. Dans le comportement qu'il a eu quelques instants auparavant, avant l'incident, j'avais retrouvé Tate, et d'un sens, cela m'avait réconforté. Il était le meilleur ami de Tate, ce n'était pas rien. Peut-être que nous aurions dû essayer de nous entendre, ou quelque chose. Mais maintenant, c'est trop tard, j'imagine. Il ne veut pas de moi et .. Je ne veux pas de lui. Ou en tout cas, c'est ce que je laisse apparaître. Inconsciemment, je crois que c'est bien différent.

« Mais si ta proposition tient, je veux bien apprendre à nager. On ne sait jamais, pour la prochaine Moisson. » Je ne vais pas cracher sur un peu d'entrainement, et puisqu'il y a une petite possibilité pour que cette activité me plaise, je trouverai au moins quelque chose à faire durant mes temps perdus. Je ne pense pas que nager s'apprend en cinq minutes, et en acceptant une telle chose, une partie de moi est un peu impatiente de passer autant de temps avec lui. Une partie inconsciente, bien entendu, car je ne pourrais jamais me l'avouer. « Je te prie de m'excuser, également. » Première fois que je m'excuse depuis un bon bout de temps, il me semble. « Tu ne me voulais pas de mal, je n'aurais pas dû réagir de cette manière. » Je croise les bras et ferme les yeux, essayant d'apprécier les rayons de soleil sur ma peau. Mais le vent qui a commencé à souffler depuis quelques minutes m'ôte ce plaisir. Je frissonne. « Tu devras travailler deux fois plus dur au champ, quand je serai cloîtrée chez moi pour plusieurs jours avec de la fièvre. Je te rendrai ton t shirt, quand je l'aurai lavé et séché. Je n'oublierai pas. » Je ne pense pas que j'ai jamais passé autant de temps sans employer un ton agressif ou froid. Ma voix est douce, mon ton calme, et mon visage semble apaisé. Je ne sais pas vraiment pourquoi je me comporte de cette manière, surement le manque d'oxygène qui m'a fait délirer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeLun 21 Nov - 13:10

Je regarde Freya et je reste abasourdi. Vient-elle réellement de me parler normalement ? Sans utiliser ni un ton froid ni un ton moqueur ? Malgré moi, j'écarquille grand les yeux et reste presque bouchée bée devant elle. J'essaie de comprendre si elle se fiche de moi, si cela fait toujours partie de notre petit jeu stupide digne de deux gamins hypocrites, mais il me semble qu'elle croit vraiment ce qu'elle dit et cela m'étonne. Je sens mes lèvres s'étirer dans un sourire fragile, timide, mais sincère. Cela faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas surpris à faire cela, tellement longtemps que je m'étais presque persuadé que je ne pourrais plus jamais sourire. Mon expression se mue cependant rapidement - volontairement ou non ? - en mon visage neutre et indifférent quotidien. Quelque part en moi, savoir que Freya accepte de passer autant de temps avec moi me rend heureux, terriblement heureux, comme si c'était la promesse de la fin de la solitude que je ressens sans pouvoir y mettre fin par moi-même. Et puis, je me rappelle qu'elle n'a accepté mon offre que pour avoir une nouvelle autre faculté à exploiter si son nom est sélectionné pour la prochain Moisson et je soupire tristement. Mons dos me fait mal, ma peau qui sèche me tiraille et le vent frappe douloureusement mon front nu. Dommage. C'aurait pu être une belle journée. Je m'assois au bord du lac, les pieds dans l'eau, tentant d'apprécier le paysage, et j'inspire profondément.

« Okay. » je lance en esquissant un sourire joueur. « Mais puisque tu as déjà goûté un peu trop à la noyade, je pense qu'il est important que je te précise une règle de sécurité: ne nage jamais seule si tu n'es pas sûre de pouvoir atteindre l’îlot. » Je désigne ce dernier d'un coup de menton. « Ca serait dommage que tu te noies sans que je puisse venir te sauver. » je dis d'un ton charmeur. Un vol d'oiseau passe alors au dessus de nous et je songe aux plantations de blé qu'ils vont sûrement aller détruire. Dans District Onze, nos maigres récoltes que nous sommes autorisés à consommer finissent soit par pourrir, soit par être détruites par les animaux - en particulier les rongeurs et les oiseaux - soit par être volées par plus pauvre que nous. Je soupire en pensant par association au fait que je vais devoir travailler à sa place si elle vient à tomber malade. Je bosse déjà beaucoup, et je ne suis pas sûr de pouvoir assurer la part de Freya, qui fait le travail de trois personnes réunies, elle aussi étant du genre à se surmener. Je songe alors que depuis deux ans, et même un peu avant, je ne l'ai pas beaucoup vu prendre de congé, et que peut-être que quelques jours de repos lui seront bénéfiques. Elle semble particulièrement fragile, et je me doute bien que la manière dont elle travaille comme une forcenée n'arrange pas du tout les choses. Je soupire de nouveau « Je t'offrirai les tesserae qu'il me reste de l'année dernière pour te payer tes jours d'arrêt, si tu veux. »

L'année dernière, j'avais choisi d'inscrire mon nom aux tesserae dix-huit fois, et il me reste encore huit portions de graines et d'huile, mes soeurs ayant quitté la maison un peu plus tôt que ce que je ne le pensais. Il me suffira simplement de me freiner encore un plus et de réduire les quantités pour pouvoir payer Freya. J'espère juste que ma mère ne s’apercevra pas de la disparition de huit rations d'un seul coup, ou sinon je suis mort. Mais cela m'étonnerait qu'elle le remarque, étant plus occupé à bavarder avec les autres mères de la rue. Je passe une main dans mes cheveux et constate qu'ils sont déjà secs. « Assieds-toi, Freya. » Je décide de ne plus jamais l'appeler Brisbane tout court. Aux champs, on m'appelle St. William, et je dois avouer que cela ne me plaît que moyennement. J'attends qu'elle me rejoigne et commence à parler. « Je ne pense pas que tu veuilles - ou que tu sois en état de commencer à apprendre aujourd'hui. Tu as déjà eu assez d'émotions comme ça et ça serait injuste que tu retournes à l'eau et que tu es en train de tomber malade. » Je souris faiblement, et ramasse entre deux doigts de pied un coquillage blanc. « A moins que tu ne te sentes prête à commencer dès maintenant ? » je glisse doucement. J'ai envie de rester un peu plus longtemps avec elle, et puis que le soleil n'est pas encore à son zénith, je déduis qu'il ne doit être pas plus d'onze heures. « Qu'est ce que t'en dis ? » je demande. Je doute qu'elle ne doive rentrer pour midi. Son père et son frère doivent être en train de travailler et la majorité des habitants du district ne s'offrent pas le luxe de manger pour midi. Je la regarde, attendant avec impatience sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeLun 21 Nov - 18:36

Finalement, cela ne se passe pas si mal que ça. D'essayer de baisser sa garde. Je craignais qu'il n'en profite pour me répondre d'un ton méchant mais il ne le fit pas. Peut-être que c'est mieux ainsi. Il s'assoit au bord du lac et, ne sachant si je dois le rejoindre ou pas, je reste plantée, bien stupide. Il continue à parler, et à vrai dire, je me surprends à analyser le ton de sa voix. Contrairement à ce qui serait logique avec son expression faciale, il reste très chaleureux. Grave, mais tout de même doux à entendre. Je m'empêche de sourire quand même, par peur qu'il me prenne pour une autre bécasse. Pas exactement l'effet recherché. Il me prévient de ne pas faire d'idiotie toute seule, chose que je pourrai faire avec ma fierté exacerbée maaaais qui est généralement absorbée par ma prudence légendaire. Si je ne sais pas faire quelque chose, en général, je ne me jette pas dans le tas du premier coup. Je lève un sourcil lorsqu'il prend un ton qui se voudrait surement charmeur. Loin de me donner l'envie de me jeter sur lui pour l'embrasser, j'eus l'envie de le pousser dans le lac mais me retins. Pas besoin de créer un autre drame. Sa proposition m'arrache un soupir. Jamais je n'accepterai une telle chose, je suis encore trop fière pour accepter de l'aide de quelqu'un que je ne connais pratiquement pas. Je mangerai moins, c'est tout. J'ai l'habitude, et je l'ai toujours eue. J'ai toujours eu les plus petites portions, parce que j'étais plus petite, plus menue, et j'imagine avec un plus petit estomac. Je m'y suis habituée. Parfois, ma tête me lance ou tourne un peu mais c'est facilement gérable. Alors qu'il m'appelle, j'hésite quelques instants avant de m'asseoir à ses côtés.

Je garde tout de même mes distances, je préfère ne pas lui donner l'impression d'être complètement à l'aise avec lui. Il me propose de nager maintenant, après avoir dit plus tôt que ce ne serait pas super -il ne cesse de se contredire-, et je regarde l'eau en silence. Je ne sais pas vraiment si je devrais accepter. Si je dis non, qu'allons nous faire de toute façon ? Je n'aime pas tellement discuter, je préfère agir. Courir, m'entrainer à lancer des couteaux, et dans ce cas là, nager peut-être. Je suis déjà trempée, ces quelques minutes au soleil ne m'ont pas laissé le temps de sécher. « Pourquoi pas .. Mais ce serait bête de retremper mes vêtements dans l'eau. » Je me lève en soupirant et enlève son t-shirt avec mon débardeur sans plus attendre avant de les étendre dans l'herbe, bien au soleil. Il ne me reste plus qu'une brassière noire on ne peut plus simple. J'enlève sans plus attendre mon bermuda et me rassois à côté de lui. « T'es sûr que c'est pas dangereux de se baigner là dedans ? Pas de monstres prêts à nous dévorer tous crus ? » Je lui fais un sourire en coin et trempe mes pieds dans l'eau. Je siffle en sentant la température, et essaie d'y aller progressivement. Finalement, je suis immergée jusqu'aux épaules et m'accroche au bord en regardant Graham. Soudain, je passe la tête sous l'eau et ferme les yeux, en essayant de m'habituer un peu à la température. Ce n'est pas si facile que ça. Je ressors de l'eau et enlève mon élastique avant de secouer les cheveux. C'est mieux comme ça. Je me sens agréablement à l'aise, pas comme tout à l'heure durant la baignade forcée. Si l'eau était plus chaude, ce serait surement plus agréable, mais on ne peut pas tout avoir dans la vie.

Je regarde quelques instants Graham, attrape ses mains et le tire en avant pour qu'il tombe dans l'eau. Je ne crois pas qu'il sera très fâché contre moi, il est déjà en tenue et en plus il sait nager, lui. Par contre, j'ai un peu mal calculé mon coup et étant encore trop proche du bord, je ressens une violente douleur à mon nez alors qu'il s'immerge. Je ne sais pas vraiment avec quelle partie de son corps il m'a donné un coup mais je porte ma main à mon nez et m'aperçois que je saigne. Avant de lui montrer, je me rince et me retourne pour lui faire dos, avant d'avancer sur quelques pas, ayant toujours pied. « Je nage ! C'est un miracle ! » Je m'arrête soudainement, un peu honteuse de mon comportement des dernières minutes. Cela ne me ressemble pas du tout, d'être si enfantine, si légère. Je soupire et me retourne avec mon air légèrement blasé habituel. « Alors, tu m'expliques comment on fait ? Le temps passe ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeLun 21 Nov - 19:53

Je détourne les yeux lorsque Freya se prépare. Par pudeur, peut-être, mais aussi par respect, et à vrai dire, je n'ai pas envie de savoir si le travail dans les champs l'a elle aussi marqué. Elle s'assoit à côté de moi et je ne peux pas m'empêcher de sourire à sa question. Elle a détendu l'atmosphère en quelques seconds et je lui en suis reconnaissant. Lentement, elle met un pied dans l'eau, puis l'autre, et je me rends compte pour la première fois que l'eau est réellement froide. Au bout d'un moment, elle s'immerge complètement dans l'eau et je me dis qu'elle n'est pas si bizarre. Je l'observe, amusé, et au moment où je m'y attends le moins, elle m'attrape les mains et m'attire vers l'eau. J'ai à peine le temps de prendre une goulée d'air que je tombe dans le lac avec un gros PLOC! et mon ventre me fait soudainement mal. J'ai dû faire un énorme plat mais je reprends facilement pied et plaque mes cheveux en arrière pour avoir une meilleure vue. Un sourire niais se plante sur mes lèvres alors qu'elle commence à s'habituer au milieu aquatique. Elle ressemble à une enfant, et ça doit bien être la première fois que je la vois avec un visage si heureux, ou du moins si détendue. Je profite du fait que l'eau est encore assez claire sur la rive pour l'observer un peu en détail et je m'aperçois qu'elle est vraiment, vraiment trop maigre. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait de la peine. Ses articulations sont saillantes et ses bras sont d'une maigreur maladive. Il faudrait vraiment qu'elle se remplume, ou elle ne passera pas l'hiver. Je songe - je ne sais pas pourquoi - directement à Kamaria, cette gamine de notre district, aussi fine que du papier de verre et je me promets que je ne laisserais jamais Freya atteindre cet état. Ca me tuerait au sens propre du terme de la voir ainsi. Peut-être que je devrais trouver un moyen de lui passer des rations supplémentaires sans qu'elle ne s'en aperçoive...

Sa réplique me sort de ma réflexion et je me surprends à hausser un sourcil, amusé par son changement brutal d'attitude, comme si être un peu enfantine lui était interdit. « Bon, au moins t'es pas morte à cause du choc thermique. » Je regarde autour, cherchant comment débuter la "leçon". J'ai appris à nager sur le tas, et je n'ai aucune idée de comment lui apprendre sans qu'elle ne se noie à moitié. « Donc... Mets toi sur le dos. » Je pense que c'est une bonne idée qu'elle apprenne d'abord à rester stable sans ses pieds. J'attends donc qu'elle se mette en place et je fixe un point juste au dessus de son nombril pour éviter de trop la regarder. Je pose mes mains sur ses omoplates immergées dans l'eau pour la soutenir, sans quoi elle s'enfoncerait dans l'eau. « Détends-toi. » j'ordonne. J'attends que ses muscles se relâchent sous mes doigts et je corrige sa position. Son ventre est tendu vers le ciel, ses pieds bien parallèles et j'enlève progressivement mes mains de son dos. Je la laisse flotter un bon moment, pour qu'elle s’accommode de son nouveau centre de gravité. Je sais que cela lui demande un grand effort de concentration, et qu'elle est plutôt du genre active, alors je la laisse patienter encore un peu plus, sadiquement. « Tu te débrouilles très bien. » je lui dis en lui faisant signe de se remettre debout et de reprendre pied. « J'avais un peu peur que ça n'aille pas, mais c'est vraiment bien. » Je me sens d'humeur encourageante, mais je me calme rapidement, de peur qu'elle prenne cela pour de l'ironie, ce qui n'est évidemment pas le cas. « Allez viens, on va plus loin. » J'attrape sa main, et son contact me fait sourire malgré moi.

Je repère rapidement son absence de réflexe. Elle ne pense pas à remuer ses jambes, ce qui l'empêche de se maintenir à la surface. Sans lâcher sa main, je lui demande d'agiter ses guiboles. « Plus tu les battras vite, plus tu resteras de façon continue la tête en dehors de l'eau. » Je me surprends à employer un ton doux et chaleureux, comme si je m'adressais à une petite soeur ou à une amie et cela me fait terriblement plaisir. Progressivement, je m'éloigne d'elle et de sa chaleur, jusqu'à rompre le contact de ma main sur la sienne, et de la laisser se débrouiller par elle même. A mon grand bonheur, elle parvient à se maintenir et je suis fier d'elle. Elle est particulièrement intelligente, et je suis bien contente que ce premier contact avec l'eau se passe aussi bien. Au moins, si son nom est tiré au sort pour la prochaine Moisson, elle pourra peut-être survivre. L'idée de la perdre me tord inconsciemment l'estomac mais je n'y fais pas attention et reporte mon attention sur elle. « Et voilà. C'est l'un des basiques de la nage, et tu le maîtrises bien. Pas mal pour une débutante. » J'ai un sourire en coin que je n'arrive pas à maîtriser. Je me rapproche d'elle en une ou deux brasses. « En bonus, je vais t'apprendre comment te déplacer, si tu permets. Si ça te gêne, n'hésite pas à me le dire. » Je me place derrière elle et place ma main droite sur sa droite et ma gauche sur la sienne. Battant toujours des pieds, je décompose un mouvement de brasse basique, attendant une réaction de sa part, positive ou négative.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitimeLun 21 Nov - 20:53

Là c'est presque sûr, demain, je suis au lit avec 39 de fièvre. Mais est-ce que c'est vraiment grave par rapport au bien être que je ressens en cet instant présent ? J'ai l'impression que ça fait une éternité que je ne me suis pas sentie aussi détendue. Et pourtant, je suis dans l'eau glacée avec un garçon à moitié nu ! Que je détestais il y a quelques minutes encore. Ou que je déteste, je veux dire. Je ne sais plus vraiment si je dois garder ces sentiments négatifs à son égard, alors qu'il fait tellement d'efforts pour être gentil avec moi. J'essaie d'écarter l'idée qu'il fait seulement ça pour se racheter auprès de Tate, même s'il est mort. Cela me ferait vraiment mal, à vrai dire. J'ai la minime impression qu'il s'intéresse un peu à moi, et je n'aimerais pas que cette idée parte en fumée. Il me demande de faire des choses, successivement, et pour l'instant, ce n'est pas si dur que ça. Le plus difficile, c'est de me détendre, alors que je sens la main de Graham sur mon dos. Il doit sentir mes os, et je dois avouer que pour une fois, j'ai quelque peu honte d'être aussi maigre. Tout le monde est maigre, pratiquement, dans ce district, mais comme nous portons des vêtements amples, cela ne se voit pas trop. Même si cela peut paraître futile, j'espère qu'il ne me trouve pas laide. Attention, je ne dis pas que je veux qu'il me trouve belle .. Ce serait un peu irréaliste étant donné mon physique, mais juste que je ne le dégoute pas. N'est-ce pas normal ? Il enlève progressivement sa main et j'essaie de fixer un point dans le ciel, tout en attendant de couler. Mais bizarrement, je ne coule pas. J'attends, presque à me demander si Graham ne s'est pas barré en courant pendant ce petit silence mais je l'entends me féliciter alors que je me remet sur pied. J'esquisse un sourire minime qui s'efface aussitôt dès qu'il me prend la main : le petit Graham commence à prendre bien trop ses aises. Je ne dis rien, pensant qu'il ne recommencerait pas, de toute façon. Mais je déteste qu'on me touche, c'est un fait. Surtout pour faire quelque chose d'aussi dérisoire.

J'apprends qu'il faut agiter les jambes pour rester à la surface -sans blague- et j'essaie de ne pas paniquer alors que je n'ai plus pied. Je ne vais pas couler, Graham est là, et il a fait bien savoir qu'il ne me laisserait pas mourir au fond du lac. Cela ne me rassure que très peu. Il lâche enfin ma main et à ma surprise, je ne ressens pas que du soulagement, mais un peu de .. peur ? Peur de quoi, je vous laisserai spéculer. Mais finalement, je continue à bouger mes jambes et j'arrive plus ou moins à laisser ma tête hors de l'eau. Est-ce que c'est aussi facile que ça ? Nager ? Oui enfin bon, là je ne nage pas vraiment, je reste sur place et je ne coule pas. Très grande amélioration tout de même pas rapport à tout à l'heure. Mais il embraye sur ce qui m'intéresse réellement et je ne m'inquiète pas alors qu'il se met derrière moi même si je ne vois pas trop où il veut en venir, avant de me contracter dans tout le corps en sentant ses mains sur les miennes. Je fais du mieux que je peux pour ne pas le passer par dessus mon épaule ou me retourner pour le taper, réflexes que j'ai habituellement lorsque l'on m'approche par derrière. Je serre les dents et essaie de ne rien dire alors qu'il essaie d'imiter une grenouille ou je ne sais quoi. Mais au bout d'un moment je le pousse légèrement et vais un peu plus loin, comme je peux, avant de me mettre sur le dos comme tout à l'heure et de regarder le ciel. Je prends une grande inspiration et ferme les yeux. Pourquoi est-ce que j'ai tant de problèmes avec les gestes de la vie de tous les jours ? Qu'on me touche, qu'on me parle, je n'arrive pas à agir normalement. Mon ventre gargouille et je me masse quelques secondes avant de me remettre droite. « Je crois que je ne suis pas faite pour nager, finalement. » J'exécute quelques mouvements étranges pour aller vers le bord et me hisse sur l'herbe.

J'attrape mes vêtements à terre et les enfile rapidement. « De toute façon, c'est idiot, mais si jamais je suis choisie à la Moisson, que je sache nager ou pas, je me ferais tuer rapidement, soyons réalistes. » J'hésite quelques instants avant de mettre le t-shirt de Graham. Je me sens bête d'annuler nos « cours de natation » comme cela mais je me sens bien trop mal à l'aise. Si j'ai su à peu près me contrôler pendant ces quelques minutes, cela ne veut pas dire que je pourrai le faire à chaque fois à l'avenir. Je me souviens comme je l'ai blessé avec mes paroles, dans le champ et même tout à l'heure, et je n'ai pas spécialement envie que cela se reproduise. Au final, je crois que c'était une mauvaise idée, d'essayer de sympathiser. Si c'était ce que nous faisions. « Ce n'est pas une bonne idée. Nous devrions juste .. nous comporter comme avant. Nous ignorer. » Je croise les bras et regarde vers le ciel. Je n'ai pas vraiment envie de croiser son regard avec ce que je suis en train de dire. « Tu arrives à te comporter normalement, avec les gens, toi. Ou alors tu es vraiment fort pour prétendre. Moi ? Je n'y arrive pas, ce n'est pas dans ma nature, je ne pense pas que je devrais me forcer. Et puis, je te dirai quelque chose qui te rendra triste ou énervé et ça recommencera. Non, je n'en ai pas envie. » Finalement, j'enlève le t-shirt de Graham et le pose par terre, avant de mettre mes deux chaussures et de partir en courant. Vu la vitesse à laquelle je galope, aucune chance qu'il me rattrape.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Vide
MessageSujet: Re: GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created   GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

GRAHAM&FREYA ♛ is this the life we created

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MOCKINGAY - rpg inspiré de Hunger Games ::  :: Archives :: Volume 1 :: anciens rps-
© MOCKINGJAY-RPG.NET (2011-2017)
L'INTÉGRALITÉ DU FORUM APPARTIENT À SON ÉQUIPE ADMINISTRATIVE.
TOUTE REPRODUCTION PARTIELLE OU TOTALE DE SON CONTENU EST INTERDITE.